18 min de lecture Présidentielle 2017

Résultats présidentielle 2017 : revivez la victoire d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a été élu président de la République par 66,06% des électeurs français. Marine Le Pen s'incline avec 33,94% des voix.

Marc-Olivier Fogiel RTL Présidentielle Marc-Olivier Fogiel
>
RTL Présidentielle 2017 - Soirée spéciale 2nd Tour (première partie) Crédit Image : Patrick KOVARIK / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date :
La page de l'émission
Julien Absalon
Julien Absalon
et La rédaction de RTL

Le huitième président de la Ve République se nomme Emmanuel Macron. Encore inconnu des Français il y a trois ans, le candidat du mouvement "En Marche !" a largement remporté le second tour de l'élection présidentielle avec 66,06% des voix. Marine Le Pen récolte pour sa part 33,94% des suffrages exprimés, ce qui constitue pour elle un score inférieur aux derniers sondages de la campagne.

Une heure après la proclamation des premiers résultats, Emmanuel Macron a prononcé à son QG de campagne un discours se voulant rassembleur à l'adresse de "tous les Français". Âgé de 39 ans, ce qui fait de lui le président de la République le plus jeune de l'histoire de France, le successeur de François Hollande s'est ensuite rendu au Louvre pour fêter sa victoire. Au son des notes de l'hymne européen et à l'aide d'une mise en scène très solennelle devant la pyramide du Louvre, il a remercié ses électeurs et donné un mot d'ordre : "tout" faire pour qu'il n'y ait plus "aucune raison de voter pour les extrêmes". En parallèle, sa victoire a été saluée par la "gauche de gouvernement" et surtout par plusieurs chefs d'État ou de gouvernement étrangers tels que la chancelière allemande Angela Merkel, la première ministre britannique Theresa May ou encore le président américain Donald Trump.

Avant que toute l'attention ne se porte sur le vainqueur n'ayant jamais obtenu le moindre mandat électif auparavant, Marine Le Pen a reconnu sa défaite dans un bref discours déclamé quelques minutes seulement après la proclamation des résultats. Forte de ses 11 millions de voix, la représentante du Front national a mis l'accent sur la bataille des législatives, en se posant comme la première force d'opposition du pays. Toutefois conscience de la déception suscitée au sein de son camp par son résultat sans équivoque, l'eurodéputée a annoncé la mise en oeuvre d'une "transformation profonde" de son parti qui pourrait bien changer de nom.

Le dénouement de cette campagne présidentielle non seulement inédite, mais aussi rocambolesque à bien des égards, s'inscrit toutefois dans une nette baisse de la participation. Elle se situe aux alentours de 74%, alors que le premier tour avait mobilisé 77,62% des personnes inscrites sur les listes électorales. De surcroît, les dépouillements mettent en évidence un record de votes blancs (8,49% des inscrits) et nuls (3%). Plus de quatre millions de bulletins glissés dans l'urne n'étaient ainsi pas destinés à Emmanuel Macron ou Marine Le Pen. Autrement dit, un électeur sur trois n'a pas choisi entre les deux candidats. Avant que l'ancien ministre de l'Économie ne prenne ses quartiers à l'Élysée, le quinquennat de François Hollande devrait s'acheter à la passation de pouvoirs qui devrait sans doute avoir lieu dimanche 14 mai. D'ici là, Emmanuel Macron ne devrait pas annoncer le nom de son premier ministre.

>> Découvrez les résultats région par région dans notre carte interactive
>> Qui est vraiment Emmanuel Macron ? Découvrez notre portrait

Revivez le déroulement de la soirée :

À lire aussi
Emmanuel Macron à Rodez présidentielle 2017
Immigration : en 2017, le candidat Macron était contre une politique de quotas

00h48 - Ce live sur RTL.fr est terminé. Merci de l’avoir suivi en notre compagnie.

00h45 - La première ministre britannique Theresa May a discuté du Brexit avec Emmanuel Macron, selon Downing Street.

00h05 - À Yerres, dont le maire n'est autre que Nicolas Dupont-Aignan qui s'est rallié à la candidate du Front national durant l'entre-deux-tours, Marine Le Pen totalise 31,53% (4.341 votes) des suffrages exprimés. Elle se trouve donc sous la moyenne nationale. Emmanuel Macron obtient quant à lui 68,47% dans la ville de l'Essonne.

00h00 - Le jour d'après commence, mais la fête continue au Louvre qui vibre encore aux sons de musique électronique depuis le début de la soirée. Quelques centaines de soutiens d'Emmanuel Macron sont toujours présents, selon notre reporter sur place.

23h47 - Retrouvez lundi matin, dès 7 heures, l'édition spéciale de #RTLMatin avec Yves Calvi et Elizabeth Martichoux. Sont invités en studio : Florian Philippot à 7h15 (vice-président du Front national), Richard Ferrand à 7h40 (secrétaire général d'En Marche !), Bruno Le Maire à 8h15 (député LR de l'Eure) et la journaliste Anne Fulda (auteure d'une biographie d'Emmanuel Macron) à 8h40.

23h42 - Avec la pyramide du Louvre dans son dos, au moment de prononcer son discours, Emmanuel Macron a eu droit aux comparaisons humoristiques sur les réseaux sociaux. Les internautes n'ont pas manqué de faire le rapprochement avec les Illuminatis.

23h32 - Après son bref passage sur l'esplanade du Louvre, Emmanuel Macron est de retour à son quartier général, dans le XVe arrondissement de Paris. Il y retrouve ses proches et toute son équipe de campagne. Il ne devrait pas y avoir de "peoples", afin d'éviter la polémique du premier tour lorsque le candidat avait savouré son score à la brasserie parisienne La Rotonde. 

23h29 - Entre l'abstention et les votes blancs et nuls, un Français sur trois a refusé de choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, un niveau record depuis 1969. Selon les résultats du ministère de l'Intérieur à 23 heures portant sur plus de 80% des électeurs, l'abstention est de 24,52%, un chiffre plus élevé qu'au premier tour (22,63%) et le plus haut enregistré depuis la présidentielle de 1969 (31,4%). Outre cette abstention élevée, le ministère dénombre un nombre record de bulletins blancs et nuls qui approcherait les 12% des votants ou 9% des inscrits.

23h16 - Anne Hidalgo, maire socialiste de Paris, annonce que les électeurs parisiens ont voté à 90% pour Emmanuel Macron. Elle s'est félicitée que "Paris ait contribué à cette victoire sur le nationalisme, la xénophobie, le racisme et l'antisémitisme", en louant l'identité des Parisiens "faite d'ouverture, de cosmopolitisme et de partage".

23h10 - Le Front national fustige l'entrée au Louvre d'Emmanuel Macron. Florian Philippot n'a pas tardé à dégainer sur Twitter : "1er acte de Macron : tuer la Marseillaise et enrôler la France éternelle, le Louvre, dans l'Europe fédérale et son "hymne". Résistons". Le directeur adjoint de cabinet de Nicolas Dupont-Aignan s'est aussi ému de cette célébration. "Quelle honte ! Macron sort du Louvre avec l'hymne européen, comme s'il dissolvait la France éternelle pour rentrer dans l'Europe fédérale !", a écrit Maxime Thiébaut.

23h08 - Découvrez les unes de la presse en kiosque lundi matin.

23h04 - Des manifestations spontanées contre Emmanuel Macron fleurissent déjà. Plusieurs centaines de personnes ont défilé en début de soirée à Nantes aux cris de "Macron démission" ou "Macron dégage, résistance et sabotage", a constaté un photographe de l'AFP. Environ 450 personnes qui avaient déployé une banderole proclamant "Soyons ingouvernables" ont défilé dans le centre-ville, selon la préfecture. Des échauffourées entre manifestants et forces de l'ordre ont aussi éclaté sporadiquement à Paris.

22h54 - Emmanuel Macron conclut son discours par l'habituelle maxime "Vive la République et vive la France !" . Sa femme Brigitte, ses proches et des militants de longue date le rejoignent sur scène. La Marseillaise retentit et la foule reprend en chœur.

22h47 - "Nous ne céderons rien à la peur. Nous ne céderons rien à la division. Nous ne céderons rien au mensonge. Nous ne céderons rien à l'ironie, à l'entre-soi, à l'amour du déclin ou de la défaite", clame le futur président dans une anaphore bruyamment acclamée et applaudie. "Je sais cette ferveur que vous portez, ce que je vous dois, ce que je dois à mes compagnons de route, à mes amis, à ma famille et à mes proches", ajoute-t-il, avec la pyramide du Louvre derrière lui.

22h46 - "Ce soir, c'est l'Europe, c'est le monde qui nous regarde. (...) L'Europe et le monde attendent que nous défendions l'esprit des Lumières", poursuit Emmanuel Macron.

22h45 - "Je sais qu'il ne s'agit pas d'un blanc-seing", assure Emmanuel Macron en s'adressant aux électeurs qui ont voté pour lui. Il a ainsi voulu "avoir un mot" pour les citoyens qui ont glissé un bulletin à son nom dans l'urne sans pour autant adhérer à son programme : "Je sais nos désaccords, mais je serai fidèle à cet engagement pris : je protégerai la République". Le président élu ajoute qu'il "fera tout pour" qu'il n'y ait plus "aucune raison de voter pour les extrêmes".

22h38 - Le président élu lève les bras face à la foule, tout sourire. "Merci les amis ! La France l'a emporté !", s'exclame-t-il face à une nuée de militants et de drapeaux français. Revivez son discours en vidéo.

>
Présidentielle 2017 : Emmanuel Macron fête sa victoire au Louvre Crédit Image : Patrick KOVARIK / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :

22h34 - Emmanuel Macron fait son apparition devant la pyramide du Louvre, pendant que l'hymne européen retentit. Seul, il marche depuis plusieurs minutes pour rejoindre la scène. Une entrée solennelle, très royale, dans la droite lignée de son discours de victoire.

22h23 - Alain Juppé a salué la "très belle victoire" d'Emmanuel Macron, "celle des valeurs républicaines", tout en indiquant qu'il "soutiendrait" les candidats de la droite et du centre aux législatives.

22h14 - Benoît Hamon a appelé la gauche au rassemblement : "Si la gauche se rassemble, si elle se rassemble dans sa diversité, elle peut être majoritaire à l'Assemblée nationale, soyez-en certains".

22h11 - L'ambiance est particulièrement festive au Louvre, où Emmanuel Macron doit se présenter à la foule de militants dans quelques minutes, sans doute sur la musique de l'Hymne à la Joie.

22h01 - Le "troisième tour" est déjà lancé. Le mouvement "En Marche !" d'Emmanuel Macron est donné en tête (24%) des intentions de vote pour le premier tour des élections législatives de juin, selon un sondage Kantar Sofres-Onepoint pour RTL, Le Figaro et LCI réalisé avant le second tour de l'élection présidentielle. À 22% et 21% on retrouve Les Républicains et le Front national. La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon recueillerait 15%. Plus de la moitié des Français se disaient ainsi prêts à une cohabitation. Tous les autres chiffres sont à retrouver dans le lien ci-dessous.

21h55 - Selon nos informations, la chancelière allemande Angela Merkel s'est entretenue au téléphone avec Emmanuel Macron. L'appel a été "chaleureux", selon l'entourage du huitième président de la Ve République.

21h53 - Emmanuel Macron quitte son QG situé dans le XVe arrondissement de Paris. Il va rejoindre l'esplanade du Louvre et les milliers de militants réunis sur place. Il pourrait y prononcer un deuxième discours. Le cortège doit mettre une quinzaine de minutes pour rejoindre le cœur de Paris.

21h45 - Pierre Gattaz, le président du Medef, félicite Emmanuel Macron mais prévient que sa tâche est "immense". "Nous attendons du prochain gouvernement qu'il mène les réformes qui permettront à tous les Français de gagner, aux entrepreneurs de se développer depuis la France et aux investisseurs étrangers de venir investir en confiance", a-t-il soutenu dans une vidéo publiée sur YouTube.

21h39 - Les marchés financiers réagissent positivement à la victoire d'Emmanuel Macron. Sur le marché des changes en Asie, l'euro grimpe face au dollar.

21h31 - Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, reconnaît sur BFMTV une "part de déception" et appelle à une "réflexion".

21h24 - Donald Trump adresse ses félicitations à Emmanuel Macron. "J'ai hâte de pouvoir travailler avec lui", a tweeté le président des États-Unis

21h20 - Jean-Luc Mélenchon a par ailleurs vilipendé le "programme du nouveau monarque présidentiel", tout en se projetant dès à présent sur la bataille des législatives. "Nous n'y sommes pas condamnés. (...) Le moment est venu d'un choix positif, le choix de l'Avenir en commun. (...) J'appelle tous ceux qui sont prêts à rompre avec le passé à se joindre à La France insoumise. Une nouvelle majorité parlementaire est possible autour de nous".

21h16 - Dans la foulée du discours d'Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon prend la parole pour "prendre acte" et présenter ses "vœux" à son ancien adversaire. "Ce soir s'achève la présidence la plus lamentable de la Ve République qui aura pratiquement détruit toute confiance autour d'elle. Mais une nouvelle fois, en dépit de tout, par l'abstention, les bulletins blancs et nuls comme par les votes au nom de M. Macron, notre pays a massivement refusé l'extrême droite car elle est étrangère à l'identité républicaine de la France". 

>
Jean-Luc Mélenchon, leader de "La France Insoumise" : "Une nouvelle majorité parlementaire est possible autour de nous" Crédit Média : La Rédaction de RTL | Durée : | Date :

21h10 - Le nouveau président de la République "salue" François Hollande qui a "oeuvré pendant cinq ans pour notre pays". Il s'est ensuite projeté dans l'avenir : "Dans les cinq années qui s'ouvrent, ma responsabilité sera d'apaiser les peurs et de rassembler toutes les femmes et hommes prêts à affronter les défis gigantesques qui nous attendent".

21h09 - Emmanuel Macron a tenu à s'adresser à "tous les Français", à l'occasion de son discours de victoire prononcé sur un ton solennel. "Vous avez choisi de m'accorder votre confiance et je tiens à vous exprimer ma plus grande gratitude. C'est un grand honneur. Rien n'était écrit. Je veux vous dire merci du fond du coeur. (...) C'est à vous que je veux m'adresser, quel que soit votre choix", a-t-il assuré, en adressant un "salut républicain" à Marine Le Pen. Dans une volonté d'entendre "les doutes" et de ne pas ignorer les "divisions de notre nation", le Président élu dit vouloir protéger "les plus fragiles" et lutter contre "toutes les formes de discrimination".

21h00 - Emmanuel Macron va s'exprimer dans un instant.

20h52 - Selon des estimations, plus de 4,2 millions de votes blancs et nuls ont été glissés dans les urnes par 9% des inscrits sur les listes électorales. Il s'agit d'un record.

20h45 - Emmanuel Macron accompagnera François Hollande pour les cérémonies du 8 mai, commémorant la victoire des Alliés lors de la Seconde guerre mondiale.

20h44 - "Il faudra attendre une semaine" avant de connaître le nom du premier ministre d'Emmanuel Macron, affirme Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement "En Marche !".

20h44 - Au micro de RTL, Jean-Marie Le Pen charge Florian Philippot, qu'il considère comme faisant partie des "principaux responsables" de la défaite. "Il me semble tout de même que ce sont les problèmes de l'euro, de l'Europe et de la retraite à 60 ans qui ont plombé la campagne de Mme Le Pen, me semble-t-il". Selon lui, Marine Le Pen aurait dû mettre l'accent sur les questions identitaires, notamment l'immigration : "Absolument. Il faut parler à la France des vrais problèmes : le problème démographique, de l'immigration massive, de l'insécurité, du chômage, des déficits vertigineux... Elle a fait la campagne de ses amis et collaborateurs".

20h38 - Jean-Marie Le Pen met en garde Emmanuel Macron au micro de RTL. "Je lui donne rendez-vous dans six mois, pour savoir quel est le pourcentage de cette foule joyeuse qui sera encore dans les mêmes sentiments", déclare le fondateur du Front national. "Il y a beaucoup de problèmes qui se posent à la France et que M.Macron n'est pas en mesure de résoudre, hélas", poursuit-il.

>
ARCHIVES RTL - Jean-Marie Le Pen : "Florian Philippot est l'un des principaux responsables de la défaite de Marine Le Pen" (07/05/2017) Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date :

20h34 - Au QG de campagne d'Emmanuel Macron, toujours pas de signe aux fenêtres du futur président de la République. À l'heure actuelle, il peaufine son discours qu'il va prononcer aux alentours de 21h. Il a regardé attentivement le discours de Marine Le Pen, probablement pour en faire écho dans son discours.

20h30 - Du côté du Parti socialiste, Manuel Valls montre également sa satisfaction de voir le Front national être sèchement battu. "C'est le fruit d'une formidable mobilisation pour la République et contre la haine", a-t-il écrit dans un tweet. "La République a gagné. Félicitations au nouveau président", a également tweeté Martine Aubry, maire PS de Lille. Les deux ténors du parti avaient appelé à faire barrage à Marine Le Pen.

20h26 - Les réactions politiques à l'international pleuvent. À Berlin, le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel s'est réjoui du résultat : "La France a été, elle est et reste au centre et au coeur de l'Europe". Idem pour la Première ministre britannique Theresa May. "La France est l'un de nos plus proches alliés et nous nous réjouissons de travailler avec le nouveau président sur un large éventail de priorités communes", a écrit son porte-parole dans un communiqué. Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, s'est déclaré "heureux que les Français aient choisi un avenir européen".

20h21 - François Hollande a "félicité chaleureusement" Emmanuel Macron pour son élection, indique l'Élysée.

20h19 - Bernard Cazeneuve, premier ministre, estime que "la gauche de gouvernement" doit "apporter sa contribution" au quinquennat à venir. "L'enjeu des élections législatives est de donner de la force et de la crédibilité à cette aspiration", a-t-il également ajouté.

20h18 - Première déclaration d'Emmanuel Macron, auprès de l'AFP : "Une nouvelle page s'ouvre, celle de l'espoir et de la confiance retrouvés". Le candidat pourrait s'exprimer d'ici 22h à l'esplanade du Louvre, où sont réunis ses militants.

20h15 - Marine Le Pen annonce son intention "d'engager une transformation profonde" du Front national. Celui-ci pourrait effectivement changer de nom.

20h14 - La candidate battue met d'ores et déjà le cap sur les élections législatives des 11 et 18 juin, en affirmant qu'elle sera "à la tête de ce combat" et considère qu'elle représente la "première force d'opposition". Selon elle, ce second tour illustre une "recomposition politique de grande ampleur" qui oppose "les patriotes et les mondialistes".

20h12 - Marine Le Pen reconnaît sa défaite, tout en saluaht un "résultat historique et massif" pour son parti. "Les Français ont choisi un nouveau président de la république et ont voté pour la continuité. J'ai appelé M. Macron pour le féliciter de son élection. Je lui ai souhaité de réussir face aux immenses défis auxquels la France est confrontée. Je veux remercier les 11 millions de Français qui m'ont accordé leur voix et leur confiance", a-t-elle déclaré dans un bref discours près du Bois de Vincennes.

>
Résultat élection présidentielle 2017: Marine Le Pen annonce "une transformation profonde du FN" Crédit Image : ALAIN JOCARD / AFP | Crédit Média : LCI | Date :

20h10 - Les premières réactions politiques tombent. François Bayrou, soutien d'Emmanuel Macron, salue un "résultat magnifique et incroyablement significatif". Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement "En Marche!" déclare de son côté que "la moitié du chemin a été faite" avant les législatives. Laurent Wauquiez, vice-président des Républicains, déplore de son côté un "président élu sans envie ni enthousiasme".

20h08 - Selon nos informations, Marine Le Pen n'a préparé qu'un seul discours dans lequel elle pourrait annoncer une transformation de son parti et la disparition du nom "Front national".

20h04 - Un échange téléphonique "bref" et "cordial" a eu lieu entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, selon l'entourage du président élu. Cet appel s'est réalisé à 19h50, peu avant l'officialisation des résultats.

20h00 - Emmanuel Macron remporte largement l'élection et devient le huitième président de la Ve République. Avec 65,5% des voix, il devance Marine Le Pen qui comptabilise 34,5% des suffrages exprimés, selon une estimation Kantar Sofres-Onepoint pour RTL, TF1 et Le Figaro. Les votes blancs, rapportés au nombre de personnes inscrites sur les listes électorales, s'élèvent à 8,4%.

19h55 - Plus que cinq minutes avant la première estimation des résultats.

19h50 - Olivier Mazerolle, éditorialiste de RTL, explique pourquoi le score de Marine Le Pen sera à surveiller en cas de défaite : "Si elle n'obtient pas les 40%, ce sera un échec malgré la forte percée du Front national. On a vu pendant la première semaine de la campagne de l'entre-deux-tours qu'elle pouvait peut-être aller jusqu'à 43%, 44% voire 45%. Certains ont même imaginé qu'elle pourrait l'emporter".

19h35 - La tension est palpable à la soirée électorale du Front national, entre les journalistes et le service d'ordre du parti. 

19h30 - "À 20h, je vais penser aux Français", a confié François Hollande à quelques médias, dont RTL, au moment de son vote à Tulle ce matin. "Je vais penser peut-être à tout ce que j'ai moi-même accompli, à ces instants passés à l'Élysée, à tous ces bonheurs qui m'ont été donnés de servir la France, et aux sacrifices qui ont dû être faits par les Français pour qu'il y ait ce redressement. Je vais d'abord penser aux autres, jamais à soi-même. Je penserai aussi à ma mère, parce qu'elle n'était plus là quand j'ai été élu président. Ce que j'ai fait, je l'ai aussi fait pour qu'elle soit fière".

19h20 - Une quinzaine de médias affirment avoir été interdits d'accès à la soirée électorale du Front national près du Bois de Vincennes, où Marine Le Pen vient d'arriver. Le parti justifie cela par un "manque de place". Sur Twitter, des journalistes des sites d'information en ligne Buzzfeed News, Mediapart, Les Jours, Rue89, StreetPress, Politico, Bondy Blog, Explicite, Brut, Konbini, mais aussi de l'hebdomadaire Politis ou de l'émission Quotidien de Yann Barthès (TMC) ont indiqué s'être fait refuser l'accréditation par le parti d'extrême droite. Un journaliste travaillant pour le mensuel américain The Atlantic a aussi dit s'être fait refuser l'accréditation, tout comme une journaliste de la télévision publique italienne Rai et un autre de la chaîne d'info britannique Sky News.

19h15 - Lorsque le résultat sera connu, c'est une "autre époque" politique qui va débuter, selon Alain Duhamel. "Les règles classiques vont éclater. Au moment des élections législatives, on aura une situation qu'on n'a jamais connue depuis le début de la Ve République. Quand il s'agira de constituer une majorité à l'Assemblée avec les députés élus, même chose. Aucune solution n'est banale. Et quand il s'agira de mener une politique, il faudra bien avoir en tête que le vote qui a eu lieu est un signe de rejet et de colère".

>
Alain Duhamel : "après le résultat de la présidentielle, ce sera le début d'une autre époque" Crédit Média : RTLnet | Date :

19h00 - Dans une heure, RTL.fr sera en mesure de vous révéler le nom du vainqueur de l'élection présidentielle. Tous les résultats, région par région, seront disponibles dans notre carte interactive. Le dépouillement commence dès maintenant dans la plupart des bureaux de vote. Les électeurs se trouvant dans les grandes villes peuvent encore voter jusqu'à 20h.

18h59 - Quels sont les pouvoirs d'un président de la République ? La réponse dans l'un de nos articles et en infographie.

18h40 - Quel sera l'impact du vote blanc ? Au premier tour, 659.302 personnes avaient glissé une enveloppe vide ou un bulletin blanc dans l'urne. Cela correspondait à 1,39% des inscrits. Un chiffre qui pourrait bien grimper, en raison notamment des hésitations vues chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de François Fillon. "Comme il y a des forces politiques traditionnelles considérables qui ne sont pas représentées au second tour, la tentation de voter blanc était évidemment grande", observe Alain Duhamel sur RTL. "Si le vote blanc s'ajoute à l'abstention, ça va montrer le discrédit, la frustration, l'insatisfaction et la colère", prévient l'éditorialiste Alba Ventura.

18h29 - Emmanuel Macron et Marine Le Pen se préparent dans la discrétion. La candidate du Front national est attendue d'une minute à l'autre au Chalet du Lac, un restaurant près du Bois de Vincennes. Quant au leader du mouvement "En Marche !", il doit prendre la parole ce soir devant la pyramide du Louvre, où ses supporters sont réunis. Consultez notre article pour découvrir le détail du programme de la soirée des deux candidats.

18h24 - Pour rappel, les premières estimations officielles seront dévoilées à 20h par les médias français, par respect du code électoral. Voici un éclairage pour savoir comment suivre les résultats. Toutefois, les médias belges et suisses devraient à nouveau briser l'embargo. Il est toutefois interdit aux médias et internautes français de relayer ces chiffres.

18h20 - Voici un point sur les différences de participation selon les départements. À 17h, l'Allier s'était le plus mobilisé avec 72,64%. Viennent ensuite l'Eure, les Deux-Sèvres, les Côtes d'Armor et le Cantal. Quatorze départements avaient dépassé à 17h les 70% de participation. Mais tous, sans exception, ont moins voté qu'il y a deux semaines. Une constante que l'on retrouve également chez les cinq départements où la participation est la plus faible : Paris (58,77% soit 6% de moins), le Val-de-Marne, la Haute-Corse, la Seine-Saint-Denis et la Corse-du-Sud (53,68%).

18h10 - Pourquoi la participation est annoncée à la baisse (74%) pour ce second tour ? Emmanuel Rivière, directeur de l'institut de sondage Kantar Public livre ses éléments de réponse au micro de RTL : "Parmi les moteurs d'une bonne participation, il y a le suspense. Il y a aussi probablement moins d'envie de la part de ceux qui sont orphelins de leur candidat du premier tour et ont du mal à rentrer dans cette configuration de second tour". À noter toutefois qu'une hausse de l'abstention n'est forcément synonyme de bénéfice pour le Front national. "Ça n'est vrai que lorsque le FN a de l'avance au premier tour et que son adversaire doit compter sur de bons reports de voix", précise le spécialiste.

>
"Le taux de participation final estimé est de 74%" selon Emmanuel Rivière, de Kantar Public Crédit Image : Camille Kaelblen / RTL.fr | Crédit Média : RTLnet | Date :

18h00 - Suivez en direct vidéo l'édition spéciale de RTL, animée par Marc-Olivier Fogiel avec l'ensemble de la rédaction et toutes les signatures de la station.

17h53 - Petit incident à Agen, où un assesseur lié au Front national a été expulsé d'un bureau de vote. Selon le journal Sud-Ouest, cet homme assurait que les bulletins qui présentaient des points noirs, en papier recyclé "n'étaient pas valables". Il a alors dénonce une élection "truquée" avant de prendre en photo la liste d'émargement, ce qui est formellement interdit.

17h41 - Le taux d'abstention au second tour devrait s'élever à 26%selon une estimation Kantar Sofres-Onepoint pour RTL, LCI et Le Figaro. Ce pourcentage est en hausse par rapport au premier tour (22,23%) qui s'est déroulé le 23 avril. Ce serait la première fois depuis 1969 qu'un second tour attire moins de citoyens par rapport au premier tour. En 2012, pour le duel entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, l'abstention avait atteint 19,62%.

17h39 - La justice enquête sur le piratage de l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron. Le parquet de Paris a ouvert une enquête vendredi soir, à la suite de la diffusion sur Internet de milliers de documents internes de l'entourage du candidat, selon une source proche du dossier citée par l'AFP. L'enquête, ouverte pour "accès frauduleux à un système de traitement automatisé de données" et "atteinte au secret des correspondances", a été confiée à la Brigade d'enquêtes sur les fraudes aux technologies de l'information (Befti). Ces documents ont d'abord été relayés vendredi par le forum anglophone 4Chan, avant d'être répercutés rapidement, via Twitter, par des militants américains proche de l'extrême droite. Le site Wikileaks, qui a assuré ne pas être à l'origine de cette opération, a ensuite accru fortement la visibilité de ce piratage.

17h30 - À l'étranger, les Français ont encore dû faire la queue pour voter. Que ce soit à Montréal, Londres, Tokyo ou Bruxelles, les Français de l'étranger se sont une nouvelle fois largement mobilisés pour prendre part au second tour. Découvrez ci-dessous notre diaporama.

16h55 - Les derniers chiffres de la participation, annoncés à 17 heures, font état de 63,5% de votants, tandis que les bureaux de vote ferment à 19 heures, voire 20 heures à Paris, dans les grandes villes de France et dans les communes ayant obtenu une dérogation à cet effet. Ce chiffre de % est en baisse par rapport au premier tour.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Emmanuel Macron Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants