4 min de lecture Réforme des retraites

Grève à la RATP : comment expliquer le choix symbolique du 5 décembre ?

ÉCLAIRAGE - La RATP a surpris tout le monde en annonçant une grève illimitée contre la réforme des retraites à partir du 5 décembre prochain. Une date anniversaire, 24 ans après les grandes grèves contre la réforme Juppé.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Grève à la RATP : comment expliquer le choix symbolique du 5 décembre ? Crédit Image : MATTHIEU ALEXANDRE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Paul Turban

La RATP a surpris tout le monde, ce vendredi 20 septembre, en annonçant une grève illimitée contre la réforme des retraites à partir du 5 décembre prochain. Un préavis avec deux mois d'avance, cela peut paraître surprenant mais, en fait, la RATP joue l'arme psychologique sur le gouvernement et particulièrement sur le Premier ministre.

Car le 5 décembre 1995, près d'un million de Français étaient descendus dans la rue et une mobilisation d'ampleur s'était organisée à la Poste, dans les transports, à EDF. Une mobilisation qui avait paralysé le pays et qui avait obligé Alain Juppé à retirer sa réforme dans les 10 jours qui ont suivi le 5 décembre 1995.

Certes, Emmanuel Macron n'avait que 18 ans à ce moment-là, mais le juppéiste Édouard Philippe, lui, a grandi politiquement dans l'ombre de ce mois de décembre 1995. Il faut se rappeler qu'à ce moment-là, il n'y avait plus un seul transport en commun public.

Le gouvernement avait été obligé de réquisitionner les bateaux-mouche et des cars privés pour permettre aux Parisiens de se déplacer.

Un alignement des planètes favorable à la grève ?

La situation n'est plus la même qu'en 1995, les syndicats ne mobilisent plus autant. 1995 reste une référence car, depuis, on n'a plus connu un tel mouvement. Mais, si on y regarde de plus près, l'état de grogne sociale n'est pas très éloigné aujourd'hui.

À lire aussi
Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière, le 22 novembre 2018 à Paris réforme des retraites
Grève du 5 décembre : Veyrier annonce sur RTL qu'il ira à la rencontre de Philippe

En 1995, vous aviez des électriciens-gaziers qui redoutaient la privatisation d'EDF-GDF. Vous les retrouvez aujourd'hui mobilisés contre un démantèlement d'EDF. Vous aviez des universités dans la rue. Il ne faut pas oublier la fronde des professeurs qui reste présente avec des enseignants qui ont fait la grève des corrections.

Les mouvements sociaux sont "média-sensibles"

Martial You, journaliste économique à RTL.
Partager la citation

Pour le moment, la CGT n'a pas rejoint l'appel à la grève illimitée du 5 décembre, car la centrale prépare sa mobilisation ce mardi 24 septembre. Force ouvrière (FO) a manifesté, ce samedi 21, sans qu'on s'en aperçoive, perdu entre les gilets jaunes et la manifestation en faveur du climat.

Tout ce petit monde peut se retrouver sur la même ligne en décembre. Cela faisait très longtemps qu'une grève comme celle du vendredi 13 septembre à la RATP n'avait pas connu un tel succès. Et les mouvements sociaux sont "média-sensibles".

La RATP a démontré le 13 septembre que l'union faisait la force, surtout quand il s'agit de défendre les régimes sociaux. Et on sent bien que FO tend déjà la main à l'UNSA et aux autres syndicats qui se mobilisent en décembre. La CGT rejoindra sûrement le mouvement à terme si le gouvernement ne bouge pas.

De concertations en concertations

Agnès Buzyn disait, hier, dans le "Grand Jury" sur RTL, que les syndicalistes exagéraient d'annoncer déjà une mobilisation alors qu'il y avait une concertation en cours. D'ailleurs, la date du 5 décembre est choisie justement car elle est sensée être à la fin des discussions avec le gouvernement.

Mais les syndicats ont le sentiment qu'il y a déjà eu concertation. Jean-Paul Delevoye avait commencé sa mission en lançant une concertation qui a donc permis d'aboutir à... une vaste concertation.

Les plus

Encore un rabotage sur les emplois à domicile. La semaine dernière, c'étaient les particuliers les plus riches qui risquaient de perdre leur crédit d'impôt sur les emplois à la maison. Aujourd'hui, Les Échos nous annonce que le gouvernement réfléchit à supprimer l'exonération de charges sociales pour les personnes de plus de 70 ans qui ont une aide à domicile. L'exonération serait maintenue uniquement pour les personnes dépendantes. L'État espère gagner 310 millions grâce à cette mesure.

Les banques coupent dans leurs effectifs. 44.000 emplois ont été supprimés depuis le début de l'année dans toute l'Europe. Les banques se digitalisent et ferment des agences.

La note

8/20 à la réforme de l'assurance-chômage. C'est le débat qui va nous agiter dans les prochains jours. Selon l'UNEDIC, 210.000 chômeurs vont voir baisser leurs indemnités d'ici 2022 avec la nouvelle réforme et la moitié des bénéficiaires vont être impactés. Des chiffres contestés par le gouvernement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Grève RATP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants