1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Bayrou nommé Haut-commissaire au Plan : ce qu'il faut savoir
3 min de lecture

François Bayrou nommé Haut-commissaire au Plan : ce qu'il faut savoir

ÉCLAIRAGE - Le commissariat au Plan aura pour but de jouer un rôle de coordination pour le plan de relance, afin d'articuler les aspects économiques, sociaux, environnementaux, territoriaux et culturels.

Emmanuel Macron et François Bayrou à Pau, le 14 janvier 2020
Emmanuel Macron et François Bayrou à Pau, le 14 janvier 2020
Crédit : REGIS DUVIGNAU / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad & AFP

Un retour sur le devant de la scène politique. Emmanuel Macron a confirmé la nomination de François Bayrou en tant que Haut-commissaire au Plan, ce jeudi 3 septembre. Un choix entériné lors du Conseil des ministres de ce jeudi 3 septembre. 

Quelques jours plus tôt, Emmanuel Macron expliquait les raisons de ce choix devant l'Association de la presse présidentielle. "Nous avons besoin de retrouver un sens du long terme. Nous avons besoin évidemment de gérer la crise au quotidien, de semer les graines pour demain, c'est ce que France Relance va mettre en place avec un investissement massif", a développé le chef de l'État, faisant référence au plan de relance économique présenté ce même jour. 

En annonçant début juillet son intention de recréer un Haut-commissariat au plan, en vigueur de 1946 à 2006, Jean Castex n'avait pas exclu d'en confier les rênes au patron du MoDem. Deux mois plus tard, sa nomination est entérinée par décret. 

Une vision à long terme

Le Haut-commissariat au Plan a été créé après la Seconde Guerre mondiale, le 3 janvier 1946, par le général de Gaulle. Cette instance avait pour but de reconstruire le pays et retrouver la prospérité économique, sur le long terme. Il est composé de plusieurs commissions en fonction des différentes thématiques, elles-mêmes rassemblant des partenaires sociaux mais aussi des experts.

À lire aussi

"Le Haut-commissaire au Plan, c’est l’homme qui guide les grands choix d’avenir, structurants. Et pourquoi François Bayrou veut-il absolument devenir Haut-Commissaire au Plan ? Il veut apporter cette vision de long terme", explique Olivier Bost, éditorialiste politique de RTL. 

Sur BFMTV, François Bayrou assure que ce poste "n'est pas un enjeu de pouvoir mais un enjeu de confiance. "Ce qui est vital doit être protégé. Encore faut-il déterminer ce qui est vital et imposer aux décideurs et à l'opinion publique de se saisir des problèmes qui méritent une réponse à 10, 20 ou 30 ans et non pour 10, 20 ou 30 jours", a expliqué le maire de Pau qui sera finalement rattaché à Matignon, et non à l'Élysée, sachant que c'est Emmanuel Macron qui signera sa lettre de mission

"Tout sauf un lot de consolation"

Le maire de Pau exercera sa fonction de Haut-commissaire au Plan à titre bénévole et restera maire de Pau. Il "bénéficiera néanmoins de moyens colossaux : une centaine de collaborateurs et un budget annuel de 15 millions d'euros, soit l'enveloppe jusqu'alors dévolue à France stratégie, l'ancienne instance fondue dans le nouveau haut-commissariat", ajoute Le Parisien.

Emmanuel Macron avait d'ailleurs dévoilé que le patron du MoDem "a beaucoup réfléchi (à nomination, ndlr), il a d'ailleurs écrit lui-même sur ce sujet", "c'est une conviction qu'il porte", a fait valoir le président de la République. "Son retour en haut de l’affiche provoque des commentaires acerbes. Le Parisien rapportait l’ironie d’un autre ministre : 'François Bayrou ne veut pas être vice-Président non plus ?' Comme le pouvoir ne se partage pas…", ajoute Olivier Bost. 

"C'est tout sauf un lot de consolation, c'est une responsabilité importante" et "j'écrirai moi-même sa lettre de mission", a déclaré Emmanuel Macron, en saluant "l'expérience" de l'ancien ministre et élu local, "grand responsable politique" et "européen convaincu". Répondant aux critiques de ses détracteurs, François Bayrou explique ce choix d'être rattaché directement à Emmanuel Macron et non à Jean Castex. "C'est une autorité créée à la demande du président de la République, avec une lettre de mission du président de la République et dont, évidemment, les moyens dépendent de la fonction publique, c'est-à-dire du premier ministre".

2022 en ligne de mire ?

François Bayrou, l'un des plus proches conseillers officieux du chef de l'État et soutien-clé pendant sa campagne, marquera ainsi son retour officiel au sein de l'exécutif, qu'il avait dû quitter en 2017 au bout d'un mois.

Le maire de Pau avance-t-il ses pions pour l'élection présidentielle de 2022 et prépare-t-il le programme d'Emmanuel Macron en 2022 ? "Je ne confonds en rien les domaines (...) Il ne s’agit en rien de préparer une élection présidentielle. L’élection présidentielle, c’est l’affaire du président de la République et de ceux qui le soutiendront ou de ceux qui le combattront devant les Français", estimait l'ancien garde des Sceaux sur France 2.

Nommé ministre de la Justice au début du quinquennat, François Bayrou avait dû démissionner en raison d'une enquête sur des emplois présumés fictifs du MoDem au Parlement européen, soit 34 jours après sa prise de fonction. Il a été mis en examen le 6 décembre pour "complicité de détournement de fonds publics". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/