3 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : ce qu'il faut retenir de l'interview d'Emmanuel Macron

ÉCLAIRAGE - Le président de la République s'est exprimé ce mercredi 14 octobre sur l'épidémie de Covid-19. Il a notamment annoncé un couvre-feu en Île-de-France et dans 8 métropoles.

Emmanuel Macron le 14 octobre 2020
Emmanuel Macron le 14 octobre 2020 Crédit : Capture TF1
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

C'était une prise de parole attendue alors que la dégradation de la situation épidémique en France pousse la France au retour de l'état d'urgence sanitaire à partir de ce samedi 17 octobre minuit. Emmanuel Macron s'est exprimé durant quelque 45 minutes pour donner les orientations pour les semaines à venir

"Nous n'avons pas perdu le contrôle, nous sommes dans une situation qui est préoccupantea estimé Emmanuel Macron. Nous avons appris de la première vague. Ce virus que nous connaissons depuis le début de l'année revient. Nous sommes dans cette deuxième vague. Ce virus est grave et dangereux pour tout le monde."

Le président de la République a expliqué que 1,3 à 1,4 millions de tests sont effectués par jour. "Nos services de réanimation sont dans une situation de pression qui n'est pas soutenable", a prévenu Emmanuel Macron. "Nous en avons jusqu'à l'été 2021 au moins", a-t-il estimé. 

1. Un couvre-feu en Île-de-France et 8 métropoles

Emmanuel Macron a tout d'abord annoncé un couvre-feu de 21 heures à 6 heures à compter de ce samedi 17 octobre en Île-de-France et dans 8 métropoles, à savoir Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Étienne. Des exceptions seront prévues pour permettre notamment aux personnes qui travaillent de se déplacer. 

À lire aussi
Des affiches appellent à respecter la distanciation physique à l'aéroport de Roissy, pendant la crise de coronavirus Coronavirus France
Reconfinement : les frontières en dehors de l'UE fermées, "sauf exception"

Le couvre-feu est mis en place pour une durée de "quatre semaines", mais pourrait être étendu jusqu'au 1er décembre si le Parlement donne son aval. Tout manquement à la règle sera sanctionné d'une "amende de 135 euros", portée à "1.500 euros" en cas de récidive. "Des contrôles auront lieu", a prévenu le chef de l'État. 

2. Des aides pour les secteurs économiques touchés

"Il est sûr qu'il y aura des conséquences économiques" au couvre-feu a d'ores et déjà prévenu Emmanuel Macron. Aussi, "le chômage partiel à 100% va être réactivé pour les secteurs du tourisme, de la restauration, de l'événementiel, le domaine culturel et le sport." "Des dispositifs de soutien supplémentaires" doivent aussi être annoncés. 

3. Les déplacements peu réduits

Le président de la République a annoncé qu'il n'y "aura pas de restrictions des transports", même la nuit, expliquant qu'ils sont indispensables à ceux qui travaillent. Les restrictions n'empêcheront pas les Français de partir en vacances : "nous n'avons pas décidé de réduire les déplacements entre les régions." 

4. Pas "plus de six à table"

Emmanuel Macron a donné une jauge claire pour limiter les contaminations intrafamiliales. Il invite à "ne pas être plus de six à table". Le Président a appelé à "respecter les règles, même dans le cadre familial en mettant votre masque si vous êtes à moins d'un mètre." En règle générale, il appelle à "mettre au maximum le masque, y compris en famille ou entre amis." 

5. Le télétravail n'est pas obligatoire mais recommandé

Emmanuel Macron a préconisé "deux à trois jours de télétravail par semaine" lorsque que cela est possible. "Il faut que ce soit aussi négocié dans les branches et au plus près dans l'entreprise", a défendu le chef de l'État. Le télétravail reste donc facultatif : "le généraliser, c'est isoler les gens." 

6. Une nouvelle "stratégie" sur les tests

 "J'assume totalement que l'on ait rendu les tests gratuits", a déclaré Emmanuel Macron,  reconnaissant toutefois de "vraies difficultés" dans leur gestion. "On a eu des délais trop longs, parce que l'on n'avait pas de grosses centrales de tests. Il y avait de la queue pour obtenir le test et pour avoir le résultat", a-t-il décrit. 

Le président de la République souhaite "changer les choses". "Nous allons rentrer dans une stratégie où on va pouvoir réduire drastiquement les délais", a-t-il affirmé. Il a indiqué que cela passerait par de nouvelles techniques, comme les tests antigéniques, qui ont été autorisés, et la possibilité de s'auto-tester. 

7. Une aide exceptionnelle pour les plus modestes

Emmanuel Macron a enfin annoncé une aide exceptionnelle de 150 euros avec 100 euros de plus par enfant pour les bénéficiaires du RAS et des APL. Cela "permettra d'aller entre 100 et 450 euros, ce qui est plus qu'une revalorisation", s'est félicité le président. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants