8 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : "Nous en avons jusqu'à l'été 2021 au moins", déclare Macron

ÉCLAIRAGE - Bien loin du ton martial de mars dernier, le président de la République a multiplié les exemples concrets afin de projeter les Français dans la lutte contre la deuxième vague.

Emmanuel Macron annonce les mesures pour freiner la propagation du coronavirus, le 14 octobre 2020
Emmanuel Macron annonce les mesures pour freiner la propagation du coronavirus, le 14 octobre 2020 Crédit : Capture France 2
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"Nous y arriverons". Emmanuel Macron a conclu l'interview de ce 14 octobre par ces mots. Ils résument le ton mobilisateur voulu par le président de la République. Pendant un peu moins d'une heure, le chef de l'État a décrit une "situation préoccupante" mais sans "perte de contrôle". 

Voulant provoquer un électrochoc auprès des Français, Emmanuel Macron a confirmé que nous étions "dans la deuxième vague". "Ce virus est dangereux et grave" pour tout le monde, a-t-il insisté dès les premières minutes de sa prise de parole. Loin des "jours heureux" évoqués lors d'une précédente allocution, le président de la République pose le décor pour les mois à venir : "Nous en aurons jusqu'à l'été 2021 au moins avec ce virus".

Attendu sur ses déclarations sur la jeunesse, le président de la République n'a pas souhaité les stigmatiser. Il s'est en revanche montré plus ferme contre "les débats permanents sur les faits ou la vérité scientifique". Le conseil scientifique devrait aussi être pérennisé.

Ce qu'il faut retenir des annonces de Macron

Parmi les annonces attendues, Emmanuel Macron a confirmé la mise en place d'un couvre-feu de six semaines à partir de 21 heures et jusqu'à 6 heures du matin pour l'Île-de-France et les métropoles de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Étienne. Des attestations seront fournies dans certains cas. Les amendes sont fixées à 135 euros.

À lire aussi
Des affiches appellent à respecter la distanciation physique à l'aéroport de Roissy, pendant la crise de coronavirus Coronavirus France
Reconfinement : les frontières en dehors de l'UE fermées, "sauf exception"

Le président de la République ne souhaite pas imposer de restrictions dans les déplacements, contrairement au confinement. Mais il a appelé à la responsabilité et recommandé de ne pas dépasser une bulle de six personnes. Il a aussi préconisé le port du masque, dans le cercle privé. 

Concernant le télétravail, Emmanuel Macron poursuit dans la même stratégie, en refusant de le rendre obligation. Il recommande cependant "deux à trois jours" de télétravail "par semaine".

Alors que l'exécutif avait renforcé la pression sur les jeunes, cherchant à les mobiliser dans la lutte contre la crise, Emmanuel Macron a opté pour la stratégie inverse et de ne pas les stigmatiser. "C'est dur d'avoir 20 ans en 2020. Je ne donnerais jamais de leçon à nos jeunes", a-t-il déclaré.

Interrogé sur l'aspect économique, Emmanuel Macron a annoncé le retour du chômage partiel à 100% pour la restauration, le monde de la culture et l'événementiel. Autre annonce : les bénéficiaires du RSA et des allocations logement auront "une aide exceptionnelle pendant les 6 semaines qui viennent de 150 euros plus 100 euros par enfant". 

Notre édition spéciale sur RTL

Décryptage, analyse et réactions... Retrouvez dès maintenant notre édition spéciale sur RTL pour débriefer l'interview d'Emmanuel Macron. 

Didier Pitter, infectiologue et épidémiologiste, estime que le couvre-feu annoncé par Emmanuel Macron est une bonne mesure. "On déteste ce terme de couvre-feu (...) mais on doit reconnaître que les activités festives sont associées à un risque de transmission. Six semaines ça peut paraître extrêmement long. On verra déjà probablement les premiers effets dans trois semaines".

Selon Benjamin Sportouch, chef du service politique de RTL, "ce soir, ce n'est pas le président que l'on avait eu en mars dernier avec ce ton martial. C'était le général Macron. Ce soir, nous avons eu le professeur Macron. Il a été très concret, il a nommé les choses. Il a utilisé le mot couvre-feu, alors qu'il n'avait pas prononcé le mot 'confinement'. Il a changé de cap et il a voulu être très concret".

Retrouvez le déroulé de l'interview de Macron

20h36 - "Pour les bénéficiaires du RSA, ils auront une aide exceptionnelle de 150 euros, plus 100 euros par enfant", annonce-t-il. 

20h32 - "StopCovid n'a pas marché", reconnaît Emmanuel Macron qui annonce une nouvelle application qui s'appellera "Tous anti-covid".

20h26 - Le président reconnaît de "vrais difficultés" dans la gestion des tests. "J'assume totalement que l'on ait rendu les tests gratuits, affirme Emmanuel Macron. On a eu des délais trop longs, parce que l'on n'avait pas de grosses centrales de tests. Il y avait de la queue pour obtenir le test et pour avoir le résultat". 

Nous en avons jusqu'à l'été 2021 au moins avec ce virus

Emmanuel Macron
Partager la citation

Le chef de l'État veut "changer les choses". "On doit progressivement aller vers une stratégie de tester, alerter, protéger. On doit faire monter en puissance (...) Nous en avons jusqu'à l'été 2021 au moins avec ce virus", ajoute-t-il.

Deux à trois jours de télétravail par semaine

Emmanuel Macron
Partager la citation

20h23 - Concernant le télétravail, Emmanuel Macron estime qu'il s'agit d'un "outil". "Mais là maintenant, le généraliser, c'est isoler les gens", ajoute-t-il en préconisant "deux à trois jours de télétravail par semaine".

20h22 - Le président de la République résume la situation : "Se voir moins nombreux en même temps". Il précise que les rassemblements restent limités. Emmanuel Macron veut "associer" les maires et leur demande "des plans de prévention". 

20h14 - Le chef de l'État annonce qu'il n'y aura "pas de restrictions de transports" et pas de restrictions dans les déplacements entre les régions. Des choix faits pour éviter toute infantilisation des Français.

Sur les vacances de la Toussaint, Emmanuel Macron rappelle que "quand on est dans des espaces ouverts, des lieux où on peut sortir, on lutte plus efficacement contre le virus. Donc demander aux gens de rester enfermer chez eux, ce serait disproportionné".

"S'ils vont dans une location, dans une maison de vacances, les Français doivent respecter les règles comme s'ils étaient chez eux. S'ils vont se rassembler en famille - on ne va pas réglementer tous les comportements - il est impératif de respecter les règles, même dans le cadre familiale en mettant votre masque si vous êtes à moins d'un mètre. Se confiner, avoir des gestes d'affection, sans aucune précaution, n'est pas adapté", détaille Emmanuel Macron.

Sur le port du masque, Emmanuel Macron évoque "une recommandation" mais aussi une "discipline" à avoir. "Au restaurant, on n'a dit pas plus de six à table. Au maximum, pour nos vies personnelles, on essaie (...) quand on invite des amis, de ne pas être plus de six à table",

Si Les Français se rassemblent en famille, vous devez porter votre masque si vous êtes à moins d'un mètre

Emmanuel Macron
Partager la citation

20h13 - "Nous sommes tous les acteurs de cette bataille contre le virus et de notre réussite", explique Emmanuel Macron qui insiste sur la nécessite de mettre en place des "règles" et cite les mesures appliquées dans le reste de l'Europe. 

20h10 - "Je me félicite que nous ayons été parmi les premiers pays à rouvrir les classes. On doit continuer à aller au travail (...) Évidemment pour toutes celles et ceux qui rentrent du travail après 21h, il y a aura une autorisation. On va définir les cas de bons sens. Il n'y aura pas d'interdiction de circuler entre 21h et 6h du matin", indique Emmanuel Macron. 

Le président de la République annonce que "des contrôles auront lieu" avec "une amende de 135 euros". En cas de récidive, "c'est 1.500 euros", précise-t-il.

À lire aussi

20h06 - "On va aider les cinémas et les théâtres à avoir des reprogrammations pour y aller plus tôt", précise Emmanuel Macron. "Il est sûr qu'il y aura des conséquences économiques. Le chômage partiel à 100% va être réactivé pour les secteurs du tourisme, de la restauration, de l'événementiel, le domaine culturel et le sport", détaille-t-il.

Un couvre feu qui va s'appliquer à la région Île-de-France et à plusieurs métropoles

Emmanuel Macron
Partager la citation

20h01 - Pour Emmanuel Macron, "ce serait disproportionné de reconfiner (...) Oui, ce qu'on appelle le couvre-feu est une mesure pertinente". 

"La décision que nous avons prise est en effet un couvre feu qui va s'appliquer à la région Île-de-France et à plusieurs métropoles de Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Étienne et Toulouse (...) Ce couvre-feu sera entre 21 heures et 6 heures du matin et commencera samedi à minuit", annonce Emmanuel Macron. "Il faut accompagner de beaucoup de bon sens, tout cela", ajoute-t-il.

Le couvre-feu aura une durée de "quatre semaines" pour commencer et pourra être prolongé de deux semaines.

À lire aussi

19h59 - "Nos services de réanimation sont dans une situation de pression qui n'est pas soutenable", explique Emmanuel Macron. "Aujourd'hui, le virus est partout en France, donc il n'y a pas de réserves cachées, nos soignants sont fatigués parce qu'ils ont été au front pour la première vague (...) C'est pour cela que nous devons prendre des mesures plus strictes", ajoute-t-il.

19h56 - "Nous n'avons pas perdu le contrôle, nous sommes dans une situation préoccupante (...) Nous avons appris de la première vague (...) En effet, ce virus qui nous frappe depuis huit mois revient. Nous sommes dans la deuxième vague", dit Emmanuel Macron. 

"Ce virus frappe toutes les catégories d'âges et il y a des formes très sévères à tous les âges (...) Ce virus est dangereux et grave pour tout le monde", ajoute-t-il en insistant : "Il nous faut réagir" car la situation est "préoccupante".
19h55 - L'interview d'Emmanuel Macron commence

19h35 - Emmanuel Macron devrait de nouveau fortement recommander les entreprises à avoir recours au télétravail tandis que les dispositions actuellement en vigueur pour les établissements scolaires et universitaires seront prolongées, comme l'a indiqué Jean-Michel Blanquer

Les stages d'une semaine en entreprise devant se dérouler durant l'année de troisième seront cette année "facultatifs" en raison de la situation économique perturbée par la Covid, a annoncé le ministre de l'Éducation. Le locataire du ministère de la rue de Grenelle a évoqué la possibilité pour ces élèves de troisième de suivre "des modules vidéo, des formations sur le monde du travail, les possibilités d'orientation". 

19h33 - Alerter sans faire paniquer. Voici tout l'enjeu de la prise de parole d'Emmanuel Macron ce soir. Un moment crucial pour le président qui veut faire peur tout en cherchant à rassurer sur la maitrise de la situation. "Un exercice politique délicat", reconnaît un membre du gouvernement tant le moment, est "vertigineux".

À lire aussi

19h26 - Autre annonce qui devrait être faite par Emmanuel Macron : la jauge maximale recommandée pour les réunions à domicile.

19h21 - L'hypothèse d'un couvre-feu nocture a été étudiée par Emmanuel Macron et le gouvernement. Cette option a d'ailleurs provoqué une division parmi les ministres. 

À lire aussi

19h18 -  À quelques minutes de la prise de parole d'Emmanuel Macron, le gouvernement a indiqué que l'état d'urgence sanitaire sera rétabli en France à partir du vendredi 17 octobre. Qu'est-ce que ça change ? Éléments de réponse ici.

19h15 - Invité à l'antenne de RTL, Olivier Klein le maire de Clichy-sous-Bois pointe les conséquences d'un couvre-feu "sur la vie culturelle". "Mais si c'est un mal nécessaire, il faut le faire. Il ne faut pas mésestimer la réalité de cette crise sanitaire et sociale. S'il faut pendant un temps - que j'espère le plus court - réduire les possibilités de sortir pour que chacun prenne bien en compte le risque, il faudra s'y plier", a-t-il expliqué. 

19h - Bonjour et bienvenue dans ce live consacré à la sixième intervention d'Emmanuel Macron sur la gestion de la crise du coronavirus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants