1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Gilets jaunes" : Édouard Philippe condamne les violences "incroyablement choquantes" à Paris
13 min de lecture

"Gilets jaunes" : Édouard Philippe condamne les violences "incroyablement choquantes" à Paris

Le troisième samedi de mobilisation des "gilets jaunes" a donné lieu à de nouvelles violences samedi à Paris, où 287 personnes ont été interpellées selon nos informations.

Castaner a dénoncé une "stratégie des professionnels du désordre" après la manifestation du 1er décembre
Castaner a dénoncé une "stratégie des professionnels du désordre" après la manifestation du 1er décembre
Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP
Claire Gaveau & Clarisse Martin

Acte 3 pour la mobilisation des "gilets jaunes". Ce samedi 1er décembre marque le 15e jour de mobilisation nationale pour les "gilets jaunes". Le mouvement contestataire entend bien ainsi maintenir la pression sur le gouvernement.

Cette troisième journée a réuni 75.000 manifestants dans toute la France et 8.000 à Paris à 15 heures, où de nombreux heurts ont éclaté, selon les chiffres communiqués par le ministère de l'Intérieur. La première journée nationale d'action le 17 novembre avait rassemblé 282.000 personnes, et la deuxième 106.000, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

Déstabilisé, le gouvernement peine encore à établir le dialogue avec ce mouvement protéiforme. Vendredi, une réunion à Matignon avec le premier ministre Édouard Philippe a tourné au fiasco alors que l'un des deux "gilets jaunes" a prématurément quitté la réunion.

Revivez la journée de mobilisation des "gilets jaunes"

23h30 - Lors de ce troisième samedi de mobilisation des "gilets jaunes" de nombreux heurts ont abouti à 287 interpellations et 110 personnes on été blessées, dont 14 parmi les forces de l'ordre.

23h22 - Édouard Philippe, en visite samedi soir dans une caserne de policiers, a condamné les violences "incroyablement choquantes" qui ont eu lieu lors de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris, en remerciant les forces de l'ordre. "Les images qu'on a vues sont incroyablement choquantes. Et ces images, c'est rien par rapport à ce que vous avez vécu. Elles ne retracent pas la pression que vous avez subie. Et vous n'avez rien lâché, donc je veux vous remercier très sincèrement", a notamment déclaré le Premier ministre. 

À lire aussi

23h01 - La circulation des voitures a repris sur les Champs-Élysées. Les services de nettoyage de la ville sont déployés. 

22h53 - Près de 190 départs de feu ont été traités par les sapeurs-pompiers pendant la journée selon le ministère de l'Intérieur.

21h47 - De violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre se sont tenus dans le centre-ville de Dijon.7 "gilets jaunes" ont été interpellés. 

21h09 - 13 "gilets jaunes" ont été interpellés à Marseille après les manifestations. Si la première partie de la journée s'est déroulée dans le calme, des échauffourées ont ensuite éclaté.

20h36 - En raison des violences à Paris, Édouard Philippe annule son déplacement à la COP24 en Pologne.

20h27 - La préfecture de Haute-Loire incendiée lors d'une manifestation des "gilets jaunes".

20h17 - Christophe Castaner s'exprime sur TF1. Le ministre de l'Intérieur dénonce une "stratégie des professionnels du désordre" et déplore près de 100 blessés à Paris dont "un en urgence absolue". Il s'agit d'un "gilet jaune", qui se trouvait sous la grille descellée du jardin des Tuileries. À propos des personnes interpellées et placées en garde à vue : "La plupart ne sont pas dans un profils de militants connus, simplement ils se sont faits avoir." Quant au forces de l'ordre, Christophe Castaner s'est dit "fier des 66.000 hommes qui sont mobilisés." 

19h59 - Depuis Buenos Aires, au terme du G20 en Argentine, Emmanuel Macron s'est exprimé, commentant les violences survenues à Paris lors des manifestations des "gilets jaunes" ce samedi 1er décembre. Évoquant l'Arc de Triomphe "souillé", le président a assuré qu'il entendrait "toujours les oppositions, mais je n'accepterai jamais la violence." "Ils (les casseurs, ndlr) trahissent des causes qu'ils prétendent servir (...) Ils seront identifiés", a assuré le chef de l'État, qui rencontrera exceptionnellement Édouard Philippe demain pour une réunion de crise.

Je n'accepterai jamais la violence

Emmanuel Macron

19h57 - 270 interpellations ont été effectuées à Paris. 200 personnes sont en garde à vue. 110 blessés, dont 17 parmi les forces de l'ordre, sont à déplorer.

19h45 - En Meurthe-et-Moselle, dix personnes ont été interpellées et placées en garde à vue suite à des actions de "gilets jaunes". Ces interpellations ont eu lieu pour outrage, refus de dispersion après sommation, participation avec arme à une attroupement et violence sur personne de dépositaire de l'autorité publique, a indiqué la préfecture.

19h37 - À Dijon (Côte-d'Or), sept individus ont été interpellés en début de soirée après des "troubles graves", a indiqué la préfecture à l'AFP. "Un petit groupe déterminé à en découdre avec les forces de l'ordre" se trouvait toujours en début de soirée dans le centre-ville, "en train de s'en prendre aux décorations de Noël et au mobilier urbain, notamment", a rajouté la préfecture.

19h32 - 263 interpellations ont eu lieu à Paris.

19h15 - À Paris, vingt stations de métro sont fermées. Il s'agit  des stations : Argentine, Charles-de-Gaulle - Étoile, Champs-Élysées - Clemenceau, Concorde, George V, Tuileries, Franklin D. Roosevelt, Ternes, Victor-Hugo, Havre-Caumartin, Opéra, Cité, Boissière, Trocadéro, Kléber, Mdeleine, Saint-Augustin, Saint-Philippe-du-Roule, Chaussée-d'Antin, Miromesnil. 11 lignes sont concernées, surtout la ligne 1 et la 6.

18h56 - "La situation est insurrectionnelle. On n'a jamais vu ça, on n'a jamais vu ça à Paris. (...) Il faut tout mettre en oeuvre pour mettre hors d'état de nuire ces individus", estime Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat d'Alliance police nationale, au micro de RTL. La mise en place d'un couvre-feu ? "Ça fait partie des solutions", rajoute-t-il.

18h35 - "Incontestablement, le gouvernement porte une responsabilité dans l'aggravation de la situation et la situation insurrectionnelle dont on peut voir les images ce soir à Paris", estime Marine Le Pen au micro de RTL.

18h20 - Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner s'exprimera au 20 heures de TF1.

18h25 - 224 personnes ont été interpellées à Paris.

18h05 - À 18 heures, 205 interpellations ont eu lieu dans la capitale.

18h00 - Une intervention des pompiers est en cours après qu'une grille du jardin des Tuileries, du côté longeant la rue de Rivoli, a été descellée par des manifestants. Une personne a été blessée.

17h47 - Le nombre de blessés grimpe à 92, dont 14 parmi les forces de l'ordre.

17h40 - Peu avant 18 heures, le décompte du nombre d'interpellations à Paris grimpe à 194.

17h31 - Un véhicule de police a été incendié rue Danielle-Casanova (IIe arrondissement de Paris), selon nos informations.

17h29 - Sur Twitter, la maire de Paris Anne Hidalgo a fait part de sa "profonde indignation" et de sa "grande tristesse" après les violences commises dans la capitale en marge de la mobilisation des "gilets jaunes".

17h25 - Selon un décompte du ministère de l'Intérieur, 75.000 manifestants ont été recensés en France à 15 heures.

17h21 - L'humoriste controversé Dieudonné a été aperçu près des Champs-Élysées, vêtu d'un gilet jaune. Sur son compte Twitter, il a appelé à paralyser "les administrations de l'État et le gouvernement et les chaînes TV et radios de propagande qui ne cessent de nous mentir depuis plus de 20 ans".

17h15 - D'après une journaliste du Figaro, les clients du Printemps Haussmann ont été évacués par mesure de sécurité.

17h11 - Sur BFMTV, Laurent Wauquiez estime que "ces images de violence ne correspondent en rien à la réalité des gilets jaunes" et "condamne fermement cet engrenage de la violence dans laquelle le gouvernement et le président de la République ont enfermé le pays".

17h 00 - À Paris, 183 personnes ont été interpellées. 80 blessés sont à déplorer, dont 14 parmi les forces de l'ordre. 

16h30 - À Rennes, plusieurs centaines de "gilets jaunes" ont déambulé sous la pluie. En tête de cortège, les manifestants étaient suivis par une centaine de syndicalistes CGT, FO, FSU.

16h08 - 158 personnes ont été arrêtées à Paris, selon un dernier décompte peu après 16 heures.

15h53 - Selon nos informations, 65 personnes ont été blessées à Paris, dont 11 parmi les forces de l'ordre.

15h46 - En milieu d'après-midi, le nombre d'interpellations à Paris est passé à 140.

15h40 - À Nice (Alpes-Maritimes), l'accès à l'aéroport est bloqué depuis la fin de matinée par la mobilisation des "gilets jaunes", rapportent nos confrères de Nice-Matin.

15h20 - À Tourville-la-Rivière (Seine-Maritime), les "gilets jaunes" bloquent un centre commercial dans un face-à-face tendu avec les CRS. Une situation dont se plaignent les commerçants. Notre reportage à retrouver ici.

15h10 - Selon nos informations, 129 personnes ont été interpellées à Paris.

15h04 - À Charleville-Mézières (Ardennes), des dégradations "importantes" ont été commises. Les forces de l'ordre ont procédé à trois interpellations, selon la préfecture citée par l'AFP. Des projectiles, notamment des boules de pétanque, ont été lancés, faisant un blessé léger chez les forces de l'ordre, d'après la même source.  

15h00 - Au lendemain du match de Ligue 1 opposant Saint-Étienne à Nantes, des manifestants des "gilets jaunes" bloquent le bus des joueurs nantais.

14h50 - Plusieurs voitures ont été incendiées aux abords des Champs-Élysées.

14h09 - Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, s'est dit "très meurtrie" par les images de l'Arc de Triomphe "où repose le soldat inconnu et où tous les soirs sont rappelés les sacrifices de nos soldats".

14h02 - Une cinquantaine de "gilets jaunes" ont fait irruption à deux reprises sur le tarmac de l'aéroport de Nantes Atlantique. Environ 150 "gilets jaunes" s'étaient également rassemblés dans la matinée sur un rond-point proche de l'aéroport, filtrant les voitures avant de décider de les laisser circuler.

13h55 - 122 personnes ont dorénavant été interpellées à Paris et aux abords des Champs-Élysées.

13h51 - Les débordements ont été nombreux sur les Champs-Élysées où quelque 5.500 personnes étaient rassemblées à la mi-journée. Découvrez notre diaporama.

13h45 - Des "gilets jaunes" ont immobilisé le bus qui ramenait l'équipe du FC Nantes, dans la nuit de vendredi à samedi, à l'aéroport d'Andrézieux-Bouthéon après son match à Saint-Étienne. 

13h22 - Un nouveau bilan fait état de 20 blessés, dont 6 parmi les forces de l'ordre.

13h07 - Outre les 5.500 personnes à Paris, Édouard Philippe a annoncé que près de 36.000 manifestants étaient mobilisées partout en France.

13h02 - "Près de 5.500 personnes réunies à Paris. Dès le matin, des individus déterminés à provoquer les forces de l'ordre se sont rassemblés en dehors du périmètre de sécurité. Ils ont fait preuve d'une grande violence mais les forces de l'ordre ont tenu malgré les attaques qualifiées de 'rarement atteintes'", a détaillé Édouard Philippe, qui annonce l'interpellation de 107 personnes.

12h51 - De brèves échauffourées, avec utilisation de gaz lacrymogènes, ont eu lieu en milieu de journée à Strasbourg, lorsque quelques "gilets jaunes" ont tenté de quitter le trajet prévu de la manifestation. 

12h48 - Face à la violence de certains manifestants, des "gilets jaunes" ont choisi de venir manifester avec des fleurs. Plusieurs individus ont ainsi déposé des roses aux pieds des CRS. "On est des pacifistes nous", peut-on entendre.

12h31 - Alors que les CRS ont peu à peu repris le contrôle du rond-point de l'Étoile, les affrontements se concentrent dans les rues annexes.

12h24 - 81 interpellations ont été enregistrées depuis le début de cette mobilisation.

12h20 -
Des opérations de "gilets jaunes" ont également lieu devant plusieurs magasins et autres centres commerciaux. C'est le cas à Tourville-la-Rivière où les forces de l'ordre sont intervenues pour évacuer les manifestants.

12h14 - On fait un point sur les régions où de nombreux blocages de "gilets jaunes" sont organisés sur les routes :
- Sur l'A8 entre Cagnes-sur-Mer et Trets
- Sur l'A7 et l'A9 au niveau du péage d'Orange
- Sur l'A50 au niveau et La Ciotat et de Bandol
- Sur l'A520 et l'A52 aux abords de Marseille
- Sur la N2, en direction de la Belgique dans le Nord
- Sur la N113, 540 manifestants sont présents près d'Arles
- Sur la N151 à Issoudun dans le Centre 

12h08 - Édouard Philippe doit se rendre vers midi à la préfecture de police de Paris en raison des violences sur les Champs-Élysées en marge du troisième weekend de mobilisation des "gilets jaunes". Il a ainsi annulé son déplacement prévu à Nogent-sur-Marne pour l'élection du nouveau patron de LREM.

12h04 - Laurent Nunez, le secrétaire d'État auprès du ministère de l'Intérieur, évoque la présence de 3.000 manifestants sur les Champs-Élysées.

11h58 -
Alors que la CGT doit se mobiliser, comme chaque premier samedi de décembre, le syndicat a assuré "partager la colère des gilets jaunes".

11h47 - Sur BFM TV, Johanna Primevert, la porte-parole de la préfecture de police de Paris, évoque dix blessés, dont trois parmi les forces de l'ordre à la mi-journée.

11h44 - Aux abords de l'Arc de Triomphe, les barricades se construisent.

11h41 - 59 manifestants interpellées à Paris. 

11h29 - Les nouveaux incidents entre "gilets jaunes" et forces de l'ordre à Paris montrent que "certains sont vraiment venus pour en découdre" et cela "discrédite un combat légitime", a déclaré la ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn au micro de LCI. "C'est normal de manifester, c'est un droit absolu, mais rien ne justifie cette violence", a-t-elle ajouté.

11h20 - Les interpellations se multiplient à Paris. 44 manifestants ont déjà été interpellés.

11h17 - Des barricades commencent à être construites par les manifestants aux abords des Champs-Élysées alors que la manifestation dégénère peu à peu au pied de l'Arc de Triomphe.

11h11 - Christophe Castaner dresse un premier bilan sur Twitter. Il évoque la présence de "200 manifestants pacifiques" sur les Champs-Élysées et de "1.500 perturbateurs à l'extérieur du périmètre". Au total, 39 personnes ont également été interpellées depuis le début de la mobilisation.

10h48 - Le nombre d'interpellations s'élève dorénavant à 33.

10h43 - Les échauffourées ont repris au pied de l'Arc de Triomphe depuis de longues minutes. Le monument est plongé dans un nuage de gaz lacrymogène alors que les forces de l'ordre ont également fait usage de canons à eau.

10h39 - 24 personnes ont été interpellées, selon un nouveau bilan communiqué par la police à RTL. 

10h21 - Plusieurs membres des forces de l'ordre ont été "peints" en jaune par les manifestants rassemblés près des Champs-Élysées.

Des policiers ont été "peints" en jaune par des manifestants, samedi 1er décembre près des Champs-Élysées
Des policiers ont été "peints" en jaune par des manifestants, samedi 1er décembre près des Champs-Élysées
Crédit : Alain JOCARD / AFP
Des policiers ont été "peints" en jaune par des manifestants, samedi 1er décembre près des Champs-Élysées
Des heurts ont éclaté en manifestants et forces de l'ordre aux abords des Champs-Élysées, samedi 1er décembre
Les forces de l'ordre ont fait usage de nombreuses grenades lacrymogènes, samedi 1er décembre
Des policiers ont été "peints" en jaune par des manifestants, samedi 1er décembre près des Champs-Élysées Crédits : Alain JOCARD / AFP
Des heurts ont éclaté en manifestants et forces de l'ordre aux abords des Champs-Élysées, samedi 1er décembre Crédits : Alain JOCARD / AFP
Les forces de l'ordre ont fait usage de nombreuses grenades lacrymogènes, samedi 1er décembre Crédits : Alain JOCARD / AFP
1/1

10h15 - 16 personnes ont déjà été interpellées aux abords des Champs-Élysées, selon une source policière à RTL.

10h11 - Plus de 1.500 manifestants sont dorénavant rassemblés sur la place de l'Étoile et dans les rues proches de l'Arc de Triomphe.

10h03 - C'est en quelque sorte la riposte des "gilets jaunes". Des internautes du Vaucluse s'opposant aux "gilets jaunes" entendent faire respecter l'État de droit avec leurs "foulards rouges". L'homme à l'initiative de ce mouvement explique vouloir rassembler les citoyens qui sont pénalisés tous les jours par les méthodes des manifestants.

09h52 - Marine Le Pen a commenté la manifestation des "gilets jaunes" ce samedi assurant que la mobilisation des femmes dans ce mouvement devait "interpeller le gouvernement".