3 min de lecture Coronavirus France

Covid-19 : les bars parisiens s'apprêtent à leur tour à fermer

La capitale et sa proche banlieue ont "franchi les trois seuils qui peuvent correspondre à la zone d'alerte maximale", synonyme de restrictions radicales comme la fermeture totale des bars.

Un serveur devant un café parisien durant la pandémie de nouveau coronavirus.
Un serveur devant un café parisien durant la pandémie de nouveau coronavirus. Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut
et AFP

La vie nocturne parisienne risque d'en prendre un coup. Une semaine après Marseille, l'exécutif se prépare en effet à faire fermer les bars de la capitale à partir du lundi 5 octobre, contraint par une situation sanitaire critique. 

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait accordé jeudi 1er octobre un "sursis" aux débits de boissons parisiens, en affirmant vouloir attendre une consolidation des chiffres de progression de l'épidémie avant de placer Paris et sa petite couronne en "alerte maximale". Une menace qui pèse aussi aussi sur Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse et Saint-Étienne.

Si Olivier Véran a prorogé toute décision à dimanche, plusieurs sources au sein de l'exécutif en sont convaincues : les cafés parisiens devront fermer en début de semaine. "Ce délai nous permet de nous préparer avec la maire de Paris, les professionnels du secteur, à une entrée en vigueur la semaine prochaine", assure l'une d'entre elles. Une responsable de l'Hôtel de Ville juge qu'"il n'y a pas de doute" quant à la fermeture des bars.

Quant aux restaurants, ils espèrent encore pouvoir rester ouverts en renforçant encore leur protocole sanitaire. Le Haut Conseil de la Santé publique doit émettre un avis sur les propositions des restaurateurs d'ici lundi, à l'issue duquel le gouvernement tranchera, a-t-on appris auprès du ministère de la Santé.

Tous les indicateurs au rouge

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : Rachida Dati veut "un revenu de subsistance" pour les étudiants

En Île-de-France, le taux d'occupation des lits en réanimation pour les patients infectés au coronavirus atteignait vendredi 34,8%, au-dessus du seuil critique de 30%, selon les derniers chiffres de l'Agence régionale de santé (ARS). Le taux d'incidence (nouveaux cas sur sept jours) dépassait toujours la barre des 250 pour 100.000 habitants à Paris - l'un des critères pour basculer en zone d'alerte maximale - en ayant atteint 264 vendredi, selon l'ARS.

La fermeture des bars dans la capitale, une semaine après la restriction de leurs horaires d'ouverture, confronte l'exécutif à une colère grandissante de la profession, loin du consensus observé lors du confinement généralisé de mars. Maigre consolation : la décision doit faire taire les critiques en parisianisme des cafetiers marseillais, dont les établissements sont fermés depuis une semaine. "On déstabilise incontestablement l'écosystème, mais on créé une prise de conscience", défend un membre de l'exécutif.

La question des restaurants en suspens

La question des restaurants, déjà fermés à Marseille et Aix-en-Provence, reste en suspens, selon plusieurs sources. Jeudi, Olivier Véran avait semblé vouloir tendre la main, en demandant aux restaurateurs de proposer des protocoles sanitaires renforcés - prise de température des clients à l'entrée, le recueil de leurs coordonnées et la limitation des groupes de convives à huit contre dix actuellement - qui pourraient, s'ils sont validés, permettre aux établissements de rester "tout ou partie" ouverts, même dans les zones d'alerte maximale, et rouvrir ainsi à Aix-Marseille.

Si plusieurs organisations professionnelles s'en sont félicitées, des dizaines de patrons de restaurants, hôtels, cafés, brasseries, traiteurs, bars et discothèques ont "fait du bruit" devant la porte de leurs établissements, vendredi matin, un brassard noir au bras, en répondant au mot d'ordre du médiatique chef bordelais Philippe Etchebest, relayé par la principale organisation patronale du secteur, l'Umih.

Quid des vacances de la Toussaint ?

Au-delà, c'est la question des vacances scolaires de la Toussaint, du 19 octobre au 3 novembre, qui occupe désormais l'esprit de l'exécutif. Le vote par l'Assemblée nationale jeudi soir de la prolongation de l'état d'urgence sanitaire - elle doit désormais être adoptée par le Sénat - permet en outre au gouvernement de restreindre les déplacements de la population.

"Dans quinze jours, on verra où l'on en est dans l'application des premières mesures" et "l'impact sur la situation épidémiologique", souffle un membre de l'exécutif, en se disant "prudent". Si Nice et Bordeaux semblent connaître des évolutions favorables, la situation sanitaire à Marseille est davantage sujette à caution.

Et il prévient : "Si les mesures sont toujours négociées avec les élus dans le cadre du couple maire-préfet, il y a une exception : s'ils sont trop mous du genou, l'État se substitue à tous" et prendra ses responsabilités.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Société Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants