3 min de lecture Nouvelle-Zélande

Nouvelle-Zélande : qui est Jacinda Ardern, réélue au poste de Premier ministre ?

PORTRAIT - La Première ministre travailliste néo-zélandaise a remporté les élections législatives samedi 17 octobre, portée par un bilan marqué de compassion, de proximité et d'efficacité.

En Nouvelles-Zélande, la Première ministre Jacinda Ardern célèbre sa victoire à la soirée électorale du parti travailliste, le 17 octobre 2020
En Nouvelles-Zélande, la Première ministre Jacinda Ardern célèbre sa victoire à la soirée électorale du parti travailliste, le 17 octobre 2020 Crédit : MICHAEL BRADLEY / AFP
Florine Boukhelifa Journaliste

Et un deuxième mandat pour Jacinda Ardren. La Première-ministre travailliste néo-zélandaise a remporté les élections législatives samedi 17 octobre. Celle que les caciques du parti travailliste voyaient à l'époque de son élection à la Chambre des représentants en 2008 comme un talent en devenir, mais trop tendre pour la politique, a su s'imposer au fil des années et des épreuves traversées par son pays.

Née en 1980 à Hamilton, au sud d'Auckland, Jacinda Ardern est fille de policier et élevée depuis son plus jeune âge dans la foi mormone. Elle renonce à cette religion dans les années 2000 en raison des positions de l'Église sur l'homosexualité. La jeune femme s'intéresse très tôt à la politique et raconte avoir forgé ses convictions de gauche au contact de la pauvreté qu'elle a vue dans l'arrière-pays néo-zélandais. Après avoir intégré les organisations de jeunesse travailliste et effectué des études en communication, Jacinda Ardern travaille pour la Première ministre Helen Clark, puis pour Tony Blair à Londres.

Nommée cheffe du parti travailliste "par défaut

Jacinda Ardern arrive à la tête du parti travailliste en 2017, après la démission de son prédécesseur Andrew Little en août de la même année, à seulement quelques mois des élections législatives. À l'époque, le parti ne suscite que 23% des intentions de vote. Néanmoins, l'arrivée de cette nouvelle chef du parti change la donne.

Celle-ci est portée par une impressionnante vague de sympathie appelée "Jacinda-mania" par les médias. Jacinda Ardern est alors comparée à Emmanuel Macron ou Justin Trudeau et surfe sur la promesse d'un "changement" de génération. Après neuf années de règne du centre-droit, les travaillistes s'offrent une victoire inespérée le 26 octobre 2017.

Une dirigeante empathique et déterminée

À lire aussi
Nouvelle-Zélande : un kiwi blanc rare meurt après une intervention chirurgicale environnement
Nouvelle-Zélande : un kiwi blanc rare meurt après une intervention chirurgicale

En seulement trois ans, la dirigeante travailliste a dû gérer de nombreuses situations de crise : la pire attaque terroriste perpétrée dans l'archipel, une éruption volcanique meurtrière, la récession la plus grave depuis plus de 30 ans, et le défi de la pandémie de coronavirus. Elle est également devenue entre temps la deuxième Première ministre à accoucher pendant son mandat.
Le 15 mars 2019, le militant d'extrême-droite Brenton Tarrant s'attaque à deux mosquées de la ville de Christchurch, faisant 51 morts et 49 blessés. Il s'agit du massacre le plus meurtrier commis en temps de paix en Nouvelle-Zélande depuis 1809. Jacinda Ardern marque les esprits avec son attitude, mélange de compassion, de solidarité et de douleur partagée. Notamment lorsqu'elle tente d'apporter du réconfort aux victimes, coiffée d'un foulard. Sa riposte politique lui a également valu des louanges à l'étranger, autant sur le contrôle des armes que sur la nécessité de pousser les réseaux sociaux à sévir contre les contenus extrémistes.


Autre épreuve marquante de son mandat : la gestion de la crise liée à la pandémie de coronavirus. Alors que l'archipel aux cinq millions d'habitants ne compte que 25 morts liées au virus, elle a martelé que son parti était le seul capable d'assurer la sécurité des Néo-Zélandais. C'est d'ailleurs devenu un argument clé de sa campagne de réélection avec une stratégie qui a impliqué un contrôle étroit des frontières et de vastes campagnes de dépistage  "Ces temps difficiles ont fait apparaître le meilleur de nous-mêmes", lançait-elle récemment. "Si nous avons surmonté des obstacles énormes, c'est grâce à nous-mêmes, et parce que nous avons un plan." Un argument entendu par les électeurs puisque Jacinda Ardern restera à son poste au moins jusqu'en 2023.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nouvelle-Zélande Élections législatives Premier ministre
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants