6 min de lecture Écologie

Train, vélo, rénovation... Comment l'exécutif veut verdir la fin du quinquennat

ÉCLAIRAGE - Emmanuel Macron, Jean Castex puis le gouvernement ont tour à tour présenté une série de mesures écologiques. C'était une promesse au lendemain des élections municipales.

Le président de la République Emmanuel Macron et le Premier ministre Jean Castex le 14 juillet 2020, Place de la Concorde, à Paris
Le président de la République Emmanuel Macron et le Premier ministre Jean Castex le 14 juillet 2020, Place de la Concorde, à Paris Crédit : Ludovic Marin / POOL / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Les fameux "600 jours" seront écologiques ou ne seront pas. Emmanuel Macron, son nouveau Premier ministre Jean Castex, puis l'ensemble du gouvernement égrainent depuis le discours du président de la République des mesures en vue de faire de cette sortie de crise l'occasion d'accélérer la transition écologique

"On doit rentrer dans un modèle qui est à la fois écologique, industriel et environnemental, a défendu Emmanuel Macron le 14 juilletOn peut redevenir une grande Nation industrielle grâce et par l'écologie.

Le lendemain, dans son discours de politique générale à l'Assemblée nationale, Jean Castex a repris ce leitmotiv : "Le gouvernement veut gagner la bataille pour le climat, la protection de la nature et la biodiversité. (...) L’écologie, c’est notre affaire à tous. Elle doit être créatrice de richesses : je crois en la croissance écologique, pas à la décroissance verte." 

Pourtant, l'un comme l'autre n'ont pas convaincu dans les oppositions. "De nouvelles mesures écologiques évoquées mais zéro détail !", regrette le député Mathieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot, après l'allocution d'Emmanuel Macron. "Macron croit à 'l'écologie du mieux, pas l'écologie du moins'. Pour l'écologie du moins, il en est responsable", fustige le secrétaire général d'Europe écologie-Les Verts Julien Bayou

À lire aussi
Les images de la marée noire à l'île Maurice environnement
DIAPORAMA - Marée noire à l’île Maurice : les images de la catastrophe écologique

Pour vous faire votre propre idée, voici en cinq points les propositions de l'exécutif pour verdir la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron

1. Les transports

Les transports sont probablement l'un des secteurs où l'exécutif entend le plus intervenir. En 2015, les transports étaient responsables d'un tiers des émissions de gaz à effet de serre selon l'Ademe. Le gouvernement entend donc inciter les Français à se déplacer plus proprement.

Le gouvernement veut développer les modes de transports propres, notamment le train et le vélo. Emmanuel Macron a confirmé la suppression des lignes aériennes intérieures pour lesquelles existent une alternative en train de moins de deux heures et demie. Pour les autres, "les lignes domestiques se justifient quand vous avez le train qui met 3 à 6 heures, selon le président de la République. On a besoin d'aller dans des villes chef-lieux de département et on ne va pas dire du jour au lendemain qu'on ne fait plus d'avion".

Emmanuel Macron a aussi fait part de son souhait de "redévelopper le fret ferroviaire, massivement, les trains de nuits et les petites lignes de train.Sur RTL ce jeudi 16 juillet, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a promis "des petites choses" pour améliorer "la qualité de service" comme "des douches" à la descente des trains de nuit pour ceux qui vont travailler afin de "faire revenir les gens vers le train." 

Le gouvernement souhaite par ailleurs investir dans le vélo. Jean Castex a promis le 15 juillet "un plan vélo très ambitieux", financé par le plan de relance, avec un "investissement dans des infrastructures dédiées et les vélos électriques." Barbara Pompili a fait part de son souhait de "pérenniser" les "coronapistes" mises en place au déconfinement. Elle a aussi rappelé que "360.000 réparations de vélos grâce à la prime de 50€ et on va arriver à 1 million d’ici la fin de l’année." 
 
Enfin, l'exécutif entend poursuivre ses efforts pour rendre le parc automobile roulant français plus écologique. Emmanuel Macron s'est félicité que "800.000 Français" ont bénéficié de la prime à la conversion. "Je veux qu'on ait un programme encore plus simple", a déclaré le chef de l'État. Jean Castex a dit vouloir aussi "structurer mieux le marché de l'occasion" et "s'appuyer sur la location longue durée" pour parvenir à cet objectif. 

2. Le bâtiment

Autre cheval de bataille du gouvernement : la rénovation thermique des logements et des bâtiments. Il présente, selon l'exécutif, l'avantage d'être à la fois écologique (il réduit la consommation d'énergie), économique (il crée de l'emploi non délocalisable) et social (il permet des économies pour les ménages).

"On va déployer massivement une prime pour rénover son logement, a déclaré Emmanuel Macron. Nous allons, nous, rénover massivement les bâtiments. Je veux qu'on se lance dans un grand programme de rénovation de nos écoles, de nos Ehpad pour commencer". 

3. L'industrie

Dans le cadre du plan de relance, le gouvernement veut pousser les entreprises à faire leur transition écologique. Emmanuel Macron veut "relocaliser certaines industries". Pour cela, il veut "aider les entreprises à investir", par exemple dans des imprimantes 3D pour produire en France. 

Le chef de l'État veut aussi, avec ce plan de relance, "développer la filière hydrogène, les nouveaux moteurs, équiper mieux le pays notamment dans ses approvisionnements en eau." Dans le plan de 40 milliards consacrés à l'industrie, le ministre de l'Économie Bruno le Maire a indiqué sur France Inter que "dans ces 40 milliards, on va prendre les 10 sites les plus polluants de France, qui sont très émetteurs de CO2, nous allons investir pour qu'ils changent de modalité de production."

4. La consommation

Dernier axe concret d'action de l'exécutif : la consommation des Français. Le gouvernement veut qu'ils consomment moins et mieux. "Nous régulerons la publicité pour réduire les incitations à la surconsommation de produits polluants", a annoncé Emmanuel Macron. La définition du périmètre est "complexe", a reconnu Barbara Pompili sur RTL. "On regarde et on essaye de faire les choses rationnellement", a-t-elle tenu à préciser. 
Le président de la République a aussi annoncé la mise en place d'un "moratoire pour l’installation de nouveaux projets de centres commerciaux dans les zones périurbaines pour lutter contre l’artificialisation des sols, promouvoir les circuits courts et les petits commerces." "C’est très important de mettre un coup d’arrêt et de dire ‘On arrête’ avec ces centres commerciaux qui ne riment à rien, qui prennent de l’espace et qui tuent les centre-villes", a confirmé Barbara Pompili. 

5. La Constitution

Dernier chantier du gouvernement, Emmanuel Macron a rappelé sa volonté de procéder à une réforme constitutionnelle, "celle de l'article 1er, qui place l'objectif de lutte contre le réchauffement climatique et le respect de la biodiversité dans notre texte constitutionnel", proposée par la Convention citoyenne sur le climat

"La Constitution ne me permet pas de décider d'un référendum demain matin sur cette base. Il faut d'abord un vote de l'Assemblée et du Sénat. Ce sera le plus vite possible. Je souhaite l'engager dans les meilleurs délais", a expliqué le chef de l'État. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Environnement Jean Castex
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants