2 min de lecture Confinement

Coronavirus : "Il n'y aura pas de déconfinement sécurisé sans masques", dit Polony

ÉDITO - Pour Natacha Polony, les masques ont fait l'objet "d'un mensonge de la part des plus hautes autorités politiques."

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Coronavirus : "Il n'y aura pas de déconfinement sécurisé sans masques", dit Polony Crédit Image : Cindy Ord / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony Journaliste

Soyons clairs, les masques, c’est un sujet tout sauf anecdotique. D’abord parce qu’il a fait l’objet d’un mensonge de la part des plus hautes autorités politiques comme des autorités de santé. Évidemment, ce n’est pas dit comme ça, mais ce sont les faits. En janvier, le gouvernement s’aperçoit qu’il n’y a aucun stock de masques. Or, le besoin, rien que pour les soignants, c’est 40 millions de masques par semaine.

Et c’est exactement ce que nous a expliqué Édouard Philippe jeudi 2 avril : on a décidé de réserver le peu qu’il y avait aux personnels soignants, "parce qu’ils en utilisent plus que prévu". Pour un peu, il leur aurait reproché de ne pas être économes. Et puis, il ne précise pas que pour réserver les stocks aux soignants, on nous a raconté des craques, en nous expliquant que les masques ne servaient à rien et qu’ils seraient même contreproductifs parce que les gens les mettraient mal.


De plus, le discours a changé, puisqu’on nous parle maintenant de l’utilité des masques dits "alternatifs", que je fais moi-même. Ça s’appelle un virage à 180°. Pourquoi ? Parce que nos dirigeants sont en train de découvrir qu’il n’y aura pas de déconfinement sécurisé sans masques. Ils auraient pu s’en douter puisqu’ils nous racontaient que les masques, ça servait aux soignants et aux malades. Avec une majorité de malades asymptomatiques, il faut empêcher ceux qui ne se savent pas malades de contaminer tous les autres. Ça semble assez basique.

La France ne produit toujours pas assez de masques

Natacha Polony
Partager la citation

Du coup, si on veut éviter une deuxième vague de contamination au moment où nous ressortirons tous, ce qui semble se dessiner à Singapour, il faudra s’habituer aux masques. Sauf que la France ne produit toujours pas assez de masques et qu’on s’en fait piquer, parce qu’évidemment, en cas de guerre sanitaire, c’est chacun pour soi. Donc, l’urgence, c’est de réorienter l’outil productif. Ce qu’on fait habituellement en cas de guerre. J’ai l’exemple d’une PME qui voulait en produire bénévolement. L’Autorité régionale de santé l'en a dissuadée.

À lire aussi
Nathanaël Karmitz, président du directoire du groupe MK2, en 2012 coronavirus
Cinéma : "Ouvrir est plus compliqué que de fermer" pour Nathanaël Karmitz

Espérons que tout ça est en train de changer. Nous sommes tous en train de comprendre que le déconfinement, ce ne sera pas le retour, d’un coup d’un seul, à la normale. Il faudra s’adapter. Et le masque sera l’accessoire tendance de cet été.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Épidémie Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants