3 min de lecture Élysée

Macron fait son mea culpa sur la forme... mais pas sur le fond de sa politique

ÉCLAIRAGE - Lors de l'interview du 14-Juillet, Emmanuel Macron a précisé sa volonté de se réinventer pour la fin de son quinquennat. Reconnaissant des erreurs, le président compte changer de chemin... mais pas forcément de politique.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Macron fait son mea culpa sur la forme... mais pas sur le fond de sa politique Crédit Image : Christophe Ena / POOL / AP / AFP | Crédit Média : Marie-Bénédicte Allaire | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Une fois n'est pas coutume, Emmanuel Macron a fait son mea culpa quant à la méthode employée les trois premières années de son quinquennat. Interrogé à l'occasion du 14-Juillet, le président de la République a reconnu des "maladresses" et des "erreurs". Sans pour autant induire un changement de sa politique

"Si j'ai sans doute laissé paraître quelque chose que je ne crois pas être, profondément, mais que les gens se sont mis à détester, ce président qui voudrait tout réformer pour que ce ne soit que les meilleurs qui puissent réussir, que notre pays, finalement, s'adapte à la mondialisation ; ça n'est pas mon projet", a-t-il déclaré. 

Pour lui cette "détestation" dont il a fait l'objet notamment lors de la crise des "gilets jaunes" est le résultat d'un "jeu des maladresses", "parfois des phrases sorties de leur contexte d'autrefois, de l'opposition, de la vie politique, qui a fait que cette détestation est apparue".

Le passage obligé du mea culpa

Emmanuel Macron a ainsi tenu à rappeler les raisons de son engagement en politique. "Ce pourquoi je me suis engagé en politique, ce pourquoi j'ai voulu à un moment devenir président, ce pourquoi nous avons construit ce pacte, c'est pour rendre une France plus forte et plus indépendante", a-t-il précisé.

À lire aussi
Emmanuel Macron, le 14 juillet 2020, Place de la Concorde préfecture
Emmanuel Macron nomme 18 préfets, dont des ex-conseillers

Et là encore, il reconnaît un échec. Cet engagement politique, "je le fais aussi pour que chacun retrouve la maîtrise de sa vie, de son destin, et qu'il y ait un chemin de justice. Et ça, je ne l'ai pas assez montré. Mais parce que nous n'avons pas produit de résultats, on n'a pas été assez vite. Je ne l'ai peut être pas assez dit".

Et d'ajouter quelques minutes plus tard : "Nous avons lancé une très grande réforme de la santé avant même la crise, mais j'ai donné le sentiment à nos concitoyens qu'au fond je réformais pour eux ou malgré eux, comme pour adapter le pays à quelque chose qu'il n'aimait pas tellement et dont on n'était pas sûr de la destination, mais qui n'était pas juste".

Un changement de cap à venir ?

Cet exercice de contrition n'a rien de nouveau pour Emmanuel Macron. Au cœur de la crise du coronavirus, le président de la République avait affirmé vouloir se "réinventer". Cette phrase, prononcée par le président de la République, a été l'aboutissement d'une démarche entamée lors de la crise des "gilets jaunes".

En décembre 2018, le chef de l'État concède :  "Je n'oublie pas qu'il y a une colère, une indignation, et cette indignation beaucoup de Français peuvent la partager. Et celle-là, je ne veux pas la réduire aux comportements inacceptables que je viens de dénoncer. (…) Cette colère est plus profonde, je la ressens comme juste à bien des égards et elle peut être notre chance". Un mois auparavant, Emmanuel Macron déclarait que le gouvernement devait "entendre les protestations d'alarme sociale mais nous ne devons pas le faire en renonçant à nos responsabilités pour aujourd'hui et pour demain parce qu'il y a aussi une alarme environnementale". 
Même s'il reconnaît des erreurs, Emmanuel Macron estime, ce 14 juillet 2020, qu'il s'agit de la forme et non du fond de sa politique. Pas question donc pour le président de la République de changer de cap. Lors de son interview du 14-Juillet, le président s'est montré ferme sur ce point : "Le projet n'est pas de changer de cap, ou de destination finale, c'est de changer de chemin pour y arriver. C'est d'associer davantage".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élysée 14 juillet Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants