2 min de lecture Politique

Julien Bayou assuré d'être le nouveau patron des Verts

Julien Bayou va succéder à David Cormand comme secrétaire national d'EELV : les écologistes se sont entendus sur un accord large en vue du vote de confirmation, lors de leur congrès à Saint-Denis.

Julien Bayou, secrétaire national d'EELV
Julien Bayou, secrétaire national d'EELV Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Florian Soenen et AFP

Il a réussi à rassembler les listes aux prix de grandes tractations : Julien Bayou va être élu samedi 30 novembre après-midi chef de file du parti Europe Écologie les Verts, après que deux des trois listes concurrentes se soient ralliées à lui. Yannick Jadot, qui ne s'est officiellement prononcé sur aucune liste, reste l'homme fort du parti. 

David Cormand, élu en 2016, aura donc réussi à passer la main à la personne de son choix, Julien Bayou, 39 ans, un activiste de longue date que les combats ont souvent porté à fréquenter des militants bien ancrés à gauche. Mais Yannick Jadot s'est préservé, ne se prononçant officiellement pour aucune des motions même si plusieurs de ses proches figurent dans celle de l'ex-députée Éva Sas, arrivée deuxième lors du premier tour du scrutin le 16 novembre. Il restera l'homme fort d'EELV pour les prochaines échéances.

Julien Bayou avait largement devancé ses concurrents (42,9%, contre 26,2%, 21,6% et 8,5%). Deux des trois listes suivantes se sont entendues pour fusionner. Selon l'accord final, publié deux minutes avant l'heure limite de dépôt des listes, les soutiens de Julien Bayou obtiendront 7 places sur les 15 que compte l'exécutif du parti, la liste d'Éva Sas sera représentée par 4 personnes, celle conduite par l'ex-secrétaire national adjoint Alain Coulombel, 3. Et Philippe Stanisière, arrivé dernier mais qui a maintenu sa liste, devrait récolter suffisamment de suffrages pour se maintenir dans l'exécutif. 

Avec ce congrès néanmoins, le parti n'aura pas réussi à s'épargner les longues et difficiles tractations dont il est coutumier, contrairement à l'objectif de rassemblement que beaucoup de cadres et de militants avaient fixé dès leur succès aux élections européennes de mai (3e avec 13,5%). "L'accord, c'est ce que nous proposions dès le 17 novembre, donc il y a le sentiment de 'Tout ça pour ça'", a convenu Julien Bayou. Les partisans d'Éva Sas s'étaient quant à eux toujours montrés rassurants sur l'issue du congrès, preuve qu'une partie des négociations tenaient du théâtre et du rapport de forces.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique EELV Yannick Jadot
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants