1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Décès de VGE : Hollande, Bayrou, Le Pen... La classe politique lui rend hommage

Décès de VGE : Hollande, Bayrou, Le Pen... La classe politique lui rend hommage

Depuis l'annonce du décès de Valéry Giscard d'Estaing ce mercredi 2 décembre, les hommages de la classe politique se multiplient, saluant notamment sa modernité et son audace.

Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d'Estaing lors d'une rencontre au Conseil constitutionnel, le 4 octobre 2018.
Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d'Estaing lors d'une rencontre au Conseil constitutionnel, le 4 octobre 2018.
Crédit : THOMAS SAMSON / POOL / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault
Journaliste

Valéry Giscard d'Estaing s'est éteint mercredi 2 décembre à 94 ans. Après l'annonce de son décès, des suites de la Covid-19, les réactions en hommage à l'ancien président de la République ont été immédiates de la part de la classe politique.

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand a salué sur Twitter un homme qui a "apporté modernité et audaces" à la France : "C'est avec émotion que j'apprends le décès du Président Valéry Giscard d'Estaing. L'idéal européen perd l'un de ses fondateurs, la France, un Président qui lui a apporté modernité et audaces : majorité à 18 ans, légalisation de l'IVG... Respectueusement, à sa mémoire."

La France "perd un homme d'État qui a fait le choix de l'ouverture au monde", a quant à lui déclaré François Hollande. L'ancien président a salué un homme "résolument européen" mais qui n'a "pas toujours été compris". François Hollande a rappelé que ce "président qui a modernisé la France" a aussi contribué grâce à ses réformes "au renforcement du couple franco-allemand, à la mise en place de l'union monétaire et à l'ouverture du Marché commun". L'ancien président a répondu aux questions d'Yves Calvi jeudi 3 décembre.

"Valéry Giscard d'Estaing avait tous les dons. Il dominait presque naturellement par sa prestance, sa distinction, sa langue, la vivacité de son intelligence et la force de ses intuitions", a pour sa part déclaré à l'AFP François Bayrou. "Pour des générations entières, notamment pour ceux qui se sont engagés auprès de lui dans leur jeunesse, il a fait souffler un grand vent de modernité sur la société française et fait naître un immense espoir de dépassement et de rassemblement", a ajouté le président du MoDem.

L'une des plus belles intelligences de la République

Éric Ciotti, député LR des Alpes-maritimes
À lire aussi

De son côté, le négociateur en chef de l'Union européenne avec le Royaume-Uni, Michel Barnier, a tweeté : "Pour Valéry Giscard d'Estaing, l'Europe devait être une ambition française et la France une nation moderne. Respect". Toujours sur Twitter, Jean-Christophe Lagarde a pour sa part salué les progrès apportés par l'ancien président vis-à-vis des Français : "L'UDI et toute notre famille politique est en deuil. La France lui doit le droit à l'avortement, le vote à 18 ans, la création de l'euro, l'indépendance énergétique nucléaire, les TGV, et tant d'autres choses ! Merci Président !", a souligné le président de l'UDI (Union des démocrates et indépendants)

Vive émotion également pour Rachida Dati : "Engagement en faveur de l'Europe, des droits des femmes, des droits des jeunes, en gardant toujours à l'esprit cette 'certaine idée de la France' qui nous manque tant aujourd'hui : c'était Valéry Giscard d'Estaing", a écrit la maire LR du 7e arrondissement de Paris sur son compte Twitter.

Toujours chez les Républicains, Christian Estrosi, le maire de Nice, a déclaré que "nul ne peut nier, qu'importe ses convictions politiques, qu'il (VGE) aura contribué à façonner la Vème République". Éric Ciotti salue pour sa part "un immense président, l'une des plus belles intelligences de la République, un héraut de la liberté et de la lutte contre le communisme". "Il aura vraiment changé la vie des Français. Sa défaite en 1981 a marqué pour la France un tournant vers le déclin", a rappelé le député des Alpes-Maritimes.

Il n'a jamais été un homme du passé

Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national

Côté PS, Anne Hidalgo a rendu hommage à un "Européen convaincu qui a oeuvré pour inscrire notre pays sur la voie du progrès". "Il portait Paris dans son coeur et lui a toujours voué un intérêt tout particulier", a écrit la maire de Paris. Sébastien Chenu a quant à lui salué la mémoire d'un "Président réformateur, académicien et écrivain, combattant". "Son honnêteté intellectuelle lui permettait une lucidité critique sur sa propre action, ce qui est rare. Il avait une haute idée de notre pays, il n'a jamais été un homme du passé", a commenté le porte-parole du Rassemblement national, sur Twitter.

"Condoléances aux proches de Valéry Giscard d'Estaing. Président d'une France en crise, il fut l'artisan de nouvelles libertés publiques et un ardent soutien du progrès technologique. En 2018, il confessa que sa plus grande erreur fut d'instaurer le regroupement familial", a tweeté la présidente du RN Marine Le Pen. 

"V. Giscard d'Estaing restera le Président de la modernité et de la réforme", a déclaré l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, avant d'ajouter : "Il a soulevé nos espoirs, il a créé notre admiration. Les jeunes et les femmes ont trouvé avec lui une place nouvelle dans la République. La démocratie française s'est affirmée Européenne... Le coeur gros !". 

Il croyait en la France et en l'Europe

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France

Christian Jacob a pour sa part salué la mémoire d'un homme "qui aura incontestablement marqué de son empreinte la Vème République". "Il oeuvra avec conviction et détermination à la modernisation de notre société", a souligné le député LR sur Twitter. 

"Le Président Giscard D'Estaing a marqué de son empreinte l'histoire de la France en engageant des réformes sociétales d'envergure durant son septennat. Il avait compris combien le rassemblement des Français était un préalable indispensable pour l'unité et la réforme de notre pays", a écrit de son côté le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand.

Des paroles auxquelles s'accorde Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France :
"Il croyait en la France et en l'Europe. Il aimait la jeunesse et lui donna la majorité à 18 ans. Il défendit les droits des femmes. Il était cultivé, brillant, enraciné dans sa belle région d'Auvergne et passionné de politique jusqu'à son dernier souffle. Adieu Monsieur le Président", a-t-elle écrit sur Twitter.

Un homme qui a fait honneur à la France

Nicolas Sarkozy, ancien président de la République

Du côté des successeurs de Valéry Giscard d'Estaing, Nicolas Sarkozy a fait part de sa "grande tristesse" et a salué "un homme qui a fait honneur à la France, un homme pour qui j'ai éprouvé de l'admiration et avec qui j'ai toujours eu plaisir à débattre". "Valéry Giscard d'Estaing aura toute sa vie oeuvré au renforcement des liens entre les nations européennes, cherché et réussi à moderniser la vie politique et consacré sa grande intelligence à l'analyse des problématiques internationales les plus complexes", a déclaré l'ancien président.

L'actuel chef d'État Emmanuel Macron a dans un long message de condoléances a affirmé que le septennat de son prédécesseur "transforma la France". "Les orientations qu'il avait données à la France guident encore nos pas. Serviteur de l'État, homme politique de progrès et de liberté, sa mort est un deuil pour la nation française", a ajouté le président.

Il a aidé la démocratie à aller mieux

Gerald Darmanin, ministre de l'Intérieur

Invité ce jeudi matin sur RTL, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a noté la modernité du chef d'État et évoqué ses réformes institutionnelles les plus importantes. "J’ai eu la chance de discuter avec Valéry Giscard d'Estaing depuis que je suis ministre de la République. Malgré son âge, c’était toujours une épreuve pour le jeune ministre que j’étais", s'est remémoré l'actuel ministre de l'Intérieur, soulignant l'importance de ce président "qui a fait rentrer la France dans la modernité qu’on lui connaît aujourd’hui". "Il a aidé la démocratie à aller mieux", a encore ajouté Gérald Darmanin. 

Avec VGE, nous avions une vision européenne

Gérard Larcher, président du Sénat

Le président du Sénat Gérard Larcher a quant à lui salué un président "réformateur" qui avait, à la différence d'Emmanuel Macron, une "vision", notamment "européenne". "C'est le président réformateur" et c'est "dans le domaine des libertés, beaucoup d'avancées", a déclaré sur France Inter le président LR de la Chambre haute. 

"Le macronisme, c'est autre chose. Avec Valéry Giscard d'Estaing, nous avions une vision, une vision européenne, une vision d'une France au centre qui parfois a pu faire discordance avec la famille gaulliste", a ajouté M. Larcher.

Un homme de progrès et de liberté

Jean Castex, Premier ministre

Dans un communiqué, Jean Castex a salué "avec émotion" la "mémoire" de l'ancien chef de l'État, "un homme de progrès" et de "liberté" dont "les réformes de société restent d'une profonde actualité" notamment "pour les femmes et les plus jeunes". "

Élu au moment où la France était confrontée à une crise économique majeure issue du premier choc pétrolier, il sut mettre en œuvre une politique économique et sociale marquée par le volontarisme et la solidarité", a ajouté le Premier ministre. 

"Il fit également progresser de façon significative la construction européenne et le rayonnement international de la France, dont il aura marqué l'histoire", souligne-t-il aussi.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/