1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Guerre en Ukraine : les positions des 12 candidats sur l'accueil des réfugiés
8 min de lecture

Guerre en Ukraine : les positions des 12 candidats sur l'accueil des réfugiés

Plus de deux semaines après le début de la guerre en Ukraine, quelles positions ont prises les candidats à l'élection présidentielle à propos de l'accueil des réfugiés ?

La candidats à la présidentielle réagissent à tour de rôle.
La candidats à la présidentielle réagissent à tour de rôle.
Crédit : AFP
Philippine Rouvière Flamand

La guerre en Ukraine pourrait avoir un impact important sur l'élection présidentielle à venir. Dans sa déclaration de candidature, Emmanuel Macron avait d'ailleurs laissé entendre que cette guerre pourrait fortement perturber la campagne.

Selon un sondage BVA pour RTL, les questions liées à la guerre en Ukraine auraient de l'importance dans l'élection présidentielle à venir pour 40% des sondés. La crise en Ukraine inquiète un plus grand nombre de Français que d'autres sujets, tels que la laïcité (38%), la lutte contre les discriminations (36%), la place du nucléaire (35%) et l'Europe (30%).

Parmi les questions liées à la guerre en Ukraine, celle de l'accueil des réfugiés, en France ou plus généralement au sein de l'Union européenne, en est une majeure. La majorité des douze candidats à l'élection présidentielle s'est positionnée à ce sujet. 

Emmanuel Macron (LREM)

Étant actuellement président en poste, Emmanuel Macron a un rôle important dans la guerre en Ukraine. Le candidat a sa réélection a notamment pris la posture de médiateur entre les présidents Poutine et Zelensky. Il s'est exprimé à plusieurs reprises sur la question de l'accueil des réfugiés en France et s'y montre favorable, ainsi qu'a leur accueil en Europe en général.

À écouter aussi

Lors de leurs conversations téléphoniques, les présidents Macron et Zelensky échangent sur la crise humanitaire créée par l'invasion russe en Ukraine. Dans un communiqué de l'Élysée du 6 mars, on apprend que "le président de la République reste à l'écoute des besoins de l'Ukraine et la France continuera d'accroître son soutien dans ce domaine."

Lors d'une conférence de presse à la suite de la réunion extraordinaire du Conseil européen sur la situation en Ukraine, qui a eu lieu le 25 février, Emmanuel Macron s'est également exprimé sur l'accueil des réfugiés : " La France, comme tous les autres pays européens prendra sa part (...) pour à la fois assister la population ukrainienne et pour toutes celles et ceux qui fuiraient le sol ukrainien et se retrouveraient sur le sol de l'Union européenne."

Le gouvernement d'Emmanuel Macron a également mis en place le 8 mars un site internet, afin que toute personne souhaitant accueillir des réfugiés ukrainiens chez elle puisse se faire connaître. 

Marine Le Pen (RN)

Marine Le Pen, habituellement connue pour sa position ferme en terme d'immigration, s'est elle aussi montrée favorable à l'accueil de réfugiés ukrainiens sur le territoire français. Invitée de BFM-TV au lendemain de l'invasion russe en Ukraine, la candidate du Rassemblement Nationale considère qu'il "faut respecter la Convention de Genève (…) et tout ça doit se faire sous l'égide du Haut commissariat aux réfugiés (HCR)."

La Convention de Genève, définit les modalités selon lesquelles un État doit accorder le statut de réfugié aux personnes qui en font la demande, ainsi que les droits et les devoirs de ces personnes. Au total, 145 états ont ratifié cette convention, parmi lesquels la France le 23 juin 1954.

Selon l'Agence des Nations Unies pour les Réfugiés, le HCR a un rôle de "gardien" de la Convention de 1951. Les États doivent alors coopérer avec le HCR pour veiller à ce que les droits des réfugiés soient respectés et protégés.

Jean-Luc Mélenchon (LFI)

Le chef de file de La France Insoumise s'est placé en faveur de l'accueil des réfugiés ukrainiens en France. Dés le 24 février, jour de l'entrée de l'armée russe sur le territoire ukrainien, lorsqu'on ne s'attendait pas encore à une telle vague de départs du pays, Jean-Luc Mélenchon exprimait sa volonté manifeste d'en accueillir : "Si nous sommes solidaires de l'Ukraine, c'est le moment de le manifester (…) Ces pauvres gens subissent un sort auquel ils ne s'attendaient pas."

C'est ensuite Alexis Corbière qui s'est exprimé à ce sujet. Selon le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, "il faut accueillir les Ukrainiens, c'est l'honneur de la France." Alexis Corbière regrette cependant la "dureté" et la "froideur" du gouvernement l'égard des autres réfugiés, notamment venus de Syrie : "Je n’ai pas une générosité et une hospitalité à géométrie variable vis-à-vis des malheurs du monde et de ceux qui en sont les victimes. Il faut accueillir les Ukrainiens, mais nous devons aussi prendre notre part dans la terrible crise des migrants."

Éric Zemmour (Reconquête!)

Éric Zemmour est le seul candidat qui s'est clairement montré défavorable à l'accueil de réfugiés ukrainiens sur le sol français. Selon le candidat de Reconquête!, c'est à la Pologne de prendre cette responsabilité. Selon lui "il faut voir ce que demandent les Ukrainiens (…). Ils veulent aller en Pologne. Elles (les femmes ukrainiennes) veulent être à côté et à proximité de leurs maris qui veulent se battre. Ils veulent pouvoir rentrer, donc je considère qu’il faut au contraire les aider (…). J’ai dit qu’il fallait aider les Polonais."

Éric Zemmour affirme toutefois qu'il sera impossible d'empêcher l'arrivée en France de ceux qui le souhaiteront, étant donné qu'une fois la frontière polonaise passée, les réfugiés sont dans l'espace Schengen. Il estime cependant qu'il ne faut pas accueillir ces réfugiés si la France n'en a pas la capacité.

L'éditorialiste politique se montre toutefois plus ouvert à leur accueil qu'a celui de personnes venu d'autres pays : "je comprends très bien la différence entre des Ukrainiens, européens et chrétiens et des gens qui viennent d'Afghanistan, qui viennent de Syrie, qui sont d’une autre civilisation qui n’est pas la notre. (…) Les Ukrainiens sont nos frères européens."

Valérie Pécresse (LR)

Valérie Pécresse s'est montrée favorable à l'accueil des réfugiés ukrainiens en France, bien qu'elle considère qu'il soit "préférable d'organiser leur accueil dans les pays limitrophes pour qu'ils puissent rentrer chez eux le plus rapidement possible."

La candidate des Républicains assure tout de même que "la France doit être au rendez-vous de sa tradition humaniste du droit d'asile (…). Ils doivent avoir la protection qui correspond à un pays en guerre, à un pays menacé, (…) une protection qui leur donne droit à un titre de séjour d'un an" a-t-elle ajouté.

Lors de son débat avec Éric Zemmour le 9 mars, Valérie Pécresse a fustigé son adversaire politique. Selon elle, "l'immigration zéro, personne ne la fait, donc vous serez un président impuissant", lui a-t-elle assuré. 

Yannick Jadot (EELV)

Yannick Jadot s'est montré très favorable à l'accueil des réfugiés ukrainiens sur le sol français. Le candidat d'Europe Ecologie Les Verts a aussi salué les déclarations de l'Union européenne "pleinement préparée" à accueillir les Ukrainiennes et Ukrainiens qui fuiraient leur pays.

Lors du rassemblement en soutien à l'Ukraine organisé le 5 mars, place de la République à Paris, Yannick Jadot a considéré qu'il fallait "comprendre ce qu’il se passe en Ukraine." Selon lui, "c’est la défense de notre paix, de notre sécurité, de la démocratie à l’échelle du continent européen et évidemment qu’il faut accueillir les réfugiés, les exilés ukrainiens." 

Le candidat des Verts explique également qu'il s'agit d'être républicain : "le sens de la république, les valeurs de la république, c’est la liberté, l’égalité, la fraternité, c’est aussi le sens de l’accueil par rapport à des populations, par rapport à des personnes qui fuient la persécution, qui fuient une invasion d’une dictature sur une démocratie."

Fabien Roussel (PCF)

Même tonalité pour Fabien Roussel qui a brandi la "tradition d’accueil" de la France. Le candidat communiste avait affirmé au micro de BFM-TV espérer que "nous allons tous le dire, y compris ceux qui disaient il y a quelques jours qu’il faut ériger des murs à la frontière de l’Union européenne et n’accueillir personne", a-t-il précisé le 26 février en référence à une proposition d’Éric Zemmour. 

Le candidat communiste a également indiqué que le PCF allait "prendre une initiative" pour "accueillir des familles" de réfugiés Ukrainiens "avec des ONG et des associations."

Jean Lassalle (Résistons !)

Jean Lassalle est le seul candidat à ne pas s'être exprimé ouvertement sur la question de l'accueil des réfugiés Ukrainiens. Le candidat de Résistons ! à tout de même fermement condamné l'invasion russe en Ukraine. "Rien ne justifie cette agression" a-t-il affirmé dans un communiqué. 

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France)

Nicolas Dupont-Aignan a, comme Marine Le Pen, brandi l'argument de la Convention de Genève. Selon le candidat de Debout la France, "la France doit accueillir sa part de réfugiés bien évidemment, parce que là, on est en plein dans la convention de Genève."

Bien qu'il se soit montré clairement favorable à cet accueil, Nicolas Dupont-Aignan a tout de même qualifié la vague de migration venue d'Ukraine de "fardeau" et espère éviter "de déménager un peuple."

Nicola Dupont-Aignan s'est toutefois positionné contre la stratégie d'envoi d'armes en Ukraine, affirmant qu'il y a "des souffrances abominables, voilà pourquoi je ne veux pas livrer d’armes dans le désordre : soit on intervient parce qu’on est fort, soit on n'intervient pas." 

Anne Hidalgo (PS)

Anne Hidalgo s'est positionnée politiquement pour l'accueil de réfugiés ukrainiens en France, mais pas seulement. La candidate du Parti socialiste, également maire de Paris, a annoncé à travers un communiqué de la Ville de Paris que la municipalité a "mis en place une cellule de crise afin de mettre tous les moyens en œuvre pour assurer l’hébergement des Ukrainiens bloqués à Paris ou qui viendraient s’y réfugier."

La maire de Paris a également annoncé que la municipalité avait débloqué un million d'euros, "pour les associations, ONG et acteurs de terrain qui organisent la collecte et l’acheminement de produits de première nécessité en Ukraine ou dans les pays frontaliers, et préparent l’accueil des réfugiés ukrainiens à Paris".

Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière)

Nathalie Arthaud est favorable à l'accueil de réfugiés ukrainiens en France et en Europe. Selon la candidate de Lutte Ouvrière, "bien sûr qu’il faut ouvrir les frontières de l'Union européenne, leur permettre de se réfugier." 

Elle s'est tout de même montrée révoltée du traitement apporté aux personnes noires fuyant l'Ukraine à leur arrivée en Pologne : "je tiens aussi à souligner qu’il faut permettre à tous les réfugiés de passer la frontière," a-t-elle affirmé. "Ce que j’ai vu avec le refoulement de réfugiés africains à la frontière de la Pologne est vraiment révoltant et je tiens d’ailleurs à le dénoncer. Il faut permettre à toutes ces femmes et ces hommes qui essaient de sauver leur peau de trouver un endroit où ils peuvent être en sécurité, il faut leur permettre effectivement d’entrer dans l’Union européenne et donc de trouver un refuge." 

Philippe Poutou (NPA)

Si Philippe Poutou souhaite également que la France accueille sur son territoire les Ukrainiens ayant fui vers l'ouest, il souhaite l'accueil de tous les réfugiés en général. Invité du youtubeur Hugo Décrypte avant l'invasion russe en Ukraine, le candidat de NPA a affirmé que s'il était élu président en avril prochain, sa première visite officielle se ferait après de SOS Méditerranée, qui intervient dans la mer Méditerranée pour secourir les personnes essayant d'arriver en Europe par voie maritime.

Sa position sur l'accueil de réfugiés ukrainiens va dans le même sens. Invité de LCI, Philippe Poutou a indiqué qu'"accueillir les migrants, ça parait la base minimale." 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire