4 min de lecture Gouvernement

Élisabeth Borne : quels sont les 5 grands chantiers qui l'attendent ?

ÉCLAIRAGE - En tant que ministre de de la Transition écologique et solidaire mais aussi des Transports, Élisabeth Borne devra travailler dans les prochains mois autour de la loi sur l'énergie et le climat ainsi que celle sur les mobilités.

Élisabeth Borne, nouvelle ministre de l'Écologie et ministre des Transports
Élisabeth Borne, nouvelle ministre de l'Écologie et ministre des Transports Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
cassandre
Cassandre Jeannin Journaliste

Énergie, gaspillage, alimentation, pollution... Élisabeth Borne a de nombreux chantiers devant elle. Avec 14 ministres différents en 20 ans, il faut croire que la tâche n'est pas simple. La remplaçante de François de Rugy a du pain sur la planche. 

Sur le plan environnemental, le premier objectif du gouvernement est de réduire les émissions de gaz à effet de serre en sortant le pays des énergies fossiles et nucléaire et en misant sur les énergies renouvelables. Autre objectif important du quinquennat : la volonté d'investir dans la transition écologique, notamment au travers de l'écotaxe. Troisième priorité d'Emmanuel Macron : le recyclage et la fin du gaspillage via une nouvelle pratique appelée "name and shame". Enfin, le dernier enjeu pour le chef de l'État sera la santé publique, en particulier la lutte contre la pollution. 

Élisabeth Borne garde également le portefeuille des Transports. Là aussi de grands chantiers sont en perspective, ce sera son cinquième gros objectif. 

1. Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Le 30 avril dernier, le gouvernement a présenté en Conseil des ministres son projet de loi sur l'énergie et le climat dont l'objectif est la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le premier objectif pour la France est d'atteindre la "neutralité carbone" à l'horizon 2050. Ce principe suppose de ne pas émettre plus de gaz à effet de serre que le pays ne peut en absorber via notamment les forêts ou les sols. 

Le gouvernement veut également réduire à 50% la dépendance de la France à l'énergie nucléaire, contre 70% aujourd'hui. 14 réacteurs nucléaires sur 58 devraient fermer d'ici 2035. Emmanuel Macron a aussi promis la fermeture de toutes les centrales à charbon en France, d'ici 2022. 

2. Investir dans les énergies renouvelables

À lire aussi
Emmanuel Macron, en Chine le 6 novembre 2019 Violences
Ce que Macron propose pour lutter contre les violences faites aux enfants

L'objectif est d'atteindre 32% d'énergies vertes en 2030. Pour cela, l'État doit investir dans les énergies renouvelables. Le 9 juillet dernier, Élisabeth Borne a annoncé la mise en place d'une écotaxe de 1,50 à 18 euros sur les billets d'avion à partir de 2020 pour tous les vols au départ de la France. Cette taxe devrait rapporter 182 millions d'euros à partir 2020, qui seront consacrés à des investissements pour des infrastructures de transports plus écologiques, notamment le ferroviaire, selon la ministre. 

3. Le recyclage et la fin du gaspillage

L'objectif de l'exécutif est de réduire par deux les déchets ménagers mis en décharge d'ici 2025. Pour cela des mesures devraient être mises en place dans les prochaines années dans la loi sur la transition énergétique. Parmi elles, la lutte contre l'obsolescence programmée, des affichages sur les emballages repensé afin de faciliter le tri des déchets, un système de bonus-malus sur l'éco-contribution, une taxe sur les activités polluantes ou encore une pénalisation des produits néfastes contre l'environnement 

Pour lutter contre le gaspillage et inciter les entreprises à recycler, le cabinet de la secrétaire d'État, Brune Poirson, n'hésite pas à nommer les mauvais comportements. En avril dernier, plusieurs chaînes de fast food avaient été pointées du doigt concernant leur retard dans la mise en place du tri de leurs déchets. L'objectif pour ces entreprises est de trier au moins 70% de leurs déchets d'ici la fin de l'année, 90% d'ici la fin de l'année 2020 et 100% d'ici la fin de l'année 2021.

4. Lutter contre la pollution

Pour réduire la pollution, le gouvernement a annoncé que la fiscalité du diesel serait alignée sur celle de l'essence pendant le quinquennat. À l'échelle européenne, la France compte s'investir pour renforcer les normes anti-pollution pour les véhicules neufs. Le chef de l'État a également évoqué, en février dernier, un possible retour de la taxe carbone. La mesure se présenterait sous la forme d'une taxe flottante, variable selon les cours du pétrole. Est également en projet, la systématisation des restrictions de circulation en cas de dépassement ou risque de dépassement du seuil d'alerte à la pollution. 

5. La loi sur les mobilités

En tant que ministre des Transports, portrefeuille qu'elle conserve, Élisabeth Borne sera en charge de mettre en oeuvre le projet de loi sur les mobilités, votée à l'Assemblée nationale en première lecture le 18 juin dernier. Parmi les mesures phares de la loi figurent les 80 km/h, la fin des ventes de véhicules à carburants fossiles d'ici 2040 et la création d'une autorité pour gérer les trottinettes. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Écologie Environnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants