2 min de lecture Gouvernement

Coronavirus : "Il n'y aura jamais d'union nationale", dit Olivier Bost

ÉDITO - Sous le feu des critiques et fatigué par les crises des "gilets jaunes" et des retraites, le gouvernement ne parvient pas à convaincre et rassurer durant celle du coronavirus.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Coronavirus : "Il n'y aura jamais d'union nationale" dit Olivier Bost Crédit Image : Ludovic MARIN / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Quentin Marchal

Face aux polémiques et aux questionnements continus de l'opposition, la confiance dans l'action du gouvernement baisse de jour en jour aux yeux des Français. Face à cette situation, où il n'y a aucune union nationale, le gouvernement n'aura eu aucun moment de pause, contrairement aux autres grandes crises nationales que nous avons connues.

Ce constat s'explique en deux points. Tout d'abord, la pandémie est un phénomène progressif et nous ne sommes, malheureusement, pas encore dans les moments les plus durs. Depuis le premier jour de la crise sanitaire, rien ne pousse à la retenue dans les critiques. Le deuxième phénomène s'explique par le fait que le pouvoir est déjà fatigué et infiniment moins robuste après les crises de "gilets jaunes" puis de la réforme des retraites.

Pour faire simple, ceux qui trouvaient le gouvernement mauvais, continuent donc de le trouver mauvais et cela ne va pas en s'améliorant. En effet, les multiples prises de paroles d'Emmanuel Macron ne parviennent pas à rassurer l'opinion public et à rétablir la confiance.

Des soignants portent plainte contre des pointures de la majorité

Cette situation se décrit également par une sorte d'opportunisme politique. Selon un ministre, beaucoup posent des jalons pour l'après-crise du coronavirus. "Ce ne sont plus des critiques mais des tentatives de sabordage" abonde de son côté un autre ministre. Mais il n'y a pas que ça et à la pression politique vient s'ajouter une pression judiciaire.

À lire aussi
Sibeth Ndiaye auditionnée par la commission d'enquête du Sénat le 23 septembre 2020. Coronavirus France
Sibeth Ndiaye : "À aucun moment on ne m'a demandé de mentir" à propos des masques

Les parlementaires veulent en effet multiplier les commissions d'enquête à l'Assemblée et au Sénat. Chaque jour, des dépôts de plainte sont déposés auprès de la cour de Justice de la République. Ces plaintes sont déposées par des collectifs, des médecins et des patients qui visent notamment Agnès Buzyn, le Premier ministre Édouard Philippe et l'actuel ministre de la Santé, Olivier Véran. Ils sont accusés d'inactions face à la menace du coronavirus.
 
Au travers de ces accusations sérieuses, c'est un tout qui est visé : le retard au démarrage, l'absence de masques, de tests de dépistage et le manque de lit en réanimation. Ces reproches sont d'ailleurs portés par les soignants bien avant d’être repris par l'opposition, de la droite comme de la gauche.

Un gouvernement en permanence face aux critiques

Toutes ces carences ne relèvent pas uniquement de ces trois dernières semaines. Le moment venu, prévient un ministre, "tout le monde aura des explications à donner". Si l’attitude de l'opposition sera peut-être aussi sévèrement jugée plus tard, par les électeurs, il n'en reste pas moins que le gouvernement est en permanence sous le flot des critiques.
 
Comme lors de la crise des "gilets jaunes", réapparaît ce phénomène de rejet généralisé de la parole publique et de la parole officielle. Face à tout cela, on voit que même la parole présidentielle est moins opérante. Dans la mise en scène de la guerre en Alsace par le Président de la République ce mercredi 25 mars, le message était creux selon Républicains, Socialistes, Rassemblement National et France Insoumise.

Emmanuel Macron y avait pointé les facteurs de divisions, les doutes et ceux qui voudraient fracturer le pays. Son appel à l'unité, une fois de plus, n'a pas pris et la confiance dans le gouvernement faiblit de jour en jour. Il n'y aura donc finalement jamais d'union nationale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Coronavirus Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants