3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : qu’est-ce que le plan blanc déclenché dans les hôpitaux ?

ÉCLAIRAGE - Alors que le plan blanc a été activé dans les Alpes-Maritimes et dans le Var, passés en zone rouge, on vous explique en quoi consiste ce dispositif de crise déclenché dans les hôpitaux pour faire face à une situation sanitaire exceptionnelle.

Des infirmiers dans un hôpital (illustration)
Des infirmiers dans un hôpital (illustration) Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini

Ce vendredi 28 août, l'Agence Régionale de Santé a activé le plan blanc dans les Alpes-Maritimes et le Var après que ces deux départements sont passés en zone rouge car considérés comme des "zones de circulation active" du coronavirus.

"Cette décision a pour principal objectif de permettre au CHU de prendre à tout moment des mesures de gestion exceptionnelles, dans le cas où la situation viendrait à s'aggraver", détaille un communiqué du CHU de Nice. Selon le site du ministère de la Santé, "chaque établissement de santé est doté d’un dispositif de crise, dénommé plan blanc d’établissement". 

Il "lui permet de mobiliser immédiatement les moyens de toute nature dont il dispose en cas d’afflux de patients, ou pour faire face à une situation sanitaire exceptionnelle". Le plan blanc contient ainsi des mesures d'organisations destinées à faire face à une situation sanitaire exceptionnelle ou une activité accrue d'un hôpital. 

Rappel de personnel, ouverture de lits, déprogrammation des opérations non-urgentes...

En pratique, ce dispositif exceptionnel peut être déclenché par le directeur ou le responsable de l’établissement, qui en informe sans délai le représentant de l’État dans le département, ou à la demande de ce dernier. De manière générale, le plan blanc est déclenché si la situation de tension se conjugue à une activité soutenue et une capacité d'accueil restreinte. 

À lire aussi
Covid-19 à Paris : les motards n'auront plus à porter le masque Coronavirus France
Covid-19 à Paris : les motards n'auront plus à porter le masque

Les indicateurs entraînant son déclenchement son ainsi une augmentation de 20% du nombre de passages aux urgences pendant trois jours consécutifs, 10% du nombre de malades quotidiens sans solution d'hospitalisation pendant plus de huit heures ou une situation analogue observée dans le département.

Il prévoit notamment le rappel de tous le personnels et la déprogrammation des opérations non-urgentes. Un plan blanc permet en outre d'ouvrir des lits supplémentaires, ou de renforcer ponctuellement les équipes de professionnels de santé dans les établissements en difficulté. 

D'abord déclenché à Creil et Compiègne dès le 25 février

Il fixe ainsi les modalités selon lesquelles le personnel nécessaire peut être maintenu sur place et, le cas échéant, rappelé lorsque la situation le justifie, selon les Hôpitaux de Paris (AP-HP). Tous les professionnels d'un établissement, qu'ils soient administratifs, médecins, soignants ou personnels techniques, sont impliqués.

Concernant le coronavirus, le plan blanc a été déclenché dès le 25 février 2020 dans les hôpitaux de Creil et Compiègne pour faire face aux premiers recensements de regroupement de cas de Covid-19. Les mesures se sont ensuite élargies avant d'être déclenchés sur tout le territoire national par le ministre de la Santé Olivier Véran le 13 mars

La déprogrammation des hospitalisations non-urgentes a été décidée le 28 mars face à l'afflux de patients atteints par le coronavirus dans les plus de 600 établissements de santé référencés pour accueillir les "patients Covid-19". Le 5 juillet, c'est la Guyane qui a déclenché son plan blanc dans trois hôpitaux à Cayenne, Kourou et l'ouest guyanais.

Aussi déclenché pour la canicule ou des attentats

La levée du plan blanc est ensuite prononcée par le directeur quand la situation est stabilisée. Le plan blanc a été déclenché à l'occasion d'épidémies de grippe en 2017 au niveau national, de gastro-entérite en 2005 sur six départements et lors de la canicule en 2003. Il peut également  être déclenché lors des situations de crise tels que les attentats, comme cela a été le cas lors de la fusillade de Strasbourg en 2018. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Hôpitaux Crise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants