2 min de lecture Justice

Affaire Kulik : Willy Bardon "en phase de sortie progressive du coma"

Willy Bardon, qui a avalé "un pesticide" ce vendredi 6 décembre après l'annonce de sa condamnation à 30 ans de réclusion criminelle dans l'affaire Kulik, est "en phase de sortie progressive du coma", mais dans un état toujours "critique" selon le procureur d'Amiens.

Willy Bardon, mis en examen pour le meurtre et le viol d'Elodie Kulik, escorté par des gendarmes.
Willy Bardon, mis en examen pour le meurtre et le viol d'Elodie Kulik, escorté par des gendarmes. Crédit : AFP / Philippe Huguen
IMG_5140
Sarah Rozenbaum et AFP

Le procureur d'Amiens a indiqué ce samedi 7 décembre que Willy Bardon, condamné à 30 ans de réclusion criminelle, est "en phase de sortie progressive du coma", mais qu'il se trouve toujours dans un état "critique", placé dans un service de réanimation.

Le cachet avalé par Willy Bardon a finalement été identifié. Il s'agit d'un "pesticide appelé le Temik" selon le procureur qui assure qu'il s'agit d'un "produit extrêmement dangereux". En effet, sa commercialisation est extrêmement réglementée sur le territoire français et européen car il "a des effets à la fois sur le système nerveux et le système cardio-vasculaire". Ce pesticide "a des effets en une dizaine ou une quinzaine de minutes". 
Le procureur a ainsi tenu à saluer "la rapidité d'intervention à la fois des policiers de l'escorte et des pompiers, qui a été décisive pour que son état ne soit pas encore plus grave".

"Poison connu", le Temik "n'est normalement pas en accès pour des personnes qui ne correspondent pas à la réglementation". L'enquête ouverte par le parquet doit notamment déterminer comment Willy Bardon s'en est procuré et "si c'est un acte qui avait été prémédité, organisé et de quelle manière". Pour le magistrat, Willy Bardon a "très bien pu venir ce jour-là avec ce produit" puisqu'il comparaissait libre.

Willy Bardon n'a pas expliqué son geste

Juste avant que le verdict soit prononcé, la police l'a installé dans le box des accusés et réalisé par précaution "une fouille très minutieuse", visant à "retrouver d'éventuels objets dangereux", a raconté le procureur. La "très petite taille" du produit est avancée par le procureur pour expliquer que celui-ci n'ait pas été vu. Il précise aussi que cette fouille était une simple précaution puisque "pas obligatoire" dans "cette situation-là".

À lire aussi
Une urne et du gel hydroalcoolique (illustration) élections municipales
Municipales 2020 : une élection annulée à cause de l'abstention due à la Covid-19

"Il est possible qu'il l'ait eu dans son mouchoir", a-t-il noté. Questionné par ses avocats juste après sa tentative de suicide, Willy Bardon "n'a pas expliqué son geste". Le procureur souhaite enfin que Willy Bardon "se remette de cet empoisonnement" et qu'il assume "les conséquences de la condamnation prononcée, fruit d'un travail extrêmement intense du ministère public, des enquêteurs et des jurés". Willy Bardon peut toujours faire appel du verdict prononcé vendredi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Procès Suicide
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants