2 min de lecture Santé

Coronavirus : ne "surtout pas" laisser les jeunes se contaminer entre eux, alerte Delfraissy

INVITÉ RTL - Le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy s'est dit contre le fait de laisser le virus circuler dans la population jeune.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Jean-François Delfraissy était l'invité du 5 août 2020 Crédit Image : JOEL SAGET / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Jérôme Florin
Jérôme Florin édité par William Vuillez

Elle est dans toutes les têtes : la deuxième vague de l'épidémie de Coronavirus. Va-t-elle toucher la France et si oui, à quoi faut-il s'attendre ? Pour répondre à ces questions, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy était invité ce mardi sur RTL. "Le virus continue à circuler", a-t-il prévenu sans se vouloir alarmiste.


"L'épidémie de cet été touche beaucoup les sujets jeunes. Reprenons ça autrement : ce sont les jeunes qui prennent le moins de distanciation sociale, qui portent le moins le masque. Les messages de prévention ont du mal à passer. Ce sont eux qui se contaminent", a-t-il souligné. Pour autant, le président du Conseil scientifique se place en total désaccord avec le professeur Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris, qui a affirmé vouloir laisser les jeunes se contaminer entre eux pour participer à "l'immunité collective".

"Surtout pas !", a martelé Jean-François Delfraissy. "Si on laisse les jeunes se contaminer entre eux avec son idée d'obtenir une immunité collective, ça a été réalisé en Suède et ça n'a pas marché. Il y a eu une contamination très importante des personnes âgées. Si on laisse le virus circuler dans cette population jeune, forcément à un moment donné, il va nous échapper", prévient-il.

Le virus va probablement revenir

Quant-à une seconde vague plus violente en automne prochain, le président du Conseil scientifique met en garde : "Qu'est-ce qui va se passer en automne ? Ce virus n'est pas un virus grippal, ni un virus saisonnier. Qu'est-ce qui va se passer au mois de novembre quand nous seront entrés dans l'hiver ? Et bien ce virus va probablement revenir".

À lire aussi
Des personnes âgées dans un Ehpad, en France (illustration) coronavirus
Covid-19 : un Ehpad de la Loire recense neuf décès

"Il va se retrouver dans une population qui sera peu immunisée donc là il faudra être prêt. Il faut inciter les autorités sanitaires et le gouvernement à préparer tous les scénarios, en particulier dans les 20 grandes métropoles françaises", ajoute-t-il. Selon l'expert, en cas de deuxième vague, la mortalité du virus devrait cependant être moins importante.

"On sait mieux traiter les formes graves. La mortalité ne sera pas la même lors de la deuxième vague. Je m'avance un peu, mais je pense que y compris en terme de deuxième vague, on aura une mortalité du Corona qui sera plus faible. Ce sera très lourd, mais on aura quelque chose qu'on saura mieux prendre en charge".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Coronavirus Coronavirus France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants