1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Covid-19 : Lille, Grenoble, Lyon et Saint-Etienne passent en alerte maximale
8 min de lecture

Covid-19 : Lille, Grenoble, Lyon et Saint-Etienne passent en alerte maximale

MINUTE PAR MINUTE - Olivier Véran et Bruno Le Maire ont fait le point ce jeudi 8 octobre sur l'épidémie de coronavirus en France.

Olivier Véran, le 29 septembre 2020
Olivier Véran, le 29 septembre 2020
Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Coline Daclin

Quelques jours après le renforcement des mesures sanitaires dans les zones d'alerte maximale, le ministre de la Santé Olivier Véran a fait le point sur l'épidémie de coronavirus, au côté de Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie.

En plus de la Guadeloupe, de la métropole d'Aix-Marseille et de Paris et sa petite couronne, les villes de Lille, Lyon, Grenoble ou Saint-Etienne passent en zone d'alerte maximale. La décision sera effective dès le samedi 10 octobre. Ces villes avaient déjà été pointées la semaine dernière par le ministre de la Santé comme proches de passer à ce niveau d'alerte.

Dijon et Clermont-Ferrand passent quant à elles en zone d'alerte renforcée. Elles rejoignent ainsi Bordeaux, Rennes, Rouen, Nice. Pour rappel, il existe actuellement trois niveaux d'alerte pour trois nuances de rouge : l'alerte "simple", l'alerte renforcée ou "rouge vif" et l'alerte maximale ou "écarlate".

Bruno Le Maire a pour sa part annoncé des mesures pour les entreprises, comme l'élargissement du fonds de solidarité. 75.000 entreprises supplémentaires pourront en bénéficier. Elles sont 150.000 aujourd'hui.

Revivez la conférence en presse

À écouter aussi

19h00 - C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi. À très bientôt sur RTL.fr !

18h55 - Le ministre de la Santé déclare que la France a "commandé beaucoup plus de vaccins [anti-grippaux] que pour les années précédentes". Il précise que la campagne de vaccination commence le 13 octobre pour les publics vulnérables et soignants. Ces publics seront privilégiés par les pharmacies. Les autres pourront se faire vacciner plus tard car "la grippe arrive à la fin du mois de décembre", soutient Olivier Véran, qui précise que "la grippe est plutôt retardée par la présence du Covid".

18h55 - Dans les nouvelles villes en zone d'alerte maximale, certaines mesures comme la fermeture des bars et le nouveau protocole sanitaire dans les restaurants seront "automatiques", déclare Olivier Véran. Il soutient qu'une "territorialisation" est possible sur d'autres mesures, "en lien avec les élus".

18h50 - Si les hôpitaux arrivent à 60% de saturation des lits de réanimation, "l'état d'urgence sanitaire peut s'accompagner d'autres mesures", assure Olivier Véran, qui évoque notamment des "fermetures de commerces non essentiels". "Il ne faut pas vivre dans la peur", précise-t-il toutefois.

18h48 - Les déprogrammations à l'hôpital "ont commencé", déclare Olivier Véran. Elles "se font hôpital par hôpital", précise-t-il. "Nous souhaitons qu'elles soient le plus courtes possibles."

18h45 - "Nous n'avons pas pris la décision de limiter la circulation d'une métropole à une autre", confirme le ministre de la Santé. "Il faut extrêmement rester prudent à l'heure où les vacances viennent", précise-t-il toutefois à l'approche des vacances de la Toussaint. "Protégez vous et protégez les vôtres", dit-il.

18h42 - "Nous réévaluons en permanence l'efficacité des mesures", assure Olivier Véran, en précisant qu'elles ne sont "pas prises au doigt mouillé". Il explique que les mesures sanitaires ne seront réduites que lorsque le gouvernement sera certain de la baisse de l'épidémie.

18h40 - Après les questions des internautes, c'est au tour des journalistes présents de poser des questions aux ministres.

18h40 - "Je lance un appel à toutes les entreprises [...] pour qu'elles fassent l'effort d'embaucher des jeunes", réagit Bruno Le Maire à une question d'un internaute. Il ajoute que c'est bien "le bon moment pour créer son entreprise", malgré la crise économique.

18h36 - Olivier Véran justifie les dernières mesures sanitaires, qui visent plutôt les bars et restaurants que les transports publics. "Les transports sont nécessaires à la vie économique", dit-il. Il assure que les bars sont des lieux où "on identifie des situations particulièrement à risque". "C'est très compliqué de faire la différence entre le petit café où les distances de sécurité sont respectées [...] et les bars qui se remplissent la nuit", poursuit le ministre, qui pointe la "consommation d'alcool qui donne l'impression d'être invulnérable".

18h35 - "Dans les Ehpad, nous avons besoin de personnel supplémentaire", soutient Olivier Véran, alors que les ministres répondent aux questions des internautes. "Une mobilisation de tous" est nécessaire.

18h32 - "Nous y arriverons", assure Bruno Le Maire. "la France a tous les ressorts [...] pour faire face à cette crise et en ressortir plus forte".

18h31 - "Ce sont les investissements de maintenant qui feront les emplois de demain", poursuit le ministre.

18h30 - "Ma porte est toujours ouverte pour ajuster ces dispositifs", assure Bruno Le Maire.

18h27 - Les entreprises du tourisme, de l’événementiel, et du sport bénéficieront d'une prise en charge du chômage partiel à 100% jusqu'à la fin de l'année 2020. Quant à celles qui sont "fermées administrativement ou qui font objet d'une restriction d'horaires", comme les bars, elles seront "exonérées de toute cotisation sociale jusqu'à la fin des mesures de restriction".

18h25 - Bruno Le Maire rappelle que la semaine dernière, l'aide est passée de 1.500€ à une aide mensuelle jusqu'à 10.000€.

18h23 - Le ministre de l'Économie annonce "élargir et renforcer le fond de solidarité". Il veut inclure les fleuristes, les blanchisseries, les "bouquinistes des quais de Paris", les graphistes... En tout, 75.000 entreprises supplémentaires pourront bénéficier du fond de solidarité. Elles sont 150.000 aujourd'hui.

18h22 - "Nous continuerons à protéger les salariés et les entreprises tant que la crise sanitaire sera là", assure Bruno Le Maire.

18h21 Br