1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Meghan Markle est-elle "prisonnière" du système d'Hollywood ?
3 min de lecture

Meghan Markle est-elle "prisonnière" du système d'Hollywood ?

En quittant la famille royale dont elle a refusé les codes et l'étiquette, Meghan Markle a continué un parcours américain tout en contradiction.

Meghan Markle, le 25 septembre 2021.
Meghan Markle, le 25 septembre 2021.
Crédit : Angela Weiss / AFP
Ces femmes qui ont dit "Non" 4/7 : Meghan Markle
00:11:22
Flavie Flament & Capucine Trollion

Meghan Markle a été mal-aimée dès son arrivée au palais de Buckingham. Les tabloïds et l'opinion publique n'ont eu de cesse de la critiquer, la harceler, la calomnier. Américaine et  actrice, elle coche toutes les mauvaises cases, comparée à Kate Middleton, la bien-aimée.

Mais après des années à endurer le protocole, les injures, les attaques, Meghan Markle a décidé de dire non à ce carcan, soutenue par son époux qui a pris la décision de rompre les liens avec la couronne, le 8 janvier 2020. Les tabloïds s'emparent de l'affaire et la nomme "Megxit", un terme misogyne. Le prince Harry, qui ne l'apprécie pas, demande alors aux journaux d'employer un autre terme. On utilise désormais "Sussexit", en référence à leurs titres du duc et de la duchesse du Sussex, rapporte Pierrick Geais, journaliste pour Paris Match et auteur du livre Prince William, la vraie vie d'un futur roi (éditions du Rocher).

"Les tabloïds ont rejeté la faute uniquement sur Meghan Markle. Harry ne l'a pas apprécié (...) On a voulu faire passer Meghan Markle comme une vilaine sorcière en quelque sorte, comme souvent dans la famille royale. Camilla (Parker-Bowles, ndlr) était la vilaine sorcière, comme Sarah Ferguson, à un moment donné, l'ex-épouse du prince Andrew", poursuit Pierrick Geais dans le podcast d'été de Flavie Flament, Ces femmes qui ont dit "non".

L'interview pour Oprah Winfrey les a remis sur le devant de la scène

Quand Meghan et Harry partent aux États-Unis avant la fermeture des frontières en 2020 à cause du coronavirus , on aurait pu se dire qu'ils allaient mener une vie tranquille, loin des caméras. "C'est toute la contradiction de Meghan et Harry", souligne le journaliste puisque le couple s'installe à Montecito, en Californie, "où vraiment tout Hollywood est là". 

À écouter aussi

"Et puis ils vont donner cette grande interview à Oprah Winfrey (le 8 mars 2021, ndlr), la papesse de la télévision américaine et vraiment s'étendre en petites rumeurs, en détails croustillants", ajoute le journaliste de Paris MatchDans cette interview, Meghan Markle y évoque notamment la réaction raciste qu'aurait eu un membre de la famille royale contre son fils Archie.

"Finalement en arrivant aux États-Unis, Harry et Megan sont entrés dans un processus hollywoodien où n'importe quelle révélation devient un spectacle en soi. Et cette interview à Oprah Winfrey en est l'exemple parfait", résume-t-il.

En réalité, elle maîtrise les codes du système américaine

Meghan Markle a dit "non" aux codes de Buckingham, non aux conventions, mais, elle a dit oui à l'amour. Est-ce à dire que cette femme libre est devenue prisonnière aussi du système américain ? "Ce système américain Meghan Markle, elle le connaissait parce qu'elle avait été actrice (dans la série Suits, ndlr)", analyse Pierrick Geais. A contrario, elle ne connaissait pas le système de la famille royale. "Et elle a cru, en arrivant dans la famille royale, pouvoir imposer ses propres règles, ses règles hollywoodiennes. On l'a dit souvent Meghan Markle, c'était une Américaine à Buckingham", précise-t-il.

"Elle gérait son équipe à Buckingham comme elle gérait une équipe sur un plateau de tournage.  Ça ne se passe pas tout à fait comme ça dans la famille royale, par exemple, le prince Wiliam ou Elizabeth II sont bien plus familiers finalement avec leur personnel. Ce n'est pas une critique, c'était une façon de faire américaine qui ne convenait pas à l'Angleterre et encore plus aux Windsor", concède l'auteur de Prince William, la vraie vie d'un futur roi.

"Donc finalement le système américain, par contre, Meghan Markle, elle en a compris tous les codes et toutes les cordes. Et c'est pour ça que dès qu'elle est arrivée aux Etats-Unis, elle a signé des contrats juteux avec toutes les plateformes de streaming, dont Netflix. Et puis on lui donne maintenant toutes les ambitions, on se dit que Meghan Markle a certainement envie d'une carrière politique. On la voit déjà se présenter par exemple au Congrès aux États-Unis", conclut Pierrick Geais.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/