5 min de lecture Entreprises

Déconfinement : transports, écoles, masques... Mode d'emploi

ÉCLAIRAGE - Le processus de déconfinement débute en France lundi 11 mai. Après près de deux mois de confinement et d'habitudes chamboulées, notre quotidien devrait toujours être bouleversé.

Les masques se vendent aussi chez les buralistes (ici à Nantes)
Les masques se vendent aussi chez les buralistes (ici à Nantes) Crédit : Loic VENANCE / AFP
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
et La rédaction numérique de RTL

Après 55 jours de confinement, soit près de deux mois, les autorités lèvent une partie des restrictions qui pesaient sur le quotidien des Français depuis le mardi 17 mars, ce lundi 11 mai. Cette étape dans la lutte contre le Covid-19 s'annonce particulièrement périlleuse. Car s'il faiblit, le virus continue de circuler faute de traitement et de vaccin. Ces derniers jours, les appels se sont donc multipliés contre tout relâchement de l'attention et des gestes de protection. 

Mais il était primordial de retrouver un semblant de vie normale, notamment pour essayer d'enrayer la récession économique. Près de 12 millions de personnes ont été confrontées au chômage partiel. Le gouvernement a multiplié les mesures d'urgence et les plans d'aides en faveur de différents secteurs. 

Car si les cafés, bars et restaurants vont rester rideau baissé ce lundi, et que les autorités préconisent de maintenir le télétravail dans la mesure du possible, beaucoup de personnes vont à nouveau se rendre sur le lieu de travail.

Transports

Depuis qu'Édouard Philippe a annoncé a limitation de déplacement dans les 100 km autour de son domicile, certains Français partis se confiner à la campagne sont rentrés. Si vous êtes à plus de 100 km de chez et que vous n'êtes pas encore rentrés alors que vous devez le faire, une tolérance sera appliquée en début de semaine. 

À lire aussi
coronavirus
Coronavirus en France : comment Macron s'est affranchi des scientifiques

Ensuite, si vous ne vous déplacez pas pour un motif impérieux, une amende de 135€ pourra vous être infligée. Des sites existent pour calculer le rayon dans lequel vous pouvez vous déplacer sans attestation (mais muni de votre carte grise ou d'un justificatif de domicile si vous n'êtes pas en voiture, ndlr).

A partir de ce lundi, le nombre de trains de banlieue en Île-de-France qui circuleront oscillera entre 50% et 60% de la normale. Le niveau atteindra de 40% à 50% pour les TER et 32% pour les TGV et Intercités. Les grandes lignes ont redémarré vendredi 8 mai avec 20% du service et le retour des TGV low-cost Ouigo. 

A Paris, la RATP devrait assurer 75% du trafic habituel. 60 stations vont rester fermées (découvrez la liste). A noter qu'il vous faudra être muni d'une attestation de votre employeur aux heures de pointe (de 6h30 à 9h30 et de 16h à 19h), afin d'éviter les afflux massifs de voyageurs que l'on connait en temps normal.

Dans les avions, le port du masque sera obligatoire et une prise de température sera effectuée avant d'embarquer. Au-dessus de 38 degrés, il sera impossible de monter à bord, a annoncé Jean-Baptiste Djebbari sur RTL. Ce dernier a également expliqué qu'il n'y aura pas de distance physique dans les avions.

Port du masque

Dans les transports en commun franciliens, le port du masque sera obligatoire. A la station Châtelet-les-Halles, des caméras dotées d'intelligence artificielle ont été installées afin d'aider les agents à repérer les contrevenants.

Dans l'espace public, le port du masque n'est pas obligatoire, même s'il est vivement recommandé. Vous pouvez vous en procurer dans les pharmacies, les tabacs ou encore les supermarchés. Leur prix est encadré. Mais comment choisir entre un masque chirurgical ou en tissu ? Toutes les explications ici

Si vous optez pour un masque dit "grand public" (en tissu), il faudra respecter quelques consignes pour le laver.

L'État va mettre à partir de lundi "10 millions de masques à disposition des opérateurs de transport pour qu'ils les distribuent à leurs usagers", dont 4,4 millions pour la région Île-de-France, selon le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Écoles

C'est LE point qui ne passe pas parmi toutes les mesures annoncées dans le plan de déconfinement du gouvernement. De nombreux parents sont réticents à renvoyer leurs enfants à l'école. Le retour de ceux-ci se fera alors sur la base du choix des parents pour les écoles maternelles et élémentaires.

"Près de 50%" des enseignants retourneront lundi travailler dans les écoles, ce qui permet, selon Jean-Michel Blanquer, "de bien accueillir les élèves qui reviennent". Selon le ministre, "un million d'enfants" reprendront dès mardi 12 mai le chemin de l'école, soit "80% à 85%" des 50.500 établissements du pays.

Tous les élèves ne rentreront pas en classes en même temps. En effet, les élèves prioritaires pour cette "rentrée" du 11 mai sont "les élèves en situation de handicap, les enfants des personnels soignants et les enfants identifiés comme décrocheurs ou en voie de décrochage scolaire.

Paniers repas, pique-niques, déjeuners en classe ou à la cantine de l'école : comment vont s'organiser les repas des écoliers après leur retour en classe ? Notre article pour y voir plus clair.

Emmanuel Macron a expliqué que plusieurs temps seraient organisés pour les enfants : un temps d'école, un temps d'étude dirigée, un temps de vie pédagogique non scolaire avec du sport, de la culture et du civisme, et enfin un temps à la maison, à distance.

Télétravail

"Pour réussir ce déconfinement, l'ensemble du gouvernement est pleinement mobilisé, mais nous comptons aussi sur la responsabilité de chaque entreprise, en particulier pour continuer à recourir au télétravail au maximum de ce qui est possible, et tout particulièrement en Île-de-France où c'est crucial", a déclaré Muriel Pénicaud.

S'il peinait à s'installer dans nos habitudes, c'est devenu le quotidien de près de 5 millions de travailleurs pendant le confinement. Va-t-il rester et s'installer durablement ? Certains citadins confinés à la campagne y ont pris goût, et cela pourrait avoir une incidence sur le marché du travail, comme le notait François Lenglet dans le podcast hors-série Lenglet-co consacré à la crise du coronavirus.

>
32. Coronavirus : le télétravail va-t-il accélérer la délocalisation des emplois qualifiés ? Crédit Image : RTL originals | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date :

Loisirs

Edouard Phlippe a mis en garde : la vie à partir du 11 mai n'aura rien à voir avec celle d'avant le confinement. De nombreux lieux publics restent fermés, comme les lieux de convivialités (café, bars et restaurants), certains musées ou encore les parcs et jardins dans les zones "en rouge". Pour autant, de nombreuses activités vont à nouveau pouvoir être possibles.

A commencer par les sports individuels. S'il sera encore impossible de jouer au foot ou au rugby, la pratique du footing (encadrée), du vélo ou de la marche est possible, et de nombreux Français vont s'en donner à cœur joie, selon notre sondage.

La pratique de la pétanque ou encore de la randonné est également autorisée, même s'il faudra respecter de nombreuses consignes de sécurité sanitaires. Enfin l'ouverture des forêts et des plages, qui a été source de tractations intenses, a finalement été soumise à l'approbation des préfets. Celles-ci seront donc accessibles au cas par cas, et pas forcément dès le lundi 11 mai.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Entreprises Santé École
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants