2 min de lecture Roman Polanski

Affaire Polanski : Nicolas Bedos défend Fanny Ardant et dénonce "une liste noire"

VU DANS LA PRESSE - Dans un entretien au "Parisien", Nicolas Bedos revient sur la cérémonie des César et la polémique autour du réalisateur accusé de viols.

Nicolas Bedos au Festival de Cannes, le 21 mai 2019
Nicolas Bedos au Festival de Cannes, le 21 mai 2019 Crédit : Valery Hache / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Son dernier film, La Belle Époque (2019), a été récompensé de trois César. Dans les pages du Parisien, Nicolas Bedos revient sur cette 45ème cérémonie marquée certes, par la célébration de son long-métrage, mais surtout par celle de Roman Polanski, réalisateur accusé de viols et agressions sexuelles.

Vendredi 28 février, la cérémonie des César a été bouleversée par la sortie d'Adèle Haenel au moment de l'attribution du prix du meilleur réalisateur au cinéaste franco-polonais. Dans les pages du quotidien, Nicolas Bedos dit "comprendre" l'actrice qui a témoigné en novembre des "attouchements" dont elle accuse le réalisateur Christophe Ruggia. Néanmoins, il n'hésite pas à regretter ce qu'il appelle "la moralisation de l'art".

"Je ne crois pas pour autant qu'une majorité de votants (de l'Académie des César) aient voulu banaliser les crimes d'agressions sexuelles" en récompensant Roman Polanski estime-t-il. Le réalisateur s'indigne "de la présomption de culpabilité et d'une justice médiatique dont on sait les outrances".

Au secours de Fanny Ardant

À la suite de la cérémonie, Nicolas Bedos a été interrogé par quelques journalistes sur la soirée mouvementée. À ses côtés, l'actrice Fanny Ardant, elle aussi récompensée, a défendu Roman Polanski. "Je suis heureuse pour lui", a-t-elle déclaré devant les caméras. Nicolas Bedos s'est lui contenté de quelques mots disant vouloir laisser "la parole aux femmes".

À lire aussi
Roselyne Bachelot au ministère de la Culture Cinéma
Polanski césarisé : Roselyne Bachelot se "serait levée" comme Adèle Haenel

Une séquence sur laquelle le réalisateur revient dans Le Parisien. "Je l'ai défendue (Fanny Ardant) parce que je sais sa noblesse d'âme", explique-t-il. Avant d'ajouter : "J'ai lu des centaines de tweets orduriers uniquement parce que je n'ai pas désavoué l'actrice de mon film. On se retrouve sur des listes noires - comme aux pires périodes de l'Histoire."

Nicolas Bedos ajoute qu'il a déjà commencé à travailler sur son prochain film. Une certitude : "Il y aura un rôle pour Fanny Ardant".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Roman Polanski Nicolas Bedos Cinéma
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants