14 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : Édouard Philippe a précisé les contours du déconfinement

MINUTE PAR MINUTE - Port du masque obligatoire dans les transports ? Retour à l'école ? Poursuite du télétravail ? Le chef du gouvernement a présenté le plan de déconfinement aux députés.

Edouard Philippe, le 28 avril 2020
Edouard Philippe, le 28 avril 2020 Crédit : David NIVIERE / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"Agir progressivement, adapter localement". Voici la ligne directrice développée par Édouard Philippe, lors de la présentation du plan de déconfinement à l'Assemblée nationale. Le premier ministre s'est longuement exprimé afin de détailler toutes les modalités de la sortie du confinement des écoles, en passant par les transports, le travail, les tests et les activités culturelles et sportives.

Concernant l'épineux sujet des masques, Édouard Philippe a assuré qu'il y aurait "assez de masques dans le pays pour faire face aux besoins à partir du 11 mai", au moment de la levée progressive du confinement, expliquant qu'il était "préférable" d'en porter dans "de nombreuses circonstances".

Le premier ministre a aussi mis en garde contre "le risque de l'écroulement" de l'économie si le déconfinement n'était pas mis en oeuvre "progressivement, prudemment". "Nous sentons que l'arrêt prolongé de la production de pans entiers de notre économie (...), présenterait pour le pays, non pas seulement l'inconvénient pénible du confinement, mais en vérité celui, bien plus terrible, du risque de l'écroulement", a déclaré le Premier ministre.

Revivez l'édition spéciale de RTL Soir

19h30 - Merci à tous d'avoir suivi ce live. Demain RTL reçoit Gérald Darmanin à 7h45 et Marine Le Pen à 8h20.

19h22 - "Je n'ai eu aucune directive pour la réouverture des écoles", déplore Rachida Dati sur RTL. Selon la candidate à la mairie de Paris, le retour à l'école sur la base du volontariat "créé une inégalité".

19h10 - Pour Adrien Quatennens (LFI), ce discours du premier ministre symbolise "le déconfinement du travail". Selon lui, Emmanuel Macron "a pris le problème à l'envers", en fixant d'abord une date de déconfinement.

19h00 - Les saisons de sports de haut niveau sont-elles terminées ? Éléments de réponse ici.

18h48 - "Il faut annoncer la couleur", demande Louis Aliot sur RTL, critiquant le manque de clarté du gouvernement. "Je n'ai pas confiance", ajoute le député du Rassemblement national.

À lire aussi
Le maire de Nice Christian Estrosi, portant un masque le 1 avril 2020 épidémie
Coronavirus : Christian Estrosi propose des tests sérologiques gratuits à ses habitants

18h20 - Bruno Retailleau, le président des sénateurs Les Républicains, est invité de RTL Soir. "Cette gestion des masques restera comme le symbole non seulement d’une contre vérité mais aussi d’une mauvaise gestion", a commenté le chef des sénateurs LR.

"Édouard Philippe a parlé du 11 mai, sans être prêt pour le 11 mai. Il y a encore énormément de zones d'ombre. Ça n'est pas trop tôt puisqu'en Europe, nous sommes l'un des pays qui va déconfiner le plus tard. Il nous a manqué cette stratégie offensive pour non pas freiner cette épidémie, mais lui casser les reins", déclare-t-il.

Concernant les masques et le stock prévu, Bruno Retailleau estime que le premier ministre "n'a pas dit la vérité et ce soir il n'a pas plus dit la vérité". "Ces masques resteront le symbole d'une contre-vérité. Je pense que lui-même (Édouard Philippe, ndlr) est sincère mais que le chiffre que les collaborateurs lui donnent ne sont pas bons", ajoute-t-il.

18h09 - Quelles sont les annonces d'Édouard Philippe ? Comment va se dérouler le déconfinement ? Toutes les réponses sont à retrouver ici.

A lire aussi

18h - C'est l'heure de retrouver Thomas Sotto pour une édition spéciale de RTL Soir. 

Revivez le discours d'Edouard Philippe

Jean-Luc Mélenchon réaffirme que le groupe La France insoumise ne votera pas le texte présenté par le premier ministre. "Nous ne partageons pas vos diagnostics. On voit bien que vous êtes le bouc émissaire, à commencer par votre propre majorité", explique-t-il.

Damien Abad, le président du groupe Les Républicains, craint "un déconfinement low cost".

16h04 - "Nous devons protéger les Français sans immobiliser la France au point qu’elle s’effondrerait. C’est une ligne de crête délicate qu’il faut suivre. Un peu trop d’insouciance et c’est l’épidémie qui repart. Un peu trop de prudence et c’est l’ensemble du Pays qui s’enfonce", déclare Édouard Philippe. 

16h02 - Édouard Philippe n'oublie pas d'adresser un message à la classe politique. "J’ai été frappé depuis le début de cette crise par le nombre de commentateurs ayant une vision parfaitement claire de ce qu’il aurait fallu faire selon eux à chaque instant. La modernité les a souvent fait passer du café du commerce à certains plateaux de télévision ; les courbes d’audience y gagnent ce que la convivialité des bistrots y perd, mais cela ne grandit pas, je le crains, le débat public", tacle-t-il. 

J’ai été frappé par le nombre de commentateurs ayant une vision parfaitement claire de ce qu’il aurait fallu faire

Édouard Philippe
Partager la citation

15h55 - "Ces règles sont contraignantes mais je crois pouvoir compter sur le civisme de nos compatriotes (...) Ces efforts ne sont pas vains. Je donne rendez-vous au Français fin mai pour évaluer les conditions sur une nouvelle phase de déconfinement", concède le premier ministre

15h50 - "Le déconfinement, c'est le retour de la vie sociale", lance Édouard Philippe. Le premier ministre "demande aux personnes les plus âgées et les plus fragiles de la patience". "En vous protégeant, vous protégez le système hospitalier et les plus fragiles d'entre nous", explique-t-il. 

"Il sera à nouveau possible de circuler librement sans attestation, sauf pour les déplacements à plus de 100 kilomètres du domicile. Il sera possible de pratiquer une activité sportive en plein air. Les parcs et jardins ne pourront ouvrir que dans les départements où le virus ne circule pas de façon active. Les plages resteront fermées. S'agissant des activités culturelles, les médiathèques, les bibliothèques, les petits musées pourront rouvrir. Mais les grands musées, les cinémas, les salles de concert et de théâtre ne pourront pas rouvrir", détaille Édouard Philippe.

A lire aussi

"Les lieux de culte pourront continuer à rester ouverts. Mais il ne faudra pas organiser de cérémonies avant le 2 juin", ajoute-t-il. 

15h47 - Place au sujet des transports. 

"Nous allons prendre deux séries de décisions : remonter au maximum l'offre de transports urbains. Ensuite, faire baisser la demande en favorisant le télétravail, étalant les horaires et demandant aux Français de considérer que les transports aux heures de pointe doivent être réservés à ceux qui travaillent", explique Édouard Philippe. 

A lire aussi

15h43 - "Le dispositif de chômage partiel restera en place jusqu'en juin", déclare Édouard Philippe. 

"Les commerces rouvriront également à compter du 11 mai. Tous, sauf les cafés et restaurants, pourront rouvrir. Les marchés seront en général autorisés, sauf si les maires ou les préfets estiment qu'ils ne peuvent être organisés dans de bonnes conditions. Si les commerces vont rouvrir, chacun d'entre eux devra respecter un cahier des charges précis", annonce-t-il. "Le port du masque grand public sera recommandé".

15h42 - Concernant la vie économique, "le télétravail doit être maintenu au moins pour les trois prochaines semaines. Il doit se poursuivre pour limiter le recours aux transports publics et le contact. Il n'y a pas pour ce sujet un avant et un après 11 mai. Pour ceux qui ne peuvent pas télétravailler, la pratique d'horaires décalés doit être mise en place", explique Édouard Philippe

15h40 - "Les crèches seront également rouvertes avec l'accueil de 10 enfants". 

A lire aussi

15h36 - Édouard Philippe aborde désormais les sujets concernant la vie quotidienne : écoles, entreprises, transports, vie sociale

"Le retour de nos enfants sur le chemin des écoles est un impératif pédagogique. Nous proposons une réouverture très progressive des maternelles et de l'école élémentaire partout sur le territoire et sur la base du volontariat. A partir du 18 mai, nous pourrons envisager d'ouvrir les collèges, dans les départements les moins touchés, en commençant par les classes de 6ème et les 5ème. Nous déciderons fin mai, si nous pourrons rouvrir les lycées", précise-t-il.

Pas plus d'une quinzaine par classe, masqués et équipés de gel hydroalcoolique seront de mise. 

"Le port du masque est prohibé pour les enfants en maternelle, il n'est pas recommandé pour l'école élémentaire mais l'Education nationale mettre à disposition des masques. Enfin, nous fournirons des masques aux collégiens", explique Édouard Philippe. 

15h33 - Édouard Phillipe explique qu'une nouvelle phrase du 2 juin et jusqu'à l'été sera abordée. "C'est fin mai que nous statuerons sur la réouverture des cafés et des restaurants", explique-t-il en évoquant des phrases de "trois semaines".

"A compter de jeudi, le directeur général de la Santé présentera tous les soirs une carte avec les résultats département par département" de l'évolution de la maladie avec un code couleur rouge et vert

A lire aussi

15h32 - "Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai ou le ferons plus strictement (...) Les incertitudes doivent inciter tous les Français à la plus grande discipline jusqu'au 11 mai", prévient Édouard Philippe

15h27 - "L'isolement n'est pas une punition, une sanction". "Nous prévoyons des dispositifs de contrôles s'ils doivent être nécessaires mais nous nous reposerons sur le civisme de chacun (...) Nous laisserons le choix à la personne de s'isoler chez elle, ce qui entraînera le confinement de tout le foyer ou bien de s'isoler seule, notamment dans des hôtels réquisitionnés", ajoute-t-il

Le premier ministre évoque à présent l'application StopCovid dont "l'utilité ne peut se faire qu'en complémentarité". "Un grand nombre de responsables politiques ont fait part de leurs interrogations sur ce type d'instrument. Ces questions me paraissent fondées, elles doivent être posées et débattues. J'ai même le sentiment qu'elles doivent faire l'objet d'un vote. Le débat est un peu prématuré mais je confirme mon engagement : lorsque l'application en cours de développement fonctionnera et avant sa mise en oeuvre, nous organiserons un débat spécifique et un vote spécifique", explique-t-il

15h22 - "Cette crise sanitaire renvoie tout le monde à un devoir d'humilité", estime Édouard Philippe

"A la sortie du confinement, nous serons en capacité de massifier nos tests et de réaliser 700.000 tests virologiques par semaine (...) Nous avons fait sauter les verrous qui empêcher la participation des laboratoires de recherches et vétérinaires. Nous avons engagé la mobilisation conjointe des laboratoires publics et privés. Tout doit être fait pour rendre la réalisation du test facile et rapide", explique-t-il avant d'ajouter que dès qu'une personne sera testée positive, son entourage le sera aussi, symptômes ou non.

15h21 - "J'invite toutes les entreprises à équiper les salariés, c'est l'une des conditions de la reprise (...) Une plateforme de e-commerce sera mise en place par la Poste à compter du 30 avril. Les pharmacies et la grande distribution seront invités à vendre des masques jetables ou lavables. Les particuliers sont invités à confectionner des masques", annonce le premier ministre

15h15 - Le premier ministre évoque le triptyque : "Protéger, tester, isoler" et résume le principe du déconfinement : "Agir progressivement, adapter localement"

"A partir du moment où nous ne serons plus en situation de confinement, le respect des gestes barrières et des mesures de distanciations physiques prendront encore plus d'importance (...) A cela, il conviendra d'ajouter le port du masque dans certaines situations. Cette question des masques a suscité la compréhension et la colère de nombreux Français", déclare le premier ministre.

Édouard Philippe rappelle à présent les différentes mesures mises en place par le gouvernement depuis le début de la crise : production de masques, réquisitions pour les soignants...

"Nous soutiendrons financièrement, les collectivités qui achèteront des masques à hauteur de 50%", annonce le premier ministre qui précise qu'il y aura "assez de masques" pour tous les Français à partir du 11 mai.

15h13 - "La circulation du virus n'est pas uniforme dans le pays (...) Cette circulation hétérogène du virus créé des différences entre les territoires. Il n'est pas inutile de prendre en compte ces différences dans la façon dont le déconfinement doit être organisé (...) Avec le président de la République, nous avons décidé de dire rapidement notre stratégie nationale, pour que ceux qui y participent puissent prendre leurs dispositions", explique Édouard Philippe qui annonce qu'il rencontrera les préfets et les partenaires sociaux à partir de demain

15h11 - Édouard Philippe répète une nouvelle fois que la France va devoir "apprendre à vivre avec le virus". Comment éviter la deuxième vague ?

"Notre système hospitalier a tenu. Mais il a tenu au prix d'une fatigue bien compréhensible des femmes et des hommes, au prix d'une consommation de médicaments jamais constatée. Le risque d'une seconde vague qui viendrait frapper un tissu hospitalier fragilisé est un risque sérieux, qu'il faut prendre au sérieux. Ce risque impose de procéder avec prudence, progressivement, sûrement", explique-t-il

15h07 - "La décrue est engagée. Elle est régulière, lente, mais régulière (...) Un instrument ne vaut que si ses effets positifs ne sont pas dans la durée dépassés par ses effets négatifs. Nous sentons que l'arrêt prolongé de la production, que la perturbation durable de la scolarisation, que la fermeture prolongée des frontières (...) présenteraient pour le pays le risque terrible de l'écroulement", déclare-t-il. 

"Je n'emploie pas ce terme au hasard. L'objectif du gouvernement est de présenter notre stratégie nationale, les buts que nous recherchons et la façon dont nous allons les atteindre", ajoute le chef du gouvernement

15h05 - Édouard Philippe prend la parole. 

"Voilà donc le moment où nous devons dire à la France comment notre vie va reprendre. Depuis le 17 mars dernier, notre pays vit confiné. Qui aurait pu imaginer il y a trois mois, la place que va prendre ce mot dans notre société ? (...) Si le confinement était une étape nécessaire, il pourrait s'il continue entraîner des effets délétères", déclare le premier ministre

15h01 - Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand prend la parole. "La séance est ouverte. Ouverte aux espoirs (...) Aujourd'hui, nous savons que la pandémie est plus forte que n'importe laquelle de nos lois", déclare-t-il

15h - Un petit nombre d'enfants est touché par une étrange maladie dont les syndromes se rapprochent du choc toxique, indique la société britannique de soins intensifs pédiatriques.

A lire aussi

14h57 - Lundi soir, le bilan du coronavirus en France atteignait 23.293 décès, dont 437 de plus en 24 heures. En revanche le nombre de patients en réanimation continue de décroître.

14h52 - Édouard Philippe vient de quitter Matignon pour se rendre à l'Assemblée nationale

14h49 - Le coronavirus peut-il se transmettre lors de la manipulation de pièces de monnaie et de billets de banque ? La manipulation de billets de banque en euros ne pose "pas de risques d’infection majeurs" au nouveau coronavirus par rapport à d'autres surfaces, a assuré mardi un haut dirigeant de la Banque centrale européenne.

La BCE a mené des recherches avec plusieurs laboratoires européens d'où il ressort que "les coronavirus peuvent survivre sur une surface en acier inoxydable (une poignée de porte par exemple) dix à cent fois plus longtemps que sur nos billets en fibres de coton", écrit Fabio Panetta, membre du directoire de l'institut, dans un article publié dans plusieurs journaux européens, dont Les Echos.

14h30 - Dans 30 minutes, Édouard Philippe doit prendre la parole. Selon nos informations, l'architecture du plan général de déconfinement reposera sur six grands chapitres : politique sanitaire, rentrée scolaire, retour au travail des adultes, commerce, transports et rassemblements religieux ou culturels.

14h25 - Des députés demandent que les restaurants puissent rouvrir dès le 15 mai, avec tout un plan de soutien à la filière touristique pour cet été. Ils souhaitent ainsi éviter au secteur un manque à gagner trop important. Zoom sur leur proposition.

A lire aussi

14h12 - Pascal de Izaguirre, le PDG de Corsair, exhorte au micro de RTL l'État à "ne pas oublier" les compagnies privées, très atteintes par la crise, et qui représentent des "dizaines de milliers d'emplois" en France. Une interview à réécouter ici

>
Coronavirus : l'Etat doit "soutenir son transport aérien", plaide le patron de Corsair Crédit Image : Leemage via AFP | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date :

14h03 - Emmanuel Macron dément toute dissension avec Édouard Philippe. Le président de la République fustige ceux qui "tentent de diviser", selon des propos rapportés par une source gouvernementale à l’AFP. 

Les rumeurs sur une mésentente entre le président de la République et le premier ministre apparaissent épisodiquement depuis le début du quinquennat, souvent avivés en période de turbulences comme lors de la crise des "gilets jaunes". Mais il est rare qu'elles obligent le chef de l'Etat à les démentir.

"L’ensemble de l’exécutif est pleinement aligné dans cette crise. Je n’aurai aucune complaisance à l’égard de ceux qui par des bruits et des rumeurs tentent de diviser le gouvernement et singulièrement le Premier ministre et le Président de la République", a déclaré le chef de l'Etat, selon des propos rapportés par un participant au Conseil des ministres.

14h - Comment Édouard Philippe a-t-il préparé son discours ? Un éclairage du service politique de RTL à lire ici.

13h46 - Qui, quand, comment, pourquoi ? Philippe Corbé vous résume le casse-tête du déconfinement et tous les enjeux du discours du premier ministre. Un nouvel épisode du podcast Coronavirus : RTL avec vous à retrouver juste ici. 

>
34. Retour à l'école, traçage numérique... Le casse-tête du déconfinement Crédit Image : RTL Originals | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date :

13h39 - L'aile gauche de la majorité a peu apprécié la méthode du gouvernement concernant la présentation du plan de déconfinement. Mais le chef de file des députés LaREM Gilles Le Gendre lui reste "assez serein".

"Je n'ai aucune inquiétude que (la déclaration du premier ministre) sera approuvée à une écrasante majorité", a déclaré le député de Paris lors d'une visioconférence de presse. "Je sais où se trouvent les points de fragilité, les points d'attention", notamment sur la "procédure" de vote qui intervient trop tôt aux yeux de certains, a-t-il souligné. Mais "les Français veulent des réponses et qu'on ne perde pas une minute".

13h33 - Les pharmacies peuvent désormais fournir des masques grand public à leurs clients. Il s'agit de masques filtrant, en tissu, le plus souvent lavables et réutilisables. Seul impératif : que la cadence de production et d'importation suive. En cette fin du mois d'avril, la denrée est extrêmement rare. Prix, stock, date... La laborieuse quête des masques. Un reportage à lire ici.

13h25 - A gauche, le groupe PS décidera dans l'après-midi de son vote. Mais il a listé "des lignes rouges" et plaide pour des "masques gratuits" ou "l'abandon" du controversé projet de traçage des données mobiles StopCovid. Sur l'école, les socialistes estiment notamment que le calendrier annoncé par le gouvernement ne paraît "pas tenable" et veulent "laisser le temps nécessaire" aux collectivités et établissements.

Les Insoumis voteront "contre" le plan de déconfinement. Les députés LFI ont déposé une proposition de loi afin d'obtenir la gratuité des masques de protection pendant l'épidémie de coronavirus, pour en garantir l'accès y compris aux plus démunis. Le coût des masques serait pris en charge par l'Etat. 

13h18 - Selon nos informations, le président de la République souhaitait un report de 24 heures du vote des députés, comme l'avait demandé l'opposition.

13h15 - Existent-il des tensions entre Emmanuel Macron et le premier ministre ? Retrouvez notre décryptage, juste en dessous.

A lire aussi

13h03 - Le ton est donné. Le chef de file des députés LR Damien Abad a affirmé que "la droite ne voterait pas" et s'abstiendrait "massivement" sur le plan de déconfinement, tandis que certains députés LR "voteront contre".

Damien Abad a évoqué "deux raisons", d'une part "parce que nous regrettons sur la forme qu'on n'ait pas eu un moment de débat et d'échange entre nous, entre les 104 députés du groupe, pour pouvoir analyser la déclaration du Premier ministre et ce plan de déconfinement".

Le député de l'Ain a en outre fustigé "un déconfinement qui est dans le flou, dans l'incertitude, avec beaucoup d'injonctions contradictoires". "Nous nous interrogeons clairement sur la stratégie du gouvernement et sa capacité à gérer ce déconfinement", a-t-il avancé.

12h39 - Le projet de loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire de deux mois, jusqu'au 24 juillet, sera présenté samedi en Conseil des ministres et examiné la semaine prochaine au Parlement, a appris l'AFP de sources parlementaires concordantes.

La loi instaurant l'état d'urgence sanitaire était entrée en vigueur le 24 mars, pour un délai de deux mois. Cette loi permet au premier ministre de prendre par décret des mesures listées dans la loi et assorties de sanctions sévères : restreindre ou interdire la circulation, adopter des mesures de confinement ou de quarantaine,  limiter les rassemblements, ordonner la fermeture provisoire d'établissements et d'entreprises...

12h17 - Après avoir annoncé le 13 avril dernier, un déconfinement le 11 mai prochain, L'exécutif abat ses cartes et dévoile ce mardi les mesures à mettre en place. Comment va se dérouler cette journée ? 

Ce plan sera présenté à 15 heures, à l'Assemblée nationale par Édouard Philippe, avec un vote dans la foulée malgré les protestations de partis d'opposition. Ils réclamaient un report du vote à mercredi, alors que seuls 75 des 577 députés peuvent se rendre dans l'hémicycleOn vous résume les enjeux de ce vote, juste ici

12h00 - Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans ce live !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Édouard Philippe Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants