1 min de lecture Attaque à Strasbourg

Fusillade à Strasbourg : "On ne prend pas les mesures nécessaires", dit Le Pen

La présidente du Rassemblement national (RN) s'est exprimée au lendemain de l'attaque du marché de Noël de Strasbourg.

Marine Le Pen lors de son discours de rentrée à Fréjus
Marine Le Pen lors de son discours de rentrée à Fréjus Crédit : YANN COATSALIOU / AFP
William Vuillez
William Vuillez
et AFP

Invitée sur France 2 ce mercredi, dans l'émission 4 Vérités, Marine Le Pen est revenue sur la fusillade qui s'est déroulée mardi soir à Strasbourg. La présidente du Rassemblement national a estimé que le gouvernement, "en amont, ne prend pas les mesures nécessaires" pour lutter contre le fondamentalisme islamiste.

"Tout n'est pas fait dans la lutte contre le fondamentalisme islamiste car le terrorisme n'est en réalité que le bras armé de cette idéologie", a-t-elle déclaré en soulignant que cette "idéologie mortifère, mortelle, a fait 250 morts depuis six ans".

"On finit par s'interroger sur les raisons pour lesquelles on ne met pas tout l'arsenal juridique pour pouvoir lutter contre ces fondamentalistes", a ajouté Marine Le Pen. Selon elle, "on ne met pas assez les moyens, mais surtout on n'a pas les bonnes méthodes et on refuse de mettre en œuvre ces méthodes".

Expulser les fichés S étrangers

La présidente du parti frontiste a rappelé sa volonté d'expulser du territoire, les fichés S étrangers. "Dans les fichés S, il y a des étrangers et des Français, mais si déjà on expulsait les étrangers, si on ne les conservait pas sur le territoire, ce serait autant de moyens qui seraient accordés, supplémentaires, pour pouvoir surveiller les Français", a argumenté l'ancienne candidate à la présidentielle.

À lire aussi
Une médaille de la Légion d'honneur (illustration) légion d'honneur
Légion d'honneur : Thomas Pesquet, Jean-Paul Belmondo... Qui sont les promus ?

La députée est également revenue sur le profil de l'auteur de la fusillade à Strasbourg. "On sait très bien que c'est un hybride, comme encore une fois Coulibaly, comme beaucoup d'autres hybrides, un délinquant radicalisé qui, bien souvent, commet des délits ou des crimes pour financer le terrorisme".

Selon le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nuñez, "la motivation terroriste" de l'attaque de Strasbourg, "n'est pas encore établie" mercredi matin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attaque à Strasbourg Marine Le Pen Rassemblement national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants