6 min de lecture Justice

Balkany, Tapie, Kulik... Les procès qui ont marqué l'année 2019

DANS LE RETRO - Patricia Dagorn, "Air Cocaïne", Bernard Tapie, Abdelkader Merah, les suicides à France Télécom, les époux Balkany, Willy Bardon... Retour sur les procès qui ont occupé l'actualité en 2019.

Un avocat dans un tribunal (illustration)
Un avocat dans un tribunal (illustration) Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Noémie Grinberg Journaliste

C'était sans doute l'un des procès les plus attendus de l'année 2019. Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, a comparu en première instance, devant la justice des hommes, du 7 au 10 janvier. Le prélat de 68 ans était jugé pour "non-dénonciation d'abus sexuels" commis sur de jeunes scouts avant 1991 par le prêtre Bernard Preynat.

Le scandale lyonnais a éclaté en 2015 avec la mise en cause du père Preynat pour des abus commis un quart de siècle plus tôt, sur de jeunes scouts du groupe St Luc, dans la banlieue lyonnaise, qui ont depuis créé l'association La Parole Libérée. Parce qu'il était au courant de ces agissements anciens, des victimes ont aussi porté plainte contre Mgr Barbarin, estimant qu'il aurait dû lui-même dénoncer le prêtre à la justice.

Le cardinal a été reconnu coupable, et condamné à 6 mois de prison avec sursis.
Ses avocats avaient immédiatement appel. Un deuxième procès s’est ouvert le 28 novembre, à l’issue duquel, comme en première instance, l'accusation n'a pas requis de condamnation. La Cour d'appel de Lyon a mis sa décision en délibéré au 30 janvier 2020. 

Le procès en appel de Patricia Dagorn, dite la "veuve noire"

Un an après un premier procès, la "veuve noire de la Côte d'Azur" était de retour devant la justice. Reconnue coupable d'avoir empoisonné plusieurs hommes âgés, dont deux sont morts, Patricia Dagorn avait été condamnée en janvier 2018 à 22 ans de réclusion criminelle malgré ses dénégations et l'acharnement de ses avocats à dénoncer un manque de preuves.

À lire aussi
Un contrôle de l'attestation de déplacement dérogatoire dans le cadre du confinement en France le 24 mars à Paris justice
Coronavirus : verbalisé quatre fois sans attestation, il est convoqué devant le juge

Des arguments qui semblent avoir été entendus par les jurés de la cour d'assises d'Aix-en-Provence lors du procès en appel. Patricia Dagorn, 58 ans, a été reconnue coupable le 15 janvier 2019, de deux empoisonnements mais acquittée de deux assassinats, et a écopé de 14 ans de prison.

L'affaire "Air cocaïne"

Le procès a duré sept semaines, entre le 18 février et le 5 avril 2019. La cour d’assises spéciale d’Aix-en-Provence a jugé l’affaire dite "Air Cocaïne". Une affaire qui avait éclaté au grand jour avec l'interception d'un Falcon 50 rempli de 700 kilos de cocaïne sur un tarmac de Punta Cana, en mars 2013. Bruno Odos et Pascal Fauret avaient été arrêtés alors qu'ils s'apprêtaient à en prendre les commandes, en direction de la France. 

Présenté comme le commanditaire du trafic, Ali Bouchareb a écopé de 18 ans de prison. Son homme à tout faire, Frank Colin, le seul à avoir reconnu son implication mais qui affirmait être un "agent infiltré", a écopé de 12 ans de réclusion.

Les collègues des pilotes gérants de la société SNTHS qui affrétait l'avion d'affaires, Fabrice Alcaud et Pierre-Marc Dreyfus, ont été condamnés à 6 ans de prison chacun. L'ancien douanier François-Xavier Manchet a quant à lui été condamné à 5 ans de prison, avec interdiction définitive d'exercer une fonction publique. 

Le procès de Bernard Tapie

En 2008, un arbitrage accordait 403 millions d’euros à Bernard Tapie au détriment du Crédit Lyonnais dans l'affaire de la revente d'Adidas, avant que cette décision ne soit finalement annulée. 

Plus de dix ans après cet arbitrage très controversé, l’homme d’affaires ainsi que cinq autres personnes, dont l'actuel PDG d'Orange Stéphane Richard, ont comparu entre le 11 mars et le 5 avril 2019, pour escroquerie en bande organisée et détournement de fonds publics.

Et le tribunal correctionnel de Paris a relaxé Bernard Tapie. Pour les juges, "aucun élément du dossier ne permet d'affirmer" que cette sentence "ait été surprise par la fraude". Le parquet avait requis 5 ans de prison ferme contre l'homme d'affaires, qui subit à 76 ans une récidive de son double cancer de l’œsophage et de l'estomac. 

Le parquet a fait appel de cette décision. Un procès en appel devrait donc s’ouvrir dans les mois à venir

Le procès en appel d'Abdelkader Merah

Abdelkader Merah, condamné à 20 ans de réclusion en première instance en 2017, a de nouveau été jugé en mars 2019, à Paris pour "complicité" des meurtres de son frère Mohamed à Toulouse et Montauban il y a sept ans. Toute la question était de savoir si le grand frère était le cerveau ou non des attaques.

Pour de nombreuses familles de victimes, Abdelkader Merah connaissait le funeste projet de son frère Mohamed. C'est même lui qui l'aurait aidé à tout préparer, lui qui aurait converti son frère à un islam radical. L’accusé a été finalement condamné le 18 avril, à 30 ans de réclusionla complicité avec le tueur ayant été retenue en appel.

Il comparaissait aux côtés de Fettah Malki, qui lui, a été condamné à 10 ans de prison. Ce délinquant de 36 ans avait écopé en première instance de 14 ans de réclusion criminelle pour avoir fourni un gilet pare-balles et un pistolet-mitrailleur à Mohamed Merah, en ayant connaissance de sa radicalisation.

"Il y aura surement pourvoi en cassation" avait réagi Eric Dupond-Moretti, l'un des avocats d'Abdelkader Merah, à l'énoncé du verdict.

Le procès des époux Balkany

Procès en série, hospitalisations et placement en détention… Les époux Balkany ont traversé une année 2019 mouvementée. D’abord, quelques jours seulement avant l’ouverture de la première audience, Isabelle Balkany a tenté de mettre fin à ses jours le 1er mai. L'épouse du maire de Levallois avait exprimé peu de temps auparavant sa lassitude dans un très long post Facebook. Un message qui se terminait par des propos énigmatiques : "#Jesuisfatiguée et, comme c’est la Fête du Travail, je vais en profiter pour faire une grosse sieste". Elle ne sortira de l’hôpital que le 27 mai.

Entre temps, le 13 mai, s’est ouvert leur procès consacré au seul délit de fraude fiscale, puis dans la foulée, le maire LR et la première adjointe de Levallois-Perret ont comparu pour blanchiment et corruption, des accusations plus lourdes et plus complexes.

Le tribunal correctionnel de Paris a décidé de condamner Patrick Balkany à quatre ans de prison ferme avec mandat de dépôt - il est incarcéré depuis à la prison de la Santé – et Isabelle Balkany à trois ans de prison, sans mandat de dépôt dû à son état de santé. Et contre tous les deux, dix ans d'inéligibilité, le maximum. 

Dans le deuxième volet, Le baron des Hauts-de-Seine, âgé de 71 ans, a été condamné à 5 ans de prison pour blanchiment, et relaxé pour corruption. Son épouse, elle, a écopé de quatre ans de prison ferme, sans mandat de dépôt.  

Affaire Élodie Kulik

Dix-sept ans après les faits, le procès dans l'affaire Kulik s’est ouvert le 20 novembre. Willy Bardon seul suspect vivant était jugé pour le meurtre et le viol d’Élodie Kulik.

Élodie Kulik avait 24 ans. Elle était directrice d'agence bancaire à Péronne (Somme). Dans la nuit du 10 au 11 janvier 2002, la jeune femme circulait en voiture après avoir dîné dans un restaurant de Saint-Quentin. Elle est victime d’un accident, provoqué par plusieurs agresseurs. Alors qu'elle est en train d'appeler les secours, elle est extraite de sa voiture, placée dans un autre véhicule et amenée à quelques kilomètres de là pour être violée et tuée. Son corps est retrouvé le surlendemain par un agriculteur près d’une piste d’aviation désaffectée.

À l'issue de 13 jours d'une audience "hors norme", qui ont vu défiler "47 témoins et experts" à la barre, relater les quelque 180 auditions menées par les enquêteurs, l’accusé de 45 ans a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle pour viol, enlèvement et séquestration suivis de mort.

Fait rarissime, après l'annonce de sa condamnation, Willy Bardon a tenté de mettre fin à ses jours dans le box, sous les yeux d’un public, venu nombreux assister au verdict, en avalant du Temik, un pesticide dont la commercialisation est extrêmement réglementée. 

Et aussi…

L’année 2019 a également été marquée par le procès hors norme du Mediator, ce médicament à l'origine d'un des plus grands scandale sanitaire, ayant déclenché des problèmes cardiaques chez des milliers de consommateurs ; du procès très attendu de France Télécom, après la vague de suicides au début des années 2000 qui avait secoué l'entreprise à la suite de l'annonce d'un vaste plan de restructuration ; d’une audience très particulière à Paris, plus de vingt ans après le meurtre de Sophie Toscan du Plantier, le journaliste irlandais Ian Bailey, 62 ans, principal suspect dans cette affaire, a été jugé en son absence ; et le feuilleton autour de la succession de Johnny Hallyday a bien sûr continué d’agiter les tribunaux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Procès Affaire Balkany
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants