3 min de lecture Connecté

StopCovid : le Premier ministre Jean Castex admet l'échec de l'application

Le Premier ministre a estimé mercredi que l'application n'avait pas eu les résultats escomptés "peut-être par défaut de communication". StopCovid n'a alerté que 93 personnes à risque depuis son lancement début juin.

Le Premier ministre Jean Castex
Le Premier ministre Jean Castex Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

L'échec de StopCovid est acté jusqu'au sommet de l'État. Le Premier ministre Jean Castex a reconnu ce mercredi 26 août au micro de France Inter que l'application gouvernementale censée aider les autorités sanitaires à briser les chaînes de transmission du coronavirus n'avait pas porté ses fruits jusqu'ici alors qu'elle n'a été téléchargée que par un peu plus de 2,3 millions de Français et qu'elle peine à les retenir.

"StopCovid n'a pas obtenu les résultats que l'on en espérait, peut-être, je veux bien en convenir, par défaut de communication. En même temps, nous savions par avance que tester grandeur nature, pour la première fois, un tel outil dans le cadre de cette épidémie serait particulièrement difficile", a admis le nouveau locataire de Matignon.

Lancée le 2 juin par le gouvernement, StopCovid est une application pensée comme une brique technologique de la stratégie sanitaire globale des autorités. Elle a été développée pour compléter les enquêtes téléphoniques menées par les brigades de traçage de l'assurance maladie avec les proches des personnes testées positives au coronavirus. 

L'idée est d'utiliser la mémoire du téléphone pour permettre aux Français de savoir s'ils ont croisé un inconnu infecté par le coronavirus dans les endroits très fréquentés où il est difficile, voire impossible de se souvenir des personnes rencontrées, comme les transports en commun, les bars ou les restaurants. 

À lire aussi
Le Premier ministre Jean Castex sur le plateau de "Vous avez la parole" (France 2) avant l'émission le 24 septembre 2020 Coronavirus France
Jean Castex a-t-il tué StopCovid en avouant ne pas l'avoir téléchargée ?

StopCovid utilise pour cela le signal Bluetooth pour faire borner les téléphones entre eux. Elle conserve durant 14 jours (la durée d'incubation moyenne du virus) l'historique de toutes les personnes qui ont été en contact pendant plus de 15 minutes à au moins un mètre de distance, dont les smartphones disposent de l'application activée. 

Si une personne est déclarée positive à l'issue d'un test PCR, elle se voit remettre un QR code qu'elle doit enregistrer dans l'application pour que celle-ci envoie une notification à toutes les personnes qu'elle a croisées et qui sont susceptibles d'être infectées pour les inciter à se faire dépister à leur tour.

Moins de 100 notifications envoyées en 3 mois

Problème, depuis son lancement le 2 juin, StopCovid n'a alerté que 93 personnes qu'elles ont fait l'objet d'un possible contact à risque lors des deux dernières semaines, selon les chiffres transmis par la Direction générale de la santé à RTL.fr le 25 août. En presque trois mois, 1.514 QR codes ont pourtant été enregistrés dans l'application, soit un ratio de 16 cas positifs pour une notification.

Contrairement à l'hypothèse formulée par le Premier ministre ce matin, l'échec de StopCovid peut difficilement être imputé à un manque de communication. L'application a fait l'objet d'un intense débat public les semaines qui ont précédé son lancement. La classe politique et des experts du numérique ont pu mettre en avant les bénéfices sanitaires et les risques soulevés par le déploiement d'un tel outil dans le cadre d'une politique publique. Et une campagne de communication a été lancée début juin pour inciter les Français à la télécharger.

En revanche, l'adoption de StopCovid a très certainement pâti des doutes persistants sur son efficacité, que le gouvernement n'est jamais parvenu à lever malgré un discours optimiste, de son lancement en décalage avec le pic de l'épidémie, en net recul début juin, et des controverses sur la protection des données et son coût d'exploitation qui ont écorné son image lors des dernières semaines malgré des débuts encourageants.

Contactée par RTL.fr, la DGS a confirmé qu'une nouvelle campagne de communication était en préparation pour inciter les Français à utiliser l'application à la rentrée. Cette dernière doit aussi faire l'objet d'une nouvelle mise à jour pour la rendre plus intuitive.

Fin juillet, le secrétaire d'État au Numérique Cédric O, à l'initiative du projet, avait estimé qu'il était "trop tôt pour faire le bilan" de StopCovid et que "l'on ne sera pas mécontents d'avoir cet outil dans la panoplie des réponses sanitaires si l'épidémie revient". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Application Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants