2 min de lecture Débat

Covid-19 : les jeunes sont-ils inconscients ?

DÉBAT - L'épidémiologiste Martin Blachier discute avec les auditeurs de la contamination des jeunes, et de leur rôle dans l'immunité collective.

Pascal Praud Les auditeurs ont la parole Pascal Praud iTunes RSS
>
Covid-19 : les jeunes sont-ils inconscients ? Crédit Image : Abdulmonam Eassa / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Les auditeurs ont la parole - Praud
Pascal Praud édité par Coline Daclin

Une fête d'anniversaire organisée jeudi 1er octobre à Saint-Etienne a choqué. Quelque 150 étudiants étaient rassemblés dans un appartement de 60 mètres carrés, dans le couloir et la cage d'escalier. Des images sur les réseaux sociaux montrent des jeunes sans masque, qui dansent et restent proches les uns des autres. Résultat : un cluster. Le campus de leur école de commerce, l'EM Lyon, a dû fermer.

Même si les jeunes sont particulièrement visés par les messages de prévention, le nombre d'étudiants testés positifs reste peu important. En Île-de-France, on compte par exemple 796 cas d'étudiants positifs sur un total de 705 000 étudiants. Alors, faut-il laisser les jeunes se contaminer entre eux ? 

Pour Gaëtan, un auditeur de RTL qui vit à Saint-Etienne, la soirée de l'EM Lyon "a dérapé" mais d'autres décisions sont plus inquiétantes. Ils parlent notamment de l'ouverture d'un centre commercial très fréquenté à Saint-Etienne. 

Le docteur Martin Blachier, épidémiologiste, confirme que selon lui, ce n'est "pas rationnel de prendre ce genre de décision". Il explique que le virus a un "coefficient de dispersion très important" : concrètement, les personnes entre 20 et 30 ans qui organisent des fêtes seraient selon lui "responsables de la majeure partie des contaminations". "Tout part d'une génération", dit-il.

Une troisième vague impossible grâce aux jeunes ?

À lire aussi
coronavirus
Coronavirus en Nouvelle-Zélande : Auckland de nouveau reconfinée face à de nouveaux cas

Françoise, auditrice de l'Aisne, trouve normal qu'on soit "inconscient quand on a 20 ans". Selon Martin Blachier, la contamination des jeunes pourrait même participer à l'immunité collective. "On considère qu'avec le coefficient de dispersion, on aurait suffisamment de gens 20-30 ans contaminé pour éviter une troisième vague", indique l'épidémiologiste. "Selon nous, le nombre de cas et d'hospitalisations commencerait à descendre dans les prochains jours", poursuit-il.

Un autre auditeur, Gilles, souligne qu'on "ne peut pas punir les jeunes parce qu'ils sont jeunes" et qu'il "faut être vieux" pour comprendre qu'on encoure des risques face au coronavirus. Il conteste le modèle de calcul de l'institut Pasteur, tout comme Martin Blachier, qui estime qu'il est "trop simpliste" et "ne prend pas en compte la dispersion" du virus.

Mais l'épidémiologiste précise qu'il n'y a pas d'intérêt particulier derrière le mode de calcul de l'institut Pasteur. "Ce n'est pas dans leur intérêt de faire des scénarios catastrophe", assure-t-il. 

Le chercheur, qui se veut rassurant, dit ne pas comprendre l'intérêt de mesures plus contraignantes alors que "le pic de l'épidémie n'est pas très loin". Il rappelle par ailleurs que le temps incubation du virus est de deux à sept jours.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Débat Virus Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants