25 min de lecture Attaque à Strasbourg

Attentat à Strasbourg : l'assaillant présumé, Chérif Chekatt, a été abattu par la police

Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat de mardi contre le marché de Noël à Strasbourg, a été abattu par la police jeudi soir dans le quartier Neudorf, a-t-on appris de source proche du dossier.

Cherif Chekatt a été abattu par la police ce jeudi 13 décembre.
Cherif Chekatt a été abattu par la police ce jeudi 13 décembre. Crédit : Alain JOCARD / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et Marie Sasin

Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat de mardi contre le marché de Noël à Strasbourg, a été tué par la police au soir de ce jeudi 13 décembre dans le quartier Neudorf. L'homme a été abattu au 74 rue du Lazaret où un très important dispositif de police a été déployé. "Il a tiré sur une équipe de policiers de sécurité publique qui a riposté " a indiqué à l'AFP une source policière. 

Mardi soir, peu avant 20h, il avait pénétré dans le centre historique de la ville au milieu du marché de Noël et avait ouvert le feu à plusieurs reprises sur les passants. Porteur d'une arme de poing et d'un couteau, il a ensuite échangé des tirs avec les forces de l'ordre, qui l'ont blessé au bras, avant de réussir à s'enfuir en prenant un taxi. 

Trois personnes sont mortes dans cette attaque, cinq personnes sont gravement blessées et huit légèrement, selon un bilan encore provisoire. Plus de 700 membres des forces de l'ordre étaient à sa recherche depuis l'attentat et plusieurs opérations de police avaient déjà eu lieu au Neudorf, quartier du sud de Strasbourg, où Chérif Chekatt a grandi. 

Suivez l'évolution de la situation

06h00 - Merci à tous d'avoir suivi ce direct sur la neutralisation de Cherik Chekatt, l'assaillant présumé de l'attentat de Strasbourg.

05h45 - Chérif Chekatt, né à Strasbourg, est selon Le Monde, issu d’une fratrie de six frères et sœurs, ainsi que six autres demi-frères et demi-sœurs, douze enfants au total. Une famille à problèmes avec un noyau dur de quatre frères multirécidivistes eux aussi.

À lire aussi
Une médaille de la Légion d'honneur (illustration) légion d'honneur
Légion d'honneur : Thomas Pesquet, Jean-Paul Belmondo... Qui sont les promus ?

04h45 - "Evidemment, l'enquête se poursuit", a assuré Christophe Castaner depuis le sud de Neudorf. "Il n'y a pas d'indication aujourd'hui qui nous fait penser qu'il y aurait eu des complices, a-t-il précisé, mais l'enquête se poursuit, elle se poursuivra jusqu'au bout pour que toute la vérité soit faite et que pour toute la sécurité liée à cette enquête soit garantie aux Français."

03h45 - D'après une source policière, Chérif Chekatt était seul au moment où il a été abattu et se trouvait au pied d'un immeuble de ce quartier populaire et résidentiel. Un très important dispositif de police était déployé jeudi soir et bloquait l'accès à la rue

02h45 -  Un bilan humain, toujours provisoire, a été dressé par Christophe Castaner ce jeudi 13 décembre au soir. Il fait état de "3 morts et plusieurs blessés. 3 sont sortis de l'hôpital et 3 sont entre la vie et la mort".

01h45 - Au cœur de la traque de Chérif Chekatt, les habitants du quartier du Neudorf, à Strasbourg, ont exprimé leur immense "soulagement" après sa mort et applaudi la police. "Bravo !!!!", ont lancé des badauds à l'approche d'une équipe armée de policiers dans la rue du Lazaret, où a été abattu l'assaillant, qui avait tué mardi soir trois personnes et blessé treize autres sur le marché de Noël

00h45 - Le journal Le Monde dit avoir la confirmation du parquet de Paris que "les investigations réalisées ont permis de confirmer que l'homme tué à Strasbourg est Chérif Chakatt", principal suspect dans l'enquête sur la fusillade perpétrée mardi soir.

00h15 - Première réaction du président de la République après la neutralisation de Chérif Chekatt. Sur Twitter, il a tenu à dire "Merci à l’ensemble des services mobilisés, policiers, gendarmes et militaires". "Notre engagement contre le terrorisme est total", a ajouté Emmanuel Macron.


00h04 - Le marché de Noël rouvrira dès demain. C'est ce qu'a confirmé Roland Ries, le maire de Strasbourg. À Strasbourg, le confinement a été levé. L'ensemble des équipements culturels et sportifs de la ville ont rouvert jeudi. 

23h24 - Dans un tweet, le président du Sénat Gérard Larcher rend un "sincère hommage à l’ensemble des forces de l’ordre".

23h19 - "Un terroriste en moins. Merci aux forces de l’ordre", a pour sa part commenté le président des Républicains, Laurent Wauquiez.

23h08 - "Félicitations à nos forces de l’ordre qui ont neutralisé l’auteur de l’attentat terroriste de Strasbourg", s'est exprimé Benjamin Griveaux sur Twitter.

22h55 - "Face au pire, vous avez donné le meilleur. Merci", indique Christophe Castaner sur Twitter, s'adressant aux forces de l'ordre.

22h45 - Chérif Chekatt avait été repéré ce jeudi après-midi par une femme qui avait remarqué qu'il ressemblait au fugitif et qu'il était blessé au bras, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Cette femme l'avait ensuite signalé à la police, répondant à un appel à témoins qui avait été lancé mercredi soir.

22h43 - L'auteur de l'attentat au marché de Noël de Strasbourg , était un "soldat" du groupe État islamique (EI), a annoncé jeudi son média de propagande Amaq. Selon ce communiqué, cité par le groupe de surveillance des réseaux extrémistes SITE, Chérif Chekatt "faisait partie des soldats de l'État islamique et il a mené cette opération en réponse à l'appel à viser les citoyens (des pays) de la coalition internationale" qui combat l'EI en Syrie et en Irak.

22h39 - La présidente du Rassemblement national s'est exprimée sur Twitter, félicitant les forces de l'ordre.

22h35 - Le maire de Strasbourg, Roland Ries a pris la parole après le ministre de l’Intérieur. "C’est une bonne nouvelle dans la mesure où les Strasbourgeois étaient inquiets (…) Cela va faciliter le retour à une vie normale", a-t-il indiqué. "À Strasbourg, la volonté de résister comme la capacité à se rassembler ont été les plus forts", déclare-t-il dans un communiqué diffusé sur Twitter.

22h28 - Le ministre de l'Intérieur se rend sur les lieux de la neutralisation de Chérif Chekatt, dans le quartier de Neudorf.

22h20 - Christophe Castaner s'est par ailleurs dit "fier" du travail des forces de l'ordre.

22h16 - "Ils l’ont interpellé, et au moment de cette interpellation ce dernier s’est retourné, faisant face aux forces de police en tirant. Ils ont alors immédiatement riposté et neutralisé l’assaillant", ajoute le ministre de l'Intérieur. 

22h15 - "Un équipage de la brigade spécialisée de terrain, composé de trois fonctionnaires de la police nationale ont aperçu un individu qui déambulait sur la voie publique au niveau du 74 de la rue du Lazaret", indique le ministre de l'Intérieur. "Cet individu correspondait au signalement de la personne recherchée depuis mardi soir, poursuit Christophe Castaner. "ls l’ont interpellé, et au moment de cette interpellation ce dernier s’est retourné, faisant face aux forces de police en tirant. Ils ont alors immédiatement riposté et neutralisé l’assaillant."

22h13 - "Des moyens particuliers avaient été mis en place en ce début de soirée, notamment l’usage d’un hélicoptère", annonce Christophe Castaner.


 22h08 - Le maire de Strasbourg, Roland Ries s'est confié à RTL. "Je pense que l’étau s’est resserré peu à peu. Les opérations d'aujourd’hui étaient des opérations de levées de doutes. La police et le Raid allaient vérifier de quoi il s’agissait, explique-t-il. Tout était concentré sur le secteur de Neudorf. Monsieur Chekatt n’avait pas quitté Strasbourg, ni son quartier. Le travail de la police a été remarquable."


22h - Cherif Chekatt a été retrouvé avec son arme, selon nos informations. Par ailleurs, aucun policier n’a été blessé.


21h55 - Selon nos informations, un équipage de la brigade de surveillance territoriale du commissariat de Strasbourg a constaté que Chérif Chekatt tentait de rentrer dans un hall d’immeuble. Ce dernier a alors ouvert le feu sur les forces de police, qui l’ont tué en répliquant.


21h46 - "Il a tiré sur une équipe de policiers de sécurité publique qui a riposté " a indiqué à l'AFP une source policière.

21h42- Trois personnes sont mortes dans cette attaque, cinq personnes sont gravement blessées et huit légèrement, selon un bilan encore provisoire.

21h37 - Christophe Castaner va s'exprimer dans les prochaines minutes.

21h25 - Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat de mardi contre le marché de Noël à Strasbourg, a été abattu par la police jeudi soir dans le quartier Neudorf, a-t-on appris de source proche du dossier. L'homme a été abattu au 74 rue du Lazaret où un très important dispositif de police a été déployé, a-t-on précisé de même source.

21h07 - Le marché de Noël de Strasbourg rouvrira vendredi 14 décembre, annonce le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. "Le consensus s'est fait sur cette réouverture à partir de demain", a-t-il déclaré, estimant que "ne pas rouvrir le marché de Noël serait céder à l'obscurantisme de ceux qui détestent notre pays".

20h50 - Le match Dijon - Paris SG, initialement prévu samedi 15 décembre pour le compte de la 18e journée de Ligue 1, a été reporté sine die "à la demande de la préfecture de la Côte d'Or" en "raison de l'actualité", a annoncé jeudi la LFP. La Ligue de football professionnel a précisé dans son communiqué que "l'affectation des forces de l'ordre sur d'autres missions", en pleine crise des "gilets jaunes" et dans le contexte du plan Vigipirate élevé au niveau urgence attentat après l'attaque sur le Marché de Noël de Strasbourg, a poussé la préfecture à prendre cette décision. "La Commission des Compétitions de la LFP fixera ultérieurement la date de la rencontre", a souligné la Ligue.

20h22 - Après l'attentat qui a fait trois morts et 13 blessés au marché de Noël, de nombreux Strasbourgeois viennent consulter des psychologues dans un centre d'accueil mis en place par les autorités. "J'ai du mal à reprendre un rythme normal, je ne dors pas bien, j'ai besoin de discuter", résume Alexandra, une commerçante de 35 ans, en sortant du "centre d'accueil des familles" installé dans une école de musique proche de la mairie.

19h50 - Paul Raoult, le père de Jérémy, qui a été gravement blessé par une balle de Chérif Chekatt, témoigne au micro de RTL. "Je m'interdis cette colère. Ce serait une mauvaise réponse. Ce serait lui donner raison. (...) Aujourd'hui, je ne veux pas de ça : je veux m'apaiser moi pour pouvoir apaiser les autres". À l'heure qu'il est Jérémy se remet petit à petit : "Il vient de sortir du sommeil artificiel. Il parle, il écrit, il a même de l'humour. On est très contents pour lui", se réjouit se père.

19h10 - Deux jours après l'attaque perpétrée aux abords du marché de Noël de Strasbourg, le suspect numéro 1 court toujours. RTL fait le point sur l'enquête.

18h46 - Comment Chérif Chekatt, un délinquant multirécidiviste, a-t-il pu basculer dans le terrorisme ? Retrouvez le reportage de notre envoyé spécial dans le quartier du Neudorf.

17h52 - Si les forces de l'ordre ne négligent aucune piste pour retrouver Chérif Chekatt, notamment celle de la fuite à l'étranger, "rien n'exclut que l'individu ne soit pas encore reclus, caché dans le secteur", a déclaré David Le Bars au micro de RTL, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale.

17h28 -  Une perquisition a été menée par la DGSI appuyée par la BRI boulevard Raspail à Paris, au domicile de l'une des sœurs de Chérif Chekatt, selon une source proche de l'enquête à RTL, confirmant une information du Figaro. La perquisition a eu lieu cet après-midi dans le cadre des vérifications de son entourage familial. Aucune interpellation n'a eu lieu. La sœur du suspect a été entendue en audition libre par les policiers.

17h15 - L'opération de police qui se tenait dans le quartier du Neudorf à Strasbourg s'est arrêtée peu avant 17 heures, sans qu'aucun détail supplémentaire ne soit donné.

16h51 - Une cinquième personne a été placée en garde à vue en fin de matinée. Elle ne ferait pas partie de la famille de Chérif Chekatt, a annoncé le parquet de Paris.

16h25 - "Pour l'instant, rien ne dit que la personne qu'on recherche se trouve à cet endroit-là", a confié une source policière à l'AFP à propos de l'opération de police au Neudorf.

16h06 - À propos de l'opération de police en cours à Strasbourg, Christophe Castaner s'est exprimé devant le Sénat. "Il s'agit d'une levée de doute comme il y en a eu plusieurs depuis 36 heures. Cela n'est pas un signalement et cela ne veut rien annoncer, laissons l'enquête se poursuivre", a déclaré le ministre de l'Intérieur.

15h56 - Le parquet général allemand a ouvert une procédure contre Chérif Chekatt. Des investigations pour "meurtre, tentative de meurtre ainsi que coups et blessures graves" ont été ouvertes, a indiqué à l'AFP un porte-parole, Markus Schmitt, confirmant des informations du Tagesspiegel, un journal berlinois.

15h45 - Une importante opération de police engageant le Raid était en cours jeudi après-midi dans le quartier du Neudorf à Strasbourg. Ce même quartier où, deux jours auparavant, les forces de l'ordre ont perdu la trace de Chérif Chekatt.

15h35 - En déplacement à Reims samedi dans le cadre de la 18e journée de Ligue 1, les joueurs de Strasbourg revêtiront un maillot spécial en hommage aux victimes de la fusillade sur le marché de Noël, a annoncé le président du club Marc Keller.

15h07 - L'une des victimes de la fusillade de Strasbourg, qui se trouve en état de mort cérébrale, avait fui l'Afghanistan et la menace des talibans il y a quinze ans. Sa famille témoigne sur RMC

14h25 - Après l'appel lancé par le gouvernement aux "gilets jaunes" à ne pas manifester samedi, des députés de La France insoumise, Éric Coquerel et Adrien Quatennens dénoncent une "récupération politique" de l'exécutif. 

12h53 - Le préfet du Bas-Rhin Jean-Luc Marx a appelé ce jeudi les lycéens de Strasbourg et des environs à cesser de se rassembler, alors que les forces de l'ordre sont mobilisées pour assurer la sécurité de la ville après l'attentat. "Aucune violence ne sera tolérée. Les forces de l'ordre procèderont, le cas échéant, à des interpellations systématiques en vue de présenter les fauteurs de troubles à la justice", a prévenu le préfet dans un communiqué. 

12h02 - "Je pense qu'on finira par localiser Chérif Chekatt", a estimé Fabrice Poli, secrétaire régional Grand Est du syndicat Alliance Police Nationale. "On est en train de lui couper les contacts éventuels avec ses proches qui pourraient lui porter une assistance", a-t-il ajouté sur RTL.

11h39 - Le bilan de l'attaque se porte désormais à 3 morts. Une quatrième victime est en état de mort cérébrale, selon le parquet et la préfecture. 

10h49 - Après l'attentat perpétré mardi, le gouvernement appelle les "gilets jaunes" à être "raisonnables" et à "ne pas manifester" samedi, a indiqué Benjamin Griveaux. "Au regard" de l'attentat de Strasbourg, "il serait préférable que ce samedi chacun puisse, de manière apaisée, vaquer à des occupations d'un samedi avant les fêtes de famille de fin d'année plutôt que de manifester et mettre à nouveau à contribution nos forces de l'ordre", a ajouté le porte parole du gouvernement. 

08h20 - Les politiques ont-ils été la hauteur après l'attaque de Strasbourg ? Pas tous, répond Alba Ventura, qui salue l'attitude d'Édouard Philippe et Jean-Luc Mélenchon mais fustige Laurent Wauquiez et Marine Le Pen. Leurs réactions, indécentes, traduisant selon elle un "manque de respect".

07h41 - Sur le fait que le tireur ait pu entrer dans le périmètre du marché de Noël armé, Pierre Bardet, responsable des "Vitrines de Strasbourg" réagit sur RTL : "Je ne pense pas qu'il y ait eu une faille (...) après comment empêcher quelqu'un qui est déterminé à ce point", estime-t-il. "Jamais aucun endroit ne pourra hermétiquement être sécurisé à 100%", ajoute-t-il encore en disant espérer la réouverture rapide du marché de Noël.

06h30 - La chasse à l'homme se poursuit ce jeudi pour appréhender Chérif Chekatt, l'auteur présumé de la tuerie du marché de Noël de Strasbourg. L'appel à témoins émis hier soir n'a pour le moment pas permis de retrouver le tireur présumé malgré la mobilisation importante des forces de l'ordre. 720 policiers et gendarmes sont à ses trousses, les gares routières et ferroviaires sont sous surveillance et des barrages filtrants ont été installés sur les ponts dans le centre de Strasbourg.

05h30 - De nombreuses investigations sont toujours en cours ce mercredi et plusieurs perquisitions ont été réalisées cette nuit dans des lieux susceptibles d'être fréquentés par le tireur présumé.

04h30 - L'assaillant, doté d'une arme de poing et d'un couteau, a échangé des tirs avec les forces de l'ordre, qui l'ont blessé au bras. Il a ensuite pris la fuite à bord d'un taxi. Selon Laurent Nunez, secrétaire d'État à l'Intérieur, il "ne peut être exclu" qu'il soit passé en Allemagne.

03h30 -  Depuis l'attentat de Strasbourg, de nombreuses théories complotistes se développent sur les réseaux sociaux. En particulier sur les pages Facebook recensées comme appartenant au mouvement des "gilets jaunes". Maxime Nicolle, connu sous le nom de Fly Rider, est l'un des porte-parole du mouvement. Il a fait polémique en tenant des propos complotistes.

02h30 - Anne Hidalgo a annoncé que la Tour Eiffel sera éteinte ce mercredi 12 décembre au soir à minuit "en hommage aux victimes de l'attaque" survenue à Strasbourg qui a fait deux morts, une personne en état de mort cérébrale et douze blessés.


01h30 - Plus de 700 membres des forces de l'ordre sont mobilisés pour retrouver le principal suspect de la fusillade selon le gouvernement. Il "ne peut être exclu" que le fuyard soit passé en Allemagne, a indiqué le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nuñez, selon qui un "bouclage des frontières a été assuré".

00h30 - Au lendemain de la fusillade survenue à Strasbourg  mardi 11 décembre, la ville alsacienne s'est réveillée sous le choc et endeuillée. Des habitants se sont retrouvés spontanément sur les lieux de l'attaque pour déposer des bougies. Le centre historique de la capitale alsacienne a été rouvert aux piétons ce mercredi midi. Les hommages aux victimes se multiplient dans les rues et place Kléber.

23h30 – L’attentat est l’œuvre d’un terroriste "pulsionnel" selon Marc Trévidic, invité de RTL Soir. "Ça ne ressemble pas du tout à un attentat organisé. Je pense que l'on a affaire à un individu isolé, qui pour une raison ou une autre, à un moment donné, bascule, fait quelque chose qu'il avait en lui certainement, une violence qu'il avait envie d'exprimer. Mais il n'y a pas de raison très rationnelle au passage à l'acte", a déclaré l’ancien juge anti-terroriste.

22h30 - Le secrétaire d’État à l’Intérieur, Laurent Nunez, est en première ligne après cet attentat. Il était numéro 2 de la préfecture de police lors des attentats de Charlie Hebdo en 2015. Son portrait.

22h15 - Alors que le tireur présumé est toujours en fuite, des informations sont peu à peu révélées sur les victimes. Les deux personnes décédées sont deux hommes : un père de famille strasbourgeois et un touriste né en Thaïlande. 

21h58 - Chérif C., le tireur présumé, aurait volé des dents en or en 2012 à Mayence. Selon le journal Tagesspiegel cité par l'AFP, il avait cambriolé un cabinet dentaire, où il avait notamment dérobé de l'argent liquide et des dents en or.  

21h16 - La tour Eiffel sera éteinte cette nuit à Paris, à minuit, en hommage aux victimes de l'attentat et en soutien à leur proches, a indiqué la maire Anne Hidalgo.

21h06 - Alain Duhamel juge les complotistes "complètement stupides". Dans son édito sur RTL, il explique que Daesh appelait à profiter des manifestations actuelles des "gilets jaunes" pour organiser des attentats.

20h08 - Le maire de Strasbourg, Roland Ries, invité de RTL Soir, a expliqué que son "objectif est de retrouver le plus rapidement possible ce qui fait notre vivre-ensemble, ce qui constitue au fond l’essence même de notre culture et de nos valeurs. Surtout, pas question de céder au chantage des terroristes".

19h28 - La police nationale diffuse un appel à témoins pour retrouver le suspect de l'attentat.

19h19 - Le président accroît la "mobilisation des militaires" Sentinelle, annonce le Premier ministre. "Ce sont 500 militaires qui, dès aujourd'hui, sont venus compléter le dispositif" Sentinelle et "1.300 qui, dans les jours qui viennent, viendront s'ajouter à ceux déjà mobilisés" pour assurer "la sécurisation" des sites et "garantir la sécurité des Français", a déclaré Édouard Philippe lors d'une brève allocution au ministère de l'Intérieur. 

18h45 - La préfecture du Grand-Est et du Bas-Rhin invite à les habitants à consulter les infos trafic avant de se déplacer car "les contrôles aux passages frontières sont renforcés dans le cadre de l'activation du niveau Urgence attentat".

18h07 - La traque se poursuit. Plus de 700 policiers et gendarmes sont mobilisés. Ce Strasbourgeois qui a "semé la terreur" selon les mots du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, a été blessé par des militaires de l'opération Sentinelle avant de prendre la fuite.

Depuis les années 2000, la ville est liée à de nombreuses attaques terroristes.

17h47 - La ville de Strasbourg a annoncé que le marché de Noël restera fermé jeudi 13 décembre. "L'ensemble des équipements culturels et sportifs de la ville rouvriront (en revanche) normalement" jeudi, tout comme "les écoles maternelles et primaires, les accueils de loisirs et les structures de petite enfance", a précisé la municipalité dans un communiqué.

17h22 - "Nous déplorons 2 morts sur les 16 personnes qui ont été impliquées dans cette attaque, (...) il y a aujourd'hui trois personnes dont le pronostic vital est engagé", a annoncé la ministre de la Santé, lors de sa visite à l'hôpital, à Strasbourg.

17h16 - Le préfet de police demande le report du match Marseille-Bordeaux, prévu samedi. Pour le moment, trois matches sont reportés : Nantes - Montpellier, Caen - Toulouse et Nice - Saint-Étienne.

16h55 - Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, s'est rendue au CHU de Strasbourg pour "faire le point sur la situation sanitaire et féliciter les équipes soignantes", a-t-elle dit sur Twitter.

16h27 Nouveau match reporté. La rencontre entre Caen et Toulouse en Ligue 1, initialement prévue ce samedi à 20 heures, est reportée. C'est le troisième match reporté.

16h15 - Fin des questions au gouvernement. La fin de la séance a été marquée par l'intervention de Jean-Luc Mélenchon qui souhaite que la motion de censure déposée par la gauche contre la gouvernement soit débattue bientôt à l'Assemblée.

"Je suis d'accord avec vous, monsieur Mélenchon ! (...) La meilleure façon de lutter collectivement contre le terrorisme, c'est de continuer à pratiquer ce que nous faisons. Nous allons continuer à débattre, à ne pas être d'accord au sein de cet hémicycle", a répondu Édouard Philippe.

Le gouvernement est "à la disposition" de l'Assemblée pour un éventuel report du débat sur la motion de censure prévue jeudi après-midi en raison de l'attentat de Strasbourg, a assuré le Premier ministre devant les députés. 

15h15 - "Noël ne sera plus jamais comme avant à Strasbourg, plus jamais", a déclaré le député REM du Bas-Rhin, Bruno Struder, visiblement ému. Il a salué "l’engagement total du ministre de l'Intérieur" et a rendu hommage au maire de Strasbourg, Roland Ries.

15h10 - 720 personnes sont mobilisées pour retrouver le suspect, a indiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner à l'Assemblée nationale.

15h03 - L'Assemblée nationale a observé une minute de silence, avant la séance de questions au gouvernement. "Je tiens à faire part de notre soutien aux blessés. Nos pensées vont en cet instant aux proches et aux familles de toutes les victimes", a déclaré Richard Ferrand, le président de l'Assemblée, qui a parlé de la "folie meurtrière d'une attaque lâche et aveugle".

>
Attentat à Strasbourg : l'Assemblée Nationale observe une minute de silence Crédit Image : capture d'écran Assemblée Nationale | Crédit Média : Assemblée Nationale | Date :

14h36 - Donald Trump réagit sur Twitter après la fusillade. Le président américain a fait le lien entre les événements de Strasbourg et la frontière entre le Mexique et les États-Unis. "Encore une terrible attaque terroriste en France. Nous allons encore plus renforcer nos frontières", a-t-il écrit.

13h56 -  La Ligue de football professionnel a annoncé le report des rencontres, Nantes - Montpellier et Nice - Saint-Étienne, qui étaient prévues le 15 décembre 2018 et le 14 décembre 2018.

13h54 - L'auteur présumé a été incarcéré en Allemagne en 2016 pour des cambriolages, ont indiqué les autorités allemandes. Il a été condamné à "2 ans et 3 mois de prison en 2016 pour cambriolages", a précisé un porte-parole du ministère de l'Intérieur de la région de Bade-Wurtemberg. Il a purgé un peu plus d'un an avant d'être expulsé en France.

13h41 -  Le procureur de Paris, Rémy Heitz, a indiqué que lors de sa fuite, le suspect a pris un taxi et l'a contraint à le conduire vers un autre quartier de la ville. C'est alors que le conducteur a remarqué qu'il était blessé au bras gauche. "C’est le témoignage du chauffeur de taxi, qui a permis de faire le rapprochement avec le profil du suspect", a expliqué le procureur de Paris.

13h24 - Depuis l'attentat de Strasbourg, de nombreuses théories complotistes se développent sur les réseaux sociaux. En particulier sur les pages Facebook recensées comme appartenant au mouvement des "gilets jaunes". Maxime Nicolle, connu sous le nom de Fly Rider, est l'un des porte-parole du mouvement. Il a fait polémique en tenant des propos complotistes.

13h12 - "Au-delà des sujets liés à Strasbourg, le président de la République a déclaré que le sens de l'intérêt général devait amener chaque responsable politique au calme et à la retenue", a expliqué le porte-parole du gouvernement en référence à cette attentat dans la ville alsacienne et à l'actualité des "gilets jaunes".

13h10 - Benjamin Griveaux s'exprime à la sortie du Conseil des ministres.

12h51 - Le procureur de la République a également livré une nouvelle information rapportant que le suspect avait crié "Allahou Akbar". "Au regard du lieu ciblé, du mode opératoire employé par l'assaillant, de son profil et de témoignages recueillis auprès de ceux qui l'ont entendu crier "Allahou Akbar", la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisi des faits", a-t-il dit.

12h44 - De nombreuses investigations sont toujours en cours ce mercredi et plusieurs perquisitions ont été réalisées cette nuit dans des lieux susceptibles d'être fréquentés par le tireur présumé.

12h43 - Quatre proches du suspect ont été interpellés et placés en garde à vue cette nuit, a annoncé le procureur de Paris.
12h41 - Pour expliquer ses blessures au près du chauffeur de taxi, il a indiqué "avoir tiré sur des militaires et tué dix personnes". "Descendu du taxi, il a croisé des policiers. Il y a eu un nouvel échange de tirs. C’est le témoignage du chauffeur de taxi, qui a permis de faire le rapprochement avec le profil du suspect", a poursuivi le procureur.

12h39 - Rémy Heitz a livré un premier itinéraire emprunté par le suspect de la fusillade. "Il a été vu un peu avant 20 heures au numéro 10 de la rue des Orfèvres. Il a ensuite évolué dans ce quartier dans les rues des Chandelles, rue Saint-Hélène avant de rejoindre la rue du Pont Saint-Martin. Il a ouvert le feu à chaque endroit et a utilisé un couteau avec lesquels il a blessé grièvement et donné la mort. Faisant face à quatre militaires de l’opération Sentinelle, il a ouvert le feu et a subi des tirs de riposte avant de quitter l’île à bord d’un taxi vers le quartier du Neudorf", a-t-il détaillé.

Où a eu lieu la fusillade à Strasbourg
Où a eu lieu la fusillade à Strasbourg Crédit : RTL.fr

12h33 - "À l'heure où je vous parle, nous déplorons le décès de deux personnes, une personne est en mort cérébrale alors que douze personnes sont également blessées. Un dispositif spécifique d'aide aux victimes a d'ores et déjà été mis en place, un centre d'accueil des familles a également été ouvert ce matin", commence le procureur de la République.

>
Fusillade à Strasbourg : le procureur s'exprime Crédit Image : Reuters | Crédit Média : REUTERS | Date :

12h30 - La conférence de presse du procureur de Paris démarre.

12h14 - Les élus et les agents de la région Grand-Est ont observé une minute de silence sur le parvis des deux Hôtels de Région de Châlons-en-Champagne et de Metz et devant le siège du Conseil régional à Strasbourg.

11h56 - Un hommage sera rendu aux victimes de la fusillade de Strasbourg et une minute de silence sera observée en ouverture de la séance des QAG, à l’Assemblee nationale à 15 heures.

11h48 - Confinés dans la salle du Rhénus, où joue le club de basket de Strasbourg, les supporters présents ont repris La Marseillaise pour rendre hommage aux victimes.

11h11 - La préfecture corrige une nouvelle fois le bilan de la fusillade et fait de nouveau état de 3 morts et 13 blessés.

10h55 - 
Le suspect a-t-il pu se rendre en Allemagne lors de sa fuite ? La question se poste alors que la traque se poursuit ce mercredi. Une possibilité minimisée par Fabrice Poli, du syndicat Alliance : "Dès hier, la police au frontière a déployé des effectifs au niveau des ponts qui enjambent le Rhin pour bloquer les frontières. En théorie, il n'a pas pu se rendre en Allemagne".

10h44 - La garde des Sceaux Nicole Belloubet a estimé que la France pouvait "réagir" après l'attaque "sans avoir à déclencher l'état d'urgence", cette mesure d'exception qui a longtemps fait débat depuis les attentats du 13 novembre.  

10h25 - Le procureur de Paris donnera une conférence de presse au tribunal de Strasbourg à 12 heures. 

10h21 - Le bilan est revu à la baisse après la fusillade à Strasbourg. Deux personnes sont mortes et quatorze autres blessés, dont 7 blessés graves, selon les nouveaux chiffres communiqués par la préfecture. 

10h19 - Plus de 600 hommes sont mobilisés pour retrouver l'auteur présumé de la fusillade à Strasbourg. "Pour mener une telle traque, il faut être très méthodique" indique Fabrice Poli, secrétaire régional Grand-Est du syndicat Alliance police nationale, qui appelle les habitants à ne contacter la police qu'en cas d'urgence pour ne pas disperser les forces de l'ordre. 

10h02 - Christophe Castaner est sur place au lendemain de la fusillade.

09h47 - Marine Le Pen a réclamé une nouvelle fois l'expulsion des fichés S étrangers au lendemain de l'attaque de Strasbourg. "Tout n'est pas fait dans la lutte contre le fondamentalisme islamiste car le terrorisme n'est en réalité que le bras armé de cette idéologie", a accusé la présidente du Rassemblement national sur France 2, soulignant que cette "idéologie mortifère, mortelle, a fait 250 morts depuis six ans".

09h39 - Vous avez manqué certaines informations ? Voici une sélection d'articles pour tout comprendre de la situation.

08h54 - "C'est un moment d'angoisse pour notre ville, mais les forces de sécurité sont là. Il n'y a pas de danger avéré. Les écoles seront ouvertes, mais pour ceux qui ont la possibilité de garder les enfants à la maison, il est préférable de le faire par mesure de précaution" a lancé Alain Fontanel, premier adjoint à la mairie de Strasbourg sur RTL.

08h45 - Invité de RTL ce matin, Jean-Michel Blanquer a dénoncé les théories du complot qui ont fleuri sur les réseaux sociaux quelques heures après la fusillade à Strasbourg. Certains évoquant notamment une action menée par l'État pour faire cesser la crise des "gilets jaunes". "Chaque fois qu'il se passe des choses ignobles, il y a de l'ignoble qui vient se rajouter à l'ignoble", a-t-il déclaré.

08h38 - Si Nicole Belloubet a déclaré qu'ou pouvait parler d'un "attentat", Laurent Nuñez, le secrétaire d'État à l'Intérieur s'est montré plus prudent. "La motivation terroriste de l'acte n'est pas encore établi", a-t-il assuré sur France Inter.

08h34 - François Hollande a évoqué son "immense tristesse ce matin". "Cette odieuse attaque vient nous rappeler que la menace terroriste est toujours présente. Soyons vigilants et unis", a-t-il déclaré sur Twitter.

08h32 - Une cellule de crise a logiquement été mise en place par la préfecture de la région Grand-Est et du Bas-Rhin. Les victimes physiques ou psychologique, ainsi que les personnes à la recherche d'un proche peuvent contacter le numéro spécial : le 0143174317.

08h27 - Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, a affirmé qu'on pouvait parler d'un "attentat". "À partir du moment où la section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie, on peut parler d'attentat", a-t-elle déclaré sur Public Sénat.

08h23 - L'université de Strasbourg sera ouverte ce mercredi au lendemain de la fusillade et les cours et les examens se dérouleront normalement. Malgré tout, l'établissement a appelé à la "vigilance" et au "calme" après les faits.

07h55 - La préfecture a annoncé un nouveau bilan de 3 morts, 8 blessés graves et 5 blessés légers au lendemain de la fusillade.

07h51 -
Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, a appelé à "l'unité de la Nation" après "l'horreur" survenue à Strasbourg. "Pensées pour les victimes et leurs familles, gratitude envers nos forces de l'ordre et nos équipes de secours", a-t-il écrit sur Twitter.
07h34 - Selon Alain Bauer, la perquisition menée à son domicile le matin même a pu faire "basculer" le suspect "dans son opération criminelle qui est totalement improvisée". "Il se réhabilite. C'est un sujet assez connu maintenant, c'est-à-dire que ces personnes se refont une virginité en devenant un militant d'une cause plutôt qu'un délinquant, un proxénète ou un dealer", explique-t-il.

07h33 - Alain Bauer est revenu sur le profil du suspect "connu pour des faits de pure criminalité et délinquance". "Ce 'S" devient un peu encombrant, on peut être signalé pour beaucoup de chose. C'est un pur hybride, un criminalo-terroriste, quelqu'un qui est entre deux, détaille-t-il. 

07h29 - Selon des informations confirmées par RTL, une grenade et un pistolet 22 long rifle ont bel et bien été retrouvés chez le suspect lors de la perquisition menée chez lui le matin du drame, ainsi que quatre couteaux.

07h24 - La traque se poursuit au lendemain de la fusillade et de la fuite du tireur présumé. Plus de 600 hommes sont mobilisés pour trouver le fil qui permettra de remonter jusqu'au tireur.

07h21 - Le quotidien Les Dernières Nouvelles d'Alsace ne sera pas en kiosque aujourd'hui car les ouvriers qui impriment le journal n'ont pas pu accéder aux rotatives en raison de la fusillade de Strasbourg mardi soir, a regretté Dominique Jung, le rédacteur en chef. 

07h00 - RTL bouleverse sa grille au lendemain de la fusillade à Strasbourg. Suivez notre édition spéciale en direct vidéo sur RTL.fr.

06h54 - Un conseil restreint de défense aura lieu ce mercredi, à l'issue du Conseil des ministres qui devrait débuter à 10 heures à l'Élysée.

06h46 - Medhi était présent sur le lieux de la fusillade hier soir. Contacté par RTL, il témoigne : "Après, on a vu deux militaires, cachés dans un coin, en train de tirer plusieurs coups. Il y avait beaucoup de cris. Un des militaires disait à tout le monde de rentrer chez soi. Les coups de feu ont duré une quinzaine de minutes. Ils se cachaient dans des rues du centre-ville". 

06h25 - Dans la nuit, Emmanuel Macron a exprimé la "solidarité de la Nation toute entière pour Strasbourg" sur Twitter.

06h18 - Le marché de Noël et les musées de Strasbourg seront fermés ce mercredi.

06h00 - Le gouvernement a élevé le niveau du plan Vigipirate à "urgence attentat" après l'attaque sur le Marché de Noël de Strasbourg, a annoncé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

05h50 - Bonjour et bienvenue sur ce live au lendemain d'une attaque à Strasbourg qui a fait au moins trois morts et douze blessés, dont six en état d'urgence absolue.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attaque à Strasbourg Strasbourg Antiterrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants