2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : la ville de New York devient l'épicentre de la pandémie, selon l'OMS

Avec un taux d’infection 8 à 10 fois plus élevé que dans le reste du pays et nombre de cas double tous les trois jours, New York est en train de devenir l'épicentre de la pandémie.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Coronavirus : la ville de New York devient l'épicentre de la pandémie, selon l'OMS Crédit Image : Justin Heiman / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Capucine Trollion

Les autorités sanitaires demandent à tous ceux qui ont été à New York récemment de se mettre en quarantaine pendant 14 jours parce que de nouveaux foyers de contamination ont été détectés dans des lieux de villégiature où des New-Yorkais sont partis se réfugier avant le confinement. 

New York est en train de devenir l’épicentre de la pandémie, c’est l’OMS qui le dit. New York représente déjà un tiers des cas américains, 60% des nouveaux cas détectés aux États-Unis sont à New York. Le taux d’infection est 8 à 10 fois plus élevé que dans le reste du pays et nombre de cas double tous les trois jours. Le gouverneur Cuomo lance des appels vibrants et désespérés, il dit que la courbe arrive plus vite que prévu, et qu’elle sera plus élevée que prévu, donc plus violente. On estime que le pic devrait être atteint mi-avril.

Et à ce moment-là, il faudra avoir plus de 140.000 lits, c’est-à-dire autant que la population de Brest ou Aix-en-Provence.L’autre jour, il estimait le pic de lits nécessaires à 110.000. Ça s’accélère dangereusement.

Des hôpitaux de campagne vont être mis en place

Plusieurs hôpitaux de campagne sont en cours de montage. Dans un centre de convention, la Garde Nationale et les ingénieurs de l’US Army acheminent les lits, ventilateurs, etc, pour un hôpital de 1.000 lits dès la semaine prochaine, 1.000 autres de plus seront livrés la semaine suivante. Il y a un gros problème aussi avec les ventilateurs. Il en faudrait des dizaines de milliers, la Maison Blanche en a livré quelques centaines, le gouverneur de New York tape du poing sur la table, quelques milliers d’autres sont en cours d’acheminement, mais ça ne suffira pas.

Le gouverneur de New York monte au créneau

À lire aussi
Le métro Porte de la Chapelle à Paris pendant le confinement (illustration) coronavirus
Coronavirus : victimes d'agressions, des soignants d'hôpitaux seront escortés jusqu'au métro

Cuomo, est le fils d’un ancien gouverneur. Certains lui prêtent des rêves de Maison Blanche. Ses conférences de presse, diffusées sur toutes les chaînes, sont l’exact opposé du discours fluctuant du président Trump. Vraiment, il est rassurant, et même des Républicains, des gens qui ont été dans l’équipe Trump, disent que Cuomo est l’homme aujourd’hui à la hauteur de la tache en Amérique. Pourtant il n’annonce rien de gai, mais il est comme "un phare dans la nuit" titre la presse. C’est grâce à lui que beaucoup de New-Yorkais trouvent le sommeil le soir.

Il ne cache pas que ça va être très dur, mais néanmoins il apparait comme le contre-modèle à l’optimisme pro-business du président Trump qui annonce déjà la fin du tunnel, qui veut que les affaires reprennent d’ici Pâques, dans deux semaines et demi. Il y aura des morts, mais il y a aussi des morts de la grippe et des accidents de la route sans qu’on arrête l’économie.

Le gouverneur Cuomo répond que ce calcul est brutal. Déclarer "Ils sont vieux, ils sont vulnérables, ils vont mourir de toute façon, donc pourquoi interrompre l’économie ?", il trouve cela scandaleux. Il a d’ailleurs appelé son plan de bataille "Mathilda" du nom de sa mère, 89 ans. Cuomo explique : "On ne va pas mettre un prix en dollars sur une vie humaine".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus New York Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants