8 min de lecture Année 2020

Féminisme : 13 bonnes nouvelles pour les droits des femmes en 2020

ÉCLAIRAGE - Précarité menstruelle, droit à l'avortement, parité, représentation... RTL.fr a compilé quelques avancées pour les droits des femmes qui ont lieu en 2020 dans le monde entier.

Une pancarte lors de la journée internationale du droit des femmes, samedi 8 mars 2020, à Paris
Une pancarte lors de la journée internationale du droit des femmes, samedi 8 mars 2020, à Paris Crédit : Martin BUREAU / AFP
Coline Daclin et Marie Zafimehy

Mercredi 30 décembre, le Sénat argentin a adopté une loi légalisant l'avortement dans le pays. Le fruit d'un long combat des féministes, alors que le reste de l'Amérique latine reste largement réfractaire à la pratique libre de l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

Des milliers de militantes ont manifesté le jour même leur joie devant le Parlement. Cette bonne nouvelle pour les droits des femmes souffle ainsi comme un vent d'apaisement sur une année 2020 marquée par les difficultés de la crise sanitaire. 

L'année a été marquée par les difficultés, y compris pour les droits des femmes, avec notamment une augmentation de l'enregistrement des violences conjugales liées au confinement. Mais il ne faut pas désespérer : des femmes puissantes ont marqué 2020, et quelques bonnes nouvelles ont donné aux féministes des raisons de se réjouir. RTL en a recensé quelques-unes.

1. Le procès Weinstein et #MeToo qui continue

C'était un procès très attendu par les féministes du monde entier. L'affaire Weinstein avait marqué le début du mouvement #MeToo en octobre 2017. Le producteur de cinéma était accusé de viol et d'agression sexuelle à l'encontre d'une ancienne productrice, Mimi Haleyi, et de Jessica Mann, qui rêvait de devenir actrice. Il a été condamné à 23 ans de prison le 11 mars dernier. Un jugement qui a force de symbole, alors qu'on estime en France qu'environ un viol sur 100 est condamné.

À lire aussi
États-Unis
Mort de George Floyd : un drame inspiré ou prédit par les "Simpson" ?

Malgré la fin de cette affaire, la déferlante de témoignages sur violences sexuelles et sexistes engagée par #MeToo se poursuit. En 2020, des révélations ont notamment éclaté dans le sport, comme dans le patinage artistique ou dans le judo, ou encore dans la musique. Des dénonciations qui témoignent d'un véritable mouvement de libération de la parole ces dernières années.

Lire aussi

2. Le mariage pour tous (et toutes !) progresse

Le 26 mai 2020, le Costa Rica est devenu le premier pays d’Amérique centrale à autoriser le mariage pour les personnes de même sexe. C'est aussi le 29ème à le faire dans le monde. Or le mariage pour tous, c'est aussi le mariage pour toutes : une façon de protéger les couples de femmes en cas de décès d'une conjointe, ou encore de permettre l'adoption

Le 18 décembre dernier, le Parlement suisse a également donné son accord à une loi pour autoriser le mariage pour tous. Il se pourrait toutefois que ce soit les citoyens qui aient le dernier mot, puisque le parti de l’Union démocratique fédérale (UDF), contre cette disposition, a annoncé qu’il lancerait un référendum sur le sujet.

Lire aussi

3. L'Académie des César promeut la parité

Quelques mois après une crise inédite liée à l'affaire Polanski, l'Académie des César a adopté en juillet une profonde refonte de son fonctionnement. Au terme d'une réunion à huis clos dans les locaux du Centre national de la cinématographie (CNC), les administrateurs de l'Académie ont voté une réforme des statuts pour favoriser notamment la parité entre les hommes et les femmes.

La présidence des César sera désormais assurée par un "tandem" des deux sexes. La "parité intégrale" devra aussi être strictement respectée dans l'assemblée générale de l’association, son conseil d'administration et son bureau. Les futurs dirigeants devront également renforcer "la parité, la diversité et la représentativité" de l'Académie.

C'est "un bon début", selon la réalisatrice Audrey Estrougo, membre du collectif féministe 50/50. "Il faut que les faits et les mentalités suivent, c'est le plus compliqué", assurait-elle en juillet.

Lire aussi

4. La contraception devient gratuite pour les mineurs

Le 27 août 2020, la contraception est devenue gratuite pour toutes les jeunes femmes de moins de 18 ans. C'était déjà le cas pour les 15-18 ans, mais un décret a élargi la mesure aux filles de moins de 15 ans. Leurs consultations, examens biologiques, et dispositifs contraceptifs sont désormais pris en charge à 100 % par l’Assurance-maladie. 

Chaque année, "près de 1 000 jeunes filles de 12 à 14 ans sont enceintes en France", selon le gouvernement. La contraception gratuite pour les mineures devrait éviter des grossesses non désirées.  

Le confinement a aussi mis en lumière certaines difficultés d'accès à l'IVG en France. Le délai pour l'avortement médicamenteux a ainsi été rallongé de 7 à 9 semaines et il est devenu possible sur téléconsultations le temps de la crise sanitaire. Désormais, les parlementaires réfléchissent à augmenter le délai légal pour avorter, en le passant de 12 à 14 semaines d'aménorrhée. La proposition de loi a été votée en première lecture à l'Assemblée nationale, elle devrait passer au Sénat en janvier.

Lire aussi

5. 14 septembre : mobilisation sur les tenues à l'école

De plus en plus de femmes s'affichent comme féministes ces dernières années, et la cause progresse, y compris chez les plus jeunes. Et celles-ci ne se laissent pas marcher sur les pieds. Le lundi 14 septembre, de nombreuses lycéennes et collégiennes se sont mobilisées contre des règles vestimentaires qu'elles jugeaient trop strictes, et plus orientés autour des tenues des filles que des garçons.

Le mouvement a été soutenu notamment par Marlène Schiappa sur les réseaux sociaux. "Aujourd’hui lundi 14 septembre, des jeunes filles ont décidé spontanément partout en France de porter jupes, décolletés, crop top, ou maquillage pour affirmer leur liberté face aux jugements & actes sexistes. En tant que mère, je les soutiens avec sororité et admiration", avait-elle tweeté.

Face à la polémique, le ministre de l'Education avait affirmé sur RTL l'importance de porter une "tenue républicaine", un terme qui avait fait débat

Lire aussi

6. Solitude, première statue de femme noire à Paris

Le 26 septembre 2020, Anne Hidalgo a inauguré dans le 17e arrondissement un jardin portant le nom de Solitude, une Guadeloupéenne morte en 1802, figure de la résistance des esclaves noirs. À cette occasion, elle a également annoncé son projet d'installer une statue représentant Solitude : il s'agira de la première statue représentant une femme noire à Paris. 

Une manière de donner de la visibilité aux femmes dans le combat contre l'esclavage. À Paris, seules une quarantaine de statues sur environ un millier représentent des personnages historiques féminins, selon Le Monde

Lire aussi

7. Jacinda Ardern réélue en Nouvelle-Zélande

Le 18 octobre dernier, Jacinda Ardern a été réélue Première ministre de la Nouvelle-Zélande. Comme de nombreuses femmes dirigeantes, son action face à la crise du coronavirus a été saluée par les médias du monde entier. Durant son précédent mandat, elle s'était aussi illustrée en leader bienveillante après l'attentat de Christchurch. Le tout, en s'occupant de son nouveau-né qui a vu le jour en 2018. De quoi alimenter la "Jacinda-mania" et inspirer d'autres jeunes femmes à briguer les poste à haute responsabilité.

Lire aussi

8. Bientôt la première femme sur la Lune

Le 21 septembre, la Nasa a dévoilé son plan "Artémis" dont l'objectif est d'envoyer la première femme sur la Lune en 2024. Pile 55 ans après le premier pas de l'homme sur le satellite, qui sera l'heureuse élue ? La favorite s'appelle Anne McClain. L'envoyer sur la Lune constituerait un double symbole puisqu'elle est également lesbienne : une belle avancée pour les femmes mais aussi pour la communauté LGBTQ+.

Huit autres femmes (sur 18 astronautes) feront partie de la mission : Kate Rubins, Cristina Koch, Jessica Meir, Stephanie Wilson, Nicole Mann, Kayla Barron, Jasmin Moghbeli, et Jessica Watkins.

9. Des avancées contre la précarité menstruelle

C'est une première dans la lutte contre la précarité menstruelle : le Parlement écossais a voté en octobre dernier la gratuité des protections hygiéniques. L'Ecosse devient ainsi le premier pays au monde à mettre en place une telle mesure. La loi votée prévoit que les écoles, lycées et universités doivent en mettre à disposition gratuitement dans leurs toilettes. Les organismes publics peuvent aussi être contraints d'en fournir. 

De son côté la Nouvelle-Zélande a mis en place en juin des distributions massives de protections hygiéniques dans tous les établissements scolaires et universitaires du pays. En France, le gouvernement a pris une décision similaire. On estime qu'un 1,7 million de femmes sont concernées par la précarité menstruelle dans le pays.

Lire aussi

10. Kamala Harris vice-présidente des USA

Le 6 novembre 2020, Kamala Harris est devenue la première femme vice-présidente des États-Unis. Plus encore, elle est la première personne noire et la première personne asiatique à accéder à ce poste qui fait d'elle la femme la plus puissante du pays et la troisième femme la plus puissante du monde selon le célèbre magazine Forbes.

Kamala Harris le sait, elle a donné un grand coup dans le plafond de verre américain. "Bien que je sois peut-être la première femme à occuper ce bureau, je ne serai pas la dernière", se réjouit-elle dans son discours de victoire. "Parce que toutes les petites filles qui regardent ce soir voient que c'est un pays de possibilités". 

L'ancienne procureure et élue de Californie prendra pleinement ses fonctions le 20 janvier, au même moment que le Président-élu Joe Biden.

Lire aussi

11. La Fifa met en place un congé maternité

Début décembre, la Fédération internationale de football a annoncé l'instauration d'un congé maternité de 14 semaines obligatoire pour les joueuses professionnelles. Les conditions d'accès à cette nouvelle mesure feront partie du règlement de l'instance et seront appliquées dans les pays du monde entier. Auparavant, seules les réglementations nationales s'appliquaient aux joueuses.

Lire aussi

12. La défense du droit l'avortement

Le droit à l'avortement a été régulièrement menacé dans le monde cette année, notamment dû à la pandémie de coronavirus. Aux États-Unis, par exemple, où plusieurs états ont décidé de ne plus considérer les IVG comme des interventions de première nécessité. 

En Pologne, le gouvernement conservateur a tenté lui aussi de restreindre l'accès à ce droit fondamental. La mobilisation des polonaises qui se sont réunies par dizaines de milliers dans les rues a payé : le projet de loi a été abandonné. Une (petite) victoire à laquelle s'ajoute celle des Argentines, qui, arborant la couleur verte du combat en faveur du droit à l'avortement ont célébré mercredi 30 décembre la légalisation de l'IVG dans leur pays.

Lire aussi

13. Le nombre de féminicides en légère baisse

Ce 31 décembre, le collectif Féminicides par compagnons ou ex décompte 97 féminicides sur l'année 2020. C'est un tiers de moins comparé à l'année dernière. Mais attention, comme le précise le collectif sur ses réseaux sociaux, il s'agit d'une estimation "a minima" et ce nombre peut être plus élevé.

Plus d'un an après la fin du Grenelle des violences conjugales, de nombreux dispositifs de signalement ont été mis en place, accélérés par la contrainte du confinement. Le bracelet anti-rapprochement est entré en vigueur et les lieux de signalement et d'informations se sont multipliés (dans les centres commerciaux et les pharmacies).

Pour autant, les associations s'inquiètent toujours. D'abord pour le numéro d'écoute du 3919 qui doit être régi par un marché public. Puis, selon elles, l'essentiel manque : un budget à la hauteur de ce qui fût décrit comme "la grande cause du quinquennat" et une véritable politique de prévention, avec des modules dédiés dans les écoles.

Lire aussi
Lire la suite
Année 2020 Féminisme Droits des femmes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants