4 min de lecture Confinement

Coronavirus : qui est Jean Castex, le "Monsieur déconfinement" du gouvernement ?

PORTRAIT - Jean Castex doit préparer pour le gouvernement plusieurs scénarios de déconfinement. Haut fonctionnaire, élu local, ce "couteau suisse" connait bien les secteurs du social et de la santé.

Jean Castex, le 15 septembre 2017
Jean Castex, le 15 septembre 2017 Crédit : Ludovic MARIN / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

"Un haut fonctionnaire qui connaît parfaitement le monde de la santé et qui est redoutable d'efficacité." Tel est le portrait dressé par le Premier ministre Édouard Philippe ce jeudi 2 avril lorsqu'il a annoncé la nomination de Jean Castex pour préparer le déconfinement. C'est lui qui devra imaginer "plusieurs scenarii" pour résoudre ce problème : "Comment décidons-nous de vivre en déconfinement avec une maladie dont il est quasiment acquis qu'elle n'aura pas totalement disparu au moment où nous allons procéder au déconfinement ?"

Jean Castex, 54 ans, est un proche de Nicolas Sarkozy. Il est aussi maire (Les Républicains) de la petite ville de Prades, 6.000 habitants, dans les Pyrénées-Orientales. Alors que la question qui lui est posée est complexe, l'énarque pourra s'appuyer sur son CV et sa carrière politique largement construits en lien avec le secteur social et la santé. "C'est un vrai couteau suisse, il a des connexions un peu partout, il sait faire ce qu'il faut faire au bon endroit", estime Franck Louvrier, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy.

L'inconnu du grand public a ainsi été en 2005 et 2006 directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins au ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale. Il a aussi été le directeur de cabinet de Xavier Bertrand, actuel président de la Région Hauts-de-France, lorsque celui-ci était ministre de la Santé (2006-2007) puis ministre du Travail (2007-2008).

Le premier plan pandémie, c'est Jean Castex.

Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France, dont Jean Castex a été le directeur de cabinet.
Partager la citation

L'ex-ministre loue "les idées claires et le franc-parler" de cet "énarque rectifié élu local". "Le premier plan pandémie, c'est Jean Castex qui est dircab" à l'époque du virus H5N1, rappelle Xavier Bertrand, en soulignant que "l'OMS avait alors indiqué qu'on était un des pays les mieux préparés au monde. Le côté 'je vous mets en place un plan qui ne fonctionne pas sur le terrain', ce n'est vraiment pas le genre de la maison Castex."

À lire aussi
Des gendarmes patrouillant dans Paris, où un couvre-feu est en vigueur depuis samedi 17 octobre 2020. psychologie
Coronavirus : quels sont les bienfaits et les méfaits du couvre-feu ?

Jean Castex s'est trouvé confronté à des dossiers épineux lors de son passage au ministère du Travail, que ce soit le service minimum dans les transports et la réforme des régimes spéciaux de retraite. Et il a visiblement laissé de bons souvenirs : selon ses interlocuteurs des centrales syndicales, il était un homme  "disponible" et "avenant" même s'il "cache une certaine fermeté", avec "une excellente connaissance de ses dossiers", "quelqu'un avec qui on peut discuter".

Politiquement, je suis de droite et je l'assume parfaitement.

Jean Castex, à la Cour des Comptes.
Partager la citation

"Politiquement, je suis de droite et je l'assume parfaitement", soulignait à l'époque ce membre de la cour des Comptes. Lors du congrès de l'automne 2012 de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), où s'étaient affrontés dans une guerre fratricide Jean-François Copé et François Fillon, il avait soutenu le second. Il est aujourd'hui encore membre des Républicains

Cela n'empêche : il sait aussi se ménager des appuis au sein de la majorité, à La République en Marche (LaREM). Lorsque Gérard Collomb a quitté le ministère de l'Intérieur fin 2018, son nom a circulé un temps pour prendre sa place, avant que Christophe Castaner ne lui soit préféré. Il était d'ailleurs jusqu'à sa nomination délégué interministériel aux Jeux Olympiques de Paris-2024 et aux grands événements sportifs, et présidait également l'Agence nationale du sport.

"Un atout maître", son ancrage local

Jean Castex, outre ces nombreux postes parisiens, est aussi un homme politique local. Ce père de quatre filles, originaire du Gers, est depuis 2008 maire de Prades dans les Pyrénées-Orientales, où il a été réélu en mars dernier dès le premier tour avec 76% des voix. Conseiller régional de Languedoc-Roussillon de 2010 à 2015, il a été battu aux législatives de 2012 par la candidate PS Ségolène Neuville.

Si l'on en croit Franck Louvrier, ces mandats locaux pourraient être "un atout maître" pour préparer le déconfinement, en lui donnant "le pouls du pays." "C'est précieux, estime l'ancien conseiller présidentiel, car il faudra "emporter l'adhésion de tous ceux qui décident localement". Mais Jean Castex "n'arrivera pas avec une solution miracle tout de suite", avertit Xavier Bertrand, car "tout le monde a compris que les conditions de sortie du confinement seraient aussi fonction du nombre de masques et des tests".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Coronavirus Politique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants