1 min de lecture Air Cocaïne

Air cocaïne : Pascal Fauret (aussi) placé en détention après un interrogatoire de 15 heures

Après Bruno Odos, le second pilote de l'affaire "Air cocaïne" Pascal Fauret a également été placé en détention provisoire par les juges marseillais.

Pascal Fauret, l'un des deux pilotes condamnés à 20 ans de prison en République dominicaine
Pascal Fauret, l'un des deux pilotes condamnés à 20 ans de prison en République dominicaine Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Julien Quelen
Julien Quelen
et AFP

Mis en cause dans l'affaire Air cocaïne, un trafic de drogue transatlantique, au même titre que son compatriote Bruno Odos, le pilote français Pascal Fauret a à son tour été placé en détention par les juges d'instruction chargé du dossier à Marseille. Entendu mercredi 4 novembre, l'homme aurait été interrogé pendant une quinzaine d'heures, selon un de ses avocats. 

Tout comme il l'avait déploré concernant Bruno Odos, lui aussi maintenu en détention après son interrogatoire, Me Jean Reinhart a déploré la décision de justice, prise en dépit des réponses "limpides" de son client. "L'institution judiciaire a repris ses travers en mettant en détention provisoire M. Fauret", a-t-il ainsi déclaré. 

Les deux pilotes français, soupçonnés d'avoir participé activement à un trafic de drogue entre la France et la République dominicaine, s'étaient évadés il y a une dizaine de jours du pays des Grandes Antilles pour rejoindre l'Hexagone par voie maritime. Lundi 2 novembre, les deux hommes avaient été arrêtés à leur domicile par la gendarmerie afin qu'ils soient entendus par la justice en charge du volet français de l'affaire. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Air Cocaïne Trafic routier Drogue
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants