9 min de lecture Coronavirus France

Covid-19 : "Le virus n'est pas devenu moins dangereux", prévient Olivier Véran

MINUTE PAR MINUTE - Le ministre de la Santé Olivier Véran a tenu une conférence de presse ce jeudi 17 septembre pour faire le point sur l'épidémie de coronavirus en France.

Olivier Véran fait partie des ministres dont le domicile a été perquisitionné (illustration)
Olivier Véran fait partie des ministres dont le domicile a été perquisitionné (illustration) Crédit : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Depuis quelques semaines maintenant, l'épidémie de Covid-19 montre des signes de reprise. Si pour l'instant il s'agit principalement d'une hausse des contaminations, elle commence progressivement à se voir dans les cas les plus graves. Dans ce contexte, le ministre de la Santé Olivier Véran a tenu une conférence de presse ce jeudi 17 septembre.

Le ministre de la Santé s'inquiète que "tous les indicateurs montrent une progression de l'épidémie". Il a annoncé que de nouvelles mesures allaient être prises d'ici samedi à Lyon et Nice, après que cela a été fait à Bordeaux et Marseille

Olivier Véran s'est aussi beaucoup exprimé sur les tests et les "embouteillages" devant les laboratoires. Il a rappelé la nécessité de prioriser les personnes symptomatiques, cas-contact, les personnels de soin et les patients avec une prescription médicale

Le ministre de la Santé a annoncé que 5 millions de tests antigéniques ont été commandés par le gouvernement. Récemment autorisés, ils sont en tests en Île-de-France et pourraient bientôt être étendus. Olivier Véran attend aussi des recommandations sur les tests salivaires. 

Suivez les annonces en direct

À lire aussi
Les urgences à l'hôpital (illustration) Coronavirus France
Val-d'Oise : un hôpital accusé d'être à l'origine d'un cluster familial

17h57 - La conférence d'Oliver Véran prend fin. Merci d'avoir suivi ce live. 

17h55 - Restaurer une prescription, "on en discute", annonce Olivier Véran. Toutefois, "si on mettait une prescription, je ne pense pas qu'on améliorerait le délai, mais on réduirait le nombre de tests. Mais il ne faut jamais dire jamais", ajoute-t-il. 

17h55 - "Les aides à domicile font partie des publics prioritaires", prévient le ministre de la Santé. 

17h53 - "Je préfère que l'adhésion soit forte et que les mesures soient comprises", explique Olivier Véran à propos de la différenciation entre les territoires et l'attente pour des mesures plus drastiques. "Mettre des mesures de restriction où le virus circule peu, ça n'a pas de sens", explique-t-il. 

17h51 - "Plus vous avez de malades, plus vous avez de cas-contact. Les labos font face à une demande massive de tests, c'est pour cela qu'on apporte du renfort et qu'on réorganise. Il n'y a pas de carence en réactifs. C'est un problème d'organisation. Nous avons demandé aux ARS de rassembler les acteurs", explique Olivier Véran sur les "embouteillages" pour se faire tester. 

17h50 - "J'ai la confiance du président de la République. Nous sommes parfaitement en ligne. Nous formons un pack avec le gouvernement, avec le Premier ministre Jean Castex. Rassurez-vous. On travaille", explique Olivier Véran. 

17h48 - "On a fait le constat en France qu'on avait de plus en plus de mal à faire respecter l'isolement des cas-contact. Si quand vous dépistez quelqu'un pour le coronavirus, s'il ne se met pas à l'abri, ça ne sert à rien", estime Olivier Véran. Le respect sera plus simple à 7 jours. Le risque de transmission du virus au-delà de 5 jours après le début des symptômes est de "5 %" environ. 

17h45 - Tests antigéniques et tests salivaires seront remboursés comme les PCR lorsqu'ils seront généralisés, annonce le ministre de la Santé. 

17h44 - "Le plan blanc est quand on demande aux hôpitaux de déprogrammer les soins programmés pour libérer les lits de réanimation. Nous avons un besoin impératif de soigner, explique Olivier Véran. Le plan blanc est déclenché quand la situation le nécessite. Nous ne voulons pas arriver à une situation qui nous obligerait à déprogrammer les soins."

17h43 - Il est "illégal" de faire payer pour passer plus vite un test PCR, prévient Olivier Véran. Il annonce des enquêtes si des signalements sont faits. 

17h42 - "StopCovid, ça marche", lance Olivier Véran. "Je vous demande d'appuyer sur votre appli quand vous allez aller dans un bar, faire la fête avec des copains ou dans un lieu où vous ne pouvez pas faire la distanciation" si vous ne souhaitez pas qu'elle soit active en permanence, explique-t-il. 

17h41 - "Paris ne répond pas à l'ensemble [des critères d'alerte], mais nous suivons cela au quotidien", prévient Olivier Véran. 

17h41 - En cas de doute entre un rhume et la Covid, on appelle son médecin et on envoie son enfant à l'école, explique Olivier Véran, si l'état de l'enfant le permet. 

17h40 - "La méthode des trois sept" est expliquée par le ministre de la Santé : l'isolement, c'est 7 jours après les symptômes, 7 jours après un test positif ou 7 jours après avoir eu un contact avec un malade, explique Olivier Véran. Le test doit être fait à la fin des 7 jours pour les cas contact. 

17h37 - Aux personnes âgées, Olivier Véran demande de se "protéger encore davantage". "Je sais que l'immense majorité d'entre vous respecte scrupuleusement les gestes barrière, mais nous sommes dans une situation telle que je ne peux que vous demander de redoubler tous vos efforts, y compris le plus difficile qui est de réduire le nombre de personnes que vous voyez chaque jour", explique le ministre. 

17h36 - "Le port du masque est désormais obligatoire pour tous les personnels de crèche, y compris en présence des enfants", annonce Olivier Véran, même si des dérogations seront possibles, notamment pour les enfants qui ont des troubles du comportement. 

17h35 - Olivier Véran rappelle que les enfants sont peu à risque et ont un rôle moindre dans la transmission du virus. "Quand un enfant de primaire et maternelle est testé positif, il doit être isolé 7 jours", mais pas les autres enfants, prévient le ministre. 

17h34 - Le ministre de la Santé parle désormais des tests salivaires. L'avis de la Haute Autorité est imminent, prévient-il. "Je reviendrai sans doute sur ces deux innovations la semaine prochaine." 

17h32 - Olivier Véran revient sur les tests antigéniques. "Ils pourraient devenir demain un complément très utile. Dans l'attente des recommandations des autorités scientifiques, nous avons autorisé des expérimentations", explique le ministre. "Nous avons passé des commandes à hauteur de 5 millions de tests antigéniques", qui devraient arriver avant début octobre. 

La rédaction vous recommande

17h30 - Le ministre de la Santé annonce 20 centres de prélèvement réservés aux personnes prioritaires en Île-de-France et d'autres dans toutes les métropoles de France. "Le test doit être fait si vous avez un doute", rappelle Olivier Véran, qui appelle à ne pas se faire tester trop souvent. "Les cas-contact de cas-contact ne sont pas des cas-contact." 

17h29 - Face à "un embouteillage", Olivier Véran rappelle la doctrine de priorisation des tests : les personnes qui ont une prescription médicale, les symptomatiques, les personnels de soin et les cas-contact sont prioritaires. 

17h28 - "Nous avons fait le choix en France de permettre à chaque Français de bénéficier d'un test gratuitement et sans ordonnance. Pour accompagner cette stratégie, nous avons augmenté nos capacités de prélèvements". Le seuil de 1,2 million tests réalisés a été dépassé cette semaine

17h26 - "La semaine prochaine si la situation sanitaire ne s'améliore pas" à Marseille et en Guadeloupe, "il faudra prendre des mesures encore plus fortes, je pense à la fermeture des bars ou à l'interdiction des rassemblements publics." "À Lille, Toulouse, Rennes, Dijon et Paris", "les seuils critiques ne sont pas encore atteints", mais sont sous surveillance, prévient Olivier Véran. 

17h25 - "L'évolution des indicateurs nous appelle à retenir la même démarche pour Lyon et Nice" que pour Marseille et Bordeaux, où les préfets ont dû mettre en place des mesures supplémentaires. Les préfets concernés doivent "d'ici samedi" présenter des mesures

La rédaction vous recommande

17h24 - Olivier Véran explique qu'il y "un décalage de quinze jours" entre la mise en place de nouvelles mesures et les conséquences sur les services de réanimation. 

17h23 - Le ministre de la Santé rappelle les mesures supplémentaires prises en Gironde et en Bouches-du-Rhône. "Ces mesures sont les bonnes", commente-t-il. 

17h21 - Olivier Véran décrit une modélisation de l'évolution du nombre de cas en réanimation en Provence-Alpes-Côtes-d'Azur. Avec la dynamique actuelle, tous les lits déjà armés pourraient être occupés début octobre. "Si nous ne faisons rien, nous risquons de ne plus pouvoir prendre en charge les patients", alerte le ministre. 

17h20 - Le nombre de personnes en réanimation augmente de manière "préoccupante", s'inquiète le ministre de la Santé, qui rappelle que c'est un "indicateur tardif" et que les hôpitaux travaillent beaucoup, alors que de nombreux patients font des soins qu'ils n'ont pu faire pendant le confinement. 

17h20 - "Le virus n'est pas devenu moins dangereux avec l'été, hélas", prévient Olivier Véran. 

17h18 - Olivier Véran s'inquiète de "la dynamique épidémique dans certains territoires". "Nous avons déterminé des niveaux de seuil qui doivent nous alerter, explique le ministre. Dans certains territoires, nous sommes bien au delà. À Marseille, nous sommes à 5 fois ce seuil. À Bordeaux et Lyon, 3 fois ce seuil." 

17h17 - "On ne se bat pas avec les mêmes armes", note Olivier Véran, expliquant que des cas graves qui allaient en réanimation au printemps n'y vont plus aujourd'hui. "Il y a encore une autre différence : aujourd'hui, ce n'est pas une courbe que nous cherchons à aplatir, c'est autant de courbes qu'il y a de foyers de contamination". 

17h15 - Ce qui est différent de la première vague ? "La vitesse de circulation du virus", note Olivier Véran. "Ce qui est différent également, les modes de propagation des virus. Il a circulé particulièrement chez les plus jeunes cet été", explique-t-il. "Le risque était que le virus passe des plus jeunes aux personnes vulnérables : c'est ce que nous observons depuis quelques semaines.

17h15 - "Si chacun d'entre nous réduisait" le nombre de personne qu'ils rencontrent ou "respectait un peu plus les distanciations physiques", nous pourrions faire reculer la diffusion du virus, selon Olivier Véran. 

17h14 - "Le taux de reproduction, le facteur R, reste supérieur à 1, prévient le ministre de la Santé. C'est là que nous agissons. Le facteur R était aux environs de 3 lors du pic épidémique. Il est trois fois inférieur actuellement en termes de vitesse de circulation. Malgré tout, l'épidémie gagne du terrain." 

17h13 - "Nous constatons une accélération de la diffusion du virus, explique Olivier Véran. Tous les indicateurs montrent une progression de l'épidémie. Le taux d'incidence est en hausse constante." 


17h12 - "Nous avons réussi une stratégie de dépistage massif", se félicite le ministre de la Santé, qui reconnaît néanmoins de trop longs délais. 

17h11 - "Les chiffres sont sans appel : la famille, les rassemblements amicaux sont des lieux de contamination", prévient Olivier Véran. "Nous sommes chacun et chacune les acteurs clefs de la lutte contre le coronavirus", explique-t-il, vantant les gestes barrière. 

17h10 - "Je veux apporter toutes les informations en transparence" sur l'épidémie de Covid-19, indique le ministre de la Santé. "Nous avons abondamment communiqué pour faire la pédagogie des gestes barrière. Je tiens à saluer les efforts quotidiens des Français, les résultats sont visibles."

17h09 - "C'est désormais une réalité : l'épidémie est à nouveau très active dans notre pays. Nous devons apprendre à vivre avec le virus, avec ses phases aiguës qui nous obligent à faire plus d'efforts", note en introduction Olivier Véran. 

17h07 - Le ministre de la Santé Olivier Véran prend place pour la conférence de presse. 

17h02 - Dans certaines régions, les réanimations commencent à admettre de nouveaux des cas graves de coronavirus. C'est le cas à Bordeaux, où le reporter Philippe de Maria s'est rendu dans un hôpital sous tension. 

16h56 - Le Royaume-Uni a annoncé de nouvelles mesures à compter de vendredi en raison d'une recrudescence du virus en Angleterre. Elle suit en cela de nombreux pays qui font face à une deuxième vague

16h51 - Après Édouard Philippe, Olivier Véran ou encore Agnès Buzyn, une plainte vient d'être déposée contre le Premier ministre Jean Castex pour sa gestion de la crise de la Covid-19. 

16h43 - Olivier Véran est particulièrement attendu sur la question des tests, alors que les délais sont très longs. Hier mercredi, les tests antigéniques, plus rapides, ont été autorisé

16h37 - Olivier Véran revient en première ligne avec cette conférence de presse, qui a vocation à devenir hebdomadaire. Le ministre de la Santé est particulièrement mis sous pression, après des désaccords avec Emmanuel Macron

16h30 - Bonjour et bienvenue dans ce live. Nous allons suivre ensemble les annonces du ministre de la Santé Olivier Véran attendues à 17 heures. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Olivier Véran
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants