2 min de lecture Armée

La France à la traîne pour équiper son armée de drones aériens, selon la Cour des comptes

ÉDITO - La France "a tardé" à équiper son armée de drones aériens, avec un parc encore "limité", alors que depuis le début des années 2000 de plus en plus d'armées dans le monde se dotaient de drones, signale la Cour des comptes dans un rapport publié le 25 février dernier.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
La France à la traîne pour équiper son armée de drones aériens, selon la Cour des comptes Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Camille Descroix

L'armée française joue de malchance avec ses fameux drones, ces aéronefs pilotés à distance. De malchance ou plutôt d'incompétence, si l'on en croit la Cour des comptes, dont le rapport publié mardi 25 février contient un chapitre sur le fiasco des drones.

Les drones, ce sont ces petits avions dirigés depuis le sol, sans pilote à bord. Ils permettent de faire des missions de reconnaissance et peuvent aussi être engagés dans les combats, seuls ou en appui des forces terrestres. Ils possèdent jusqu'à 30 ou 40 heures d'autonomie et toutes les grandes armées du monde les utilisent de plus en plus. 

Le nombre de drones capables de tirer des missiles a ainsi doublé dans le monde sur les 5 dernières années. Côté fabrication, ce sont les États-Unis et Israël qui règnent en maître sur la technologie avec la Chine qui pointe son nez et exporte dans les pays émergents ses propres drones.

Un manque de vision stratégique cohérente

Parce que, nous dit la Cour, le programme a été conduit sans vision stratégique cohérente. Première étape avec un programme dit intérimaire, en 2001, pour ce qu'on appelle les drones MALE, longue endurance. Autonomie limitée, manque de fiabilité, surcoûts considérables, retard. 

À lire aussi
Un soldat français de la force Barkhane au Sahel. Sahel
Coronavirus : 4 cas positifs parmi les soldats de l'opération Barkhane, un militaire décédé

Douze ans plus tard, l'armée a eu besoin de cet appareil pour Barkhane, au Mali, et a acheté des Reapers aux États-Unis. Avec des conditions invraisemblables : interdiction, par les américains, que la France les utilise hors du Sahel. La France a alors décidé de lancer un nouveau programme, le Patroller

Quelques années plus tard, en décembre dernier, un prototype s'est écrasé près de la base d'Istres. Entre temps, la France a repris des drones américains, en attendant l'Airbus du drone, qui est en route, mais à son rythme.

Et un projet européen ?

C'est le cas avec le projet Euromale, lancé en 2016, avec notamment Airbus et Dassault. Un projet dont les coûts estimés pourraient atteindre la dizaine de milliards d'euros et dont la direction a été confiée à l'Allemagne, en vertu d'un de ces compromis européens baroques.
 
Et l'Allemagne y parvient-elle ? Cette dernière veut un drone pour faire de la surveillance civile, c'est à dire survoler la fête de la bière, et non les djihadistes au Sahel. Elle a donc conçu un appareil bimoteur, de 26 mètres d'envergure et de 11 tonnes, deux fois plus que le Reaper, sans que l'autonomie soit améliorée. 

Dix milliards pour un tel appareil, c'est un peu cher, et nos militaires ont peur qu'à cause de sa taille, il ne puisse pas rentrer dans les hangars français. Après l'enquête de la Cour des comptes, le ministère de la Défense n'a même pas cherché à répondre, tellement le dossier est accablant.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Armée France Drones
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants