1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Capitole, Talibans, Ukraine : que s’est-il passé dans le monde en 2021 ?
4 min de lecture

Capitole, Talibans, Ukraine : que s’est-il passé dans le monde en 2021 ?

Assaut sur le Capitole, retour des talibans en Afghanistan, l'année 2021 aura connu son lot d'événements marquants.

Illustration de drapeaux américains flottent non loin du Capitole à Washington
Illustration de drapeaux américains flottent non loin du Capitole à Washington
Crédit : MANDEL NGAN / AFP
Thomas Pierre & AFP

Capitole, Kaboul et coups d'Etat. L'année 2021, encore fortement marquée par la pandémie de coronavirus, n'en aura pas moins connu son lot d'événements marquants à travers le globe, tout d'abord aux États-Unis, seulement quelques semaines après la présidentielle. 

Le 6 janvier 2021, plusieurs centaines de partisans du président sortant Donald Trump prennent d'assaut le Capitole, le siège du Congrès américain, voulant empêcher les élus de valider la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle de novembre. Les scènes de chaos, qui font cinq morts, suscitent la consternation à travers le monde. 

Le 20 janvier, Joe Biden prête néanmoins serment en l'absence de son prédécesseur, banni de Twitter ou de Facebook, et qui refuse toujours d'accepter sa défaite. Accusé par la Chambre des représentants d'"incitation à l'insurrection", Donald Trump est acquitté par le Sénat en février au terme d'un second procès en destitution.

Navalny arrêté en Russie

Le militant anticorruption russe Alexeï Navalny est arrêté le 17 janvier, dès son retour en Russie après cinq mois de convalescence en Allemagne à la suite d'un empoisonnement qu'il impute au président Vladimir Poutine et aux services secrets. En février, l'opposant est condamné à deux ans et demi de prison pour une affaire de fraude remontant à 2014, politique selon lui. Ses organisations, désignées comme "extrémistes" par la justice, sont placées en août sur la liste des organisations interdites en Russie.

La chute d'Aung San Suu Kyi

À lire aussi

Le 1er février en Birmaniela junte arrête la cheffe du gouvernement civil Aung San Suu Kyi, assignée à résidence, mettant fin à une parenthèse démocratique de dix ans après près d'un demi-siècle de régime militaire. Ce putsch déclenche des manifestations violemment réprimées: plus de 1.100 civils sont tués et des milliers de contestataires emprisonnés. Aung San Suu Kyi sera condamnée le 6 décembre à deux ans de prison pour incitation aux troubles publics et violation des règles sanitaires. Elle risque d'autres condamnations et des dizaines d'années de prison.

Un Brexit houleux

Le Royaume-Uni, qui a quitté le 1er janvier le marché unique européen, est confronté à un manque de main-d'œuvre, notamment dans le transport routier, générant des pénuries dans les supermarchés, les pubs ou la distribution de carburant. Le Brexit crée également des tensions en Irlande du Nord, ainsi qu'entre le Royaume-Uni et ses voisins, en particulier la France, sur la question de la pêche ou celle des migrants.

En Europe toujours, la chancelière allemande Angela Merkel tire sa révérence après 16 ans au pouvoir. Olaf Scholz, chef de file des sociaux-démocrates, lui succède le 8 décembre, allié aux Verts et aux Libéraux.

Les talibans de retour à Kaboul

Le 15 août, les talibans s'emparent de Kaboulà l'issue d'une offensive éclair à la faveur du début du retrait des forces américaines et de l'Otan, vingt ans après avoir été chassés du pouvoir par une coalition internationale menée par les Etats-Unis. Le pays, exsangue, est confronté aux attentats de groupes jihadistes opposés aux talibans et à une crise humanitaire aggravée par l'absence d'aide de la communauté internationale, qui exige le respect des droits des femmes et des minorités.

Crise migratoire à la frontière Bélarus-Pologne

En novembre, des milliers de migrants, originaires principalement du Moyen-Orient, campent par des températures glaciales le long de la frontière polonaise, du côté du Bélarus, dans l'espoir d'entrer dans l'UE. L'Occident accuse Minsk d'avoir orchestré cet afflux, en réponse à des sanctions occidentales visant le Bélarus après la répression en 2020 d'un mouvement d'opposition historique. Le Bélarus nie être l'origine de la crise et critique l'UE pour ne pas avoir accueilli ces populations.

Guerre froide entre Pékin et Washington

Face à la multiplication des incursions d'avions de guerre chinois dans la zone d'identification de défense aérienne taïwanaise, Joe Biden avertit que les Etats-Unis "s'opposent fermement" à toute tentative "de porter atteinte à la paix" dans le détroit de Taïwan. Mi-novembre, le président chinois Xi Jinping réplique qu'œuvrer à l'indépendance de Taïwan revient à "jouer avec le feu". 

Début décembre, les Etats-Unis, le Canada, l'Australie et le Royaume-Uni annoncent un "boycott diplomatique" des Jeux olympiques d'hiver de Pékin, accusé de fouler au pied les droits humains, notamment dans la région à majorité musulmane du Xinjiang (nord-ouest).

Craintes d'escalade militaire en Ukraine

En décembre, Joe Biden menace Vladimir Poutine de "fortes sanctions", en cas d'escalade militaire en Ukraine. Confrontés au déploiement de dizaines de milliers de soldats russes près de la frontière ukrainienne, les Occidentaux craignent une invasion. Le président russe exige des garanties sur un gel de l'expansion de l'Otan. Ces tensions poussent le prix du gaz à des niveaux record. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/