1 min de lecture Pologne

Pologne : le droit à l'avortement remis en cause par le Tribunal constitutionnel

Le Tribunal constitutionnel polonais a donné son feu vert jeudi 22 octobre à un nouveau durcissement de la loi sur l'avortement, déjà très restrictive, en invalidant un article autorisant l'IVG en cas de malformation grave du fœtus.

>
Pologne : le droit à l'avortement remis en cause par le Tribunal constitutionnel ? Crédit Image : Wojtek RADWANSKI / AFP | Crédit Média : Bénédicte Tassart | Durée : | Date :
Photo-Thomas-Pierre
Thomas Pierre et Bénédicte Tassart

En Pologne, le droit à l'avortement, déjà très limité, vient encore de franchir un cap. Dans le pays, les femmes pouvaient interrompre leur grossesse en cas de grave malformation du fœtus. Ce motif a été supprimé par le Tribunal constitutionnel ce jeudi 22 octobre. La présidente de la Cour, Julia Przylebska, a déclaré que la législation existante autorisant l'avortement de fœtus mal formés était "incompatible" avec la Constitution du pays. 

Dans ce pays ultra-catholique, où les conditions pour avorter sont déjà très restrictives, il y a eu un millier d'avortements officiels seulement pour 38 millions d'habitants. Conforme aux souhaits du Parti ultra-catholique nationaliste au pouvoir, Droit et Justice (PiS), le jugement restreindra le droit à l'avortement uniquement aux cas de danger de mort pour la femme enceinte et de grossesse résultant d'un viol ou d'un inceste. 

Selon des ONG, le nombre d'IVG pratiquées clandestinement en Pologne ou dans des cliniques étrangères pourrait atteindre près de 200.000 par an.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pologne IVG Réforme constitutionnelle
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants