3 min de lecture Élections municipales à Paris

Municipales 2020 à Paris : Dati "incarne le réveil de la droite", dit Bost

ÉDITO - Lors du meeting de Rachida Dati ce lundi 9 mars, auquel Nicolas Sarkozy lui a prêté main forte en appelant la droite à "être populaire", la candidate Les Républicains a porté les espoirs et les ambitions de la droite.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Municipales 2020 à Paris : Dati "incarne le réveil de la droite", dit Bost Crédit Image : Christophe ARCHAMBAULT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Quentin Marchal

C'est une petite phrase qui en dit long. Lors meeting de Rachida Dati à Paris dans la soirée de ce lundi 9 mars, Nicolas Sarkozy a dit que "la droite n'a d'avenir que si elle est populaire". Cette déclaration est lourde de sens puisqu'elle résume les espoirs et les ambitions de la droite mais aussi celles de l'ancien chef de l'État. 

En signifiant que la droite doit être rassembleuse et parler à tout le monde, Nicolas Sarkozy pointe également une faiblesse de la majorité actuelle. L'électorat d'Emmanuel Macron est un électorat très marqué sociologiquement et pour résumer et caricaturer, "ce sont les Français qui vont bien". C'est ce socle de confiance de 25 à 30% dans les études d'opinion dont bénéficie l'actuel président de la République. 

Cette base est certes solidifiée actuellement par d'anciens électeurs de François Fillon mais il n'y a pas beaucoup d'électorat populaire dans le soutien à Emmanuel Macron. Alors Nicolas Sarkozy n'a pas directement attaqué Emmanuel Macron, il est plus subtil et a veillé jusque là à l'épargner.

Rachida Dati incarne le réveil de la droite

En réalité, Nicolas Sarkozy n'a jamais arrêté de faire de la politique lors du meeting de Rachida Dati, il a fait de la politique tout simplement. Cette leçon vaut d'abord pour sa famille des Républicains puisqu'il a aussi ajouté  que "tant de fois la droite s'est trompée en choisissant telle ou telle catégorie". Il n'y a pas besoin de remonter très loin pour trouver un exemple puisque lors des élections européennes, le candidat Les Républicains François-Xavier Bellami (LR), Versaillais et intello, ne parlait pas à tout le monde et a fait le pire score de la droite à ces élections.

À lire aussi
Agnès Buzyn, Rachida Dati et Anne Hidalgo élections municipales
Municipales à Paris : entre Hidalgo, Dati et Buzyn où en sont les alliances ?

Dans l'histoire de la droite, Jacques Chirac, disparu l'an dernier, parlait à tout le monde tout comme le Nicolas Sarkozy de 2007 avec son "travailler plus pour gagner plus". Cette phrase de lundi soir est comme le premier petit caillou pour toutes les campagnes qui s'annoncent et donc aussi pour Rachida Dati. L'ancienne garde des Sceaux n'est pas élue dans un quartier populaire, le très chic VIIème arrondissement de Paris, mais sa voix porte au-delà.

C'est sa force et c'est pour ça qu'elle réveille, qu'elle incarne, à elle toute seule dans cet instant, le réveil de la droite pour ces élections municipales. Les Républicains se disent qu'ils peuvent l'emporter et que les clivages ne sont donc pas morts. C'est en partie un ressort purement psychologique.

S'inspirer du sursaut de la droite anglaise

En effet, quand vous vous dites que vous pouvez gagner en politique, vous avez déjà fait la moitié du chemin. Cela met sans doute trop d'enjeu sur les seules épaules de Rachida Dati et sur le résultat à Paris, mais si vous regardez plus globalement, à droite, tout le monde semble pousser en ce moment dans le même sens.

Nicolas Sarkozy quand il dit que "la droite n'a d'avenir que si elle est populaire" dit en réalité la même chose que beaucoup de responsables de sa famille politique. À la tête du parti, c'est même toute la stratégie de Christian Jacob, le patron des Républicains. Autour de lui, des élus comme Guillaume Peltier regardent Outre-Manche ce que la droite anglaise a réussi, à savoir un virage populaire qui a réussi au vieux parti de Boris Johnson.

Moins libérale, moins conservatrice et plus audacieuse, la nouvelle droite anglaise a retrouvé son électorat. C'est l'espoir, aujourd'hui, de la droite française et Rachida Dati en est la première illustration avec son style décomplexé. À l'échelle nationale, le dernier représentant de cette droite "populaire" était un certain Nicolas Sarkozy.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales à Paris Nicolas Sarkozy Rachida Dati
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants