4 min de lecture Valéry Giscard d'Estaing

Décès de Giscard : IVG, majorité à 18 ans, APL... Son septennat en 5 réformes

DÉCRYPTAGE - Conscient de la volonté de liberté de la jeunesse de mai 68, Valéry Giscard d'Estaing multipliera les réformes sociales, dès son arrivée au palais de l'Élysée.

Valéry Giscard d'Estaing, le 2 mai 1974
Valéry Giscard d'Estaing, le 2 mai 1974 Crédit : STF / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"Modernité", "audace", "ouvert au monde". Les hommages sont nombreux depuis l'annonce du décès de Valéry Giscard d'Estaing à l'âge de 94 ans. L'ancien président de la République est mort des suites du coronavirus, a indiqué sa famille. Quand il entre à l'Élysée, Valéry Giscard d'Estaing est le plus jeune président qu'ait connu la Ve République. "De ce jour date une ère nouvelle de la politique française, celle du rajeunissement et celle du changement de la France", déclarait-il. 

Il veut dépoussiérer la fonction et se montrer proche des Français. Le jour de son investiture, le 27 mai 1974, il remonte les Champs-Élysées à pied. "Il n'y a pas de cérémonie qui soit plus belle, en raison du cadre et de la population qui était là", dit-il peu après au micro de RTL. Valéry Giscard d'Estaing avoue même avoir été ému.

Après mai 68, Valéry Giscard d'Estaing estime que la société aspire à plus de libertés. Les deux premières années de son septennat seront ainsi marquées par des réformes qui modernisent la société.

1. La majorité à 18 ans

Une réforme lancée dans la foulée de son arrivée à l'Élysée. Le 5 juillet 1974, l'âge de la majorité est abaissée de 21 à 18 ans. "Peu de temps après mai 68, cette mesure venant d’un homme de centre-droit ne manque pas de panache. La jeunesse française est en effet réputée pour voter majoritairement à gauche", souligne Le Figaro Étudiant.

À lire aussi
Nouvel An
VIDÉOS - Fêtes de fin d'année : 10 discours de vœux présidentiels marquants


Au micro d'Anaïs Bouissou, journaliste chez RTL, l'historienne Anne de Marnhac revient sur la volonté de Giscard de miser sur la jeunesse. "Giscard d’Estaing veut rompre avec l’homme du passé, Mitterrand. Il rompt aussi en même temps avec de Gaulle et Pompidou et tout de suite il va placer au cœur de sa campagne, la majorité de 21 à 18 ans". 

"On a découvert ces jeunes protestant en 68 et là ils veulent exister politiquement. Giscard ne veut pas aller à l’inverse de ce qu’il constate cette inscription dans la société. Il y a cette idée qu’il faut être proche de la jeunesse, il faut l’entendre et il ne faut pas aller contre elle", d'après Anne de Marnhac.

2. La légalisation de l'IVG

Portée et défendue par Simone Veil et conspuée par la droite, la loi sur la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) reste la plus emblématique du septennat de Valéry Giscard d'Estaing. Derrière l'incontournable ministre de la Santé se trouve le président élu en 1974.

Dans La Dépêche, l'ancien président de la République racontait que "cette loi a été proposée par le gouvernement, rédigé à l’Élysée, par mes soins. J’ai veillé à faire ce qu’on ne fera malheureusement plus jamais en France, un texte simple, que n’importe quelle citoyenne puisse lire".

En nommant Simone Veil ministre de la Santé, VGE souhaitait que le ministère soit incarné par "un esprit ouvert" et "tourné vers les problèmes humains avec des pratiques administratives". C'est alors qu'on lui a "recommandé Simone Veil". "Je ne la connaissais pas. Je l’ai fait venir, on en a parlé et je l’ai nommé ministre de la Santé Publique", racontait-il, convaincu par sa "simplicité" et "son intérêt pour la simplicité"

3. Le divorce par consentement mutuel

La loi du 11 juillet 1975 relative au divorce introduit la notion de consentement mutuel. "Jusque-là motivées par une faute de l’un des deux époux, les demandes peuvent, grâce à ce texte, l’être pour d’autres raisons, énumérées dans l’article 229, selon lequel 'le divorce peut être prononcé en cas de consentement mutuel, de rupture de la vie commune ou de faute'", résume Libération.

Lors d'un entretient à France 3, Louis Giscard d'Estaing, le fils de l'ancien président, conservait "un regard extrêmement positif" sur le septennat de son père. Les femmes ont ainsi "pu divorcer sans l'accord de leur mari", indiquait-il.

4. La création des APL

L'aide personnalisée au logement a été créée sous Valéry Giscard d'Estaing et Raymond Barre, à l'époque premier ministre, en 1977. Le chef du gouvernement souhaite alors "renforcer les dispositifs déjà en place : l’allocation de logement familiale (ALF) et l’allocation de logement sociale (ALS), créées respectivement en 1948 et 1971", comme le souligne Les Échos. Objectif : aider les ménages les plus modestes à accéder au logement, autrement qu'en investissant dans la pierre. 

5. Le collège unique

La réforme Haby. En 1975, le ministre de l'Éducation nationale sous VGE, René Haby, milite pour la mise en place d'un collège unique. "Le collège unique tel que je l’ai pensé - car je me suis personnellement impliqué dans la rédaction de cette loi en apportant des modifications aux différents projets que René Haby, mon ministre de l’Éducation, me présentait - n’a pas été conçu, quoi qu’on en dise aujourd’hui, comme une annexe du premier degré, mais bien comme l’antichambre du lycée. La même antichambre pour tous", expliquait l'ancien président de la République dans un entretien au Monde en 2015.

La loi sera votée le 11 juillet 1975. L'article 4 stipule que "tous les enfants reçoivent dans les collèges une formation secondaire. Celle-ci succède sans discontinuité à la formation primaire en vue de donner aux élèves une culture accordée à la société de leur temps (...) Elle constitue le support de formations générales ou professionnelles ultérieures, que celles-ci la suivent immédiatement ou qu’elles soient données dans le cadre de l’éducation permanente".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Valéry Giscard d'Estaing Vème République Décès
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants