1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Donald Trump bloqué par Facebook et Twitter après les violences du Capitole
3 min de lecture

Donald Trump bloqué par Facebook et Twitter après les violences du Capitole

Une vidéo de Donald Trump, loin d'apaiser les tensions au Capitole, a été supprimée des réseaux sociaux.

Donald Trump s'exprime lors du dernier débat présidentiel à l'Université Belmont de Nashville, Tennessee, le 22 octobre 2020.
Donald Trump s'exprime lors du dernier débat présidentiel à l'Université Belmont de Nashville, Tennessee, le 22 octobre 2020.
Crédit : JIM WATSON / AFP
Donald Trump bloqué par Facebook et Twitter après les violences du Capitole
03:02
Donald Trump bloqué par Facebook et Twitter après les violences du Capitole
03:02
micro générique
Jean-Mathieu Pernin

La dernière vidéo de Donald Trump est officiellement invisible sur les réseaux sociaux car elle inciterait à la violence et diffuserait de fausses informations. Quand les émeutiers sont rentrés mercredi dans le Capitole, nombreux sont ceux à s'être dit : "Mais pourquoi Donald Trump n'intervient pas ?" Pour répondre à cela, il suffit de regarder le fil Twitter du président américain.

À 20h30, heures françaises, 14h30 sur la côte Est américaine, Trump diffuse des images de son discours enflammé devant ses supporters et dit qu'il ne se rendra pas. Une heure plus tard, il demande au calme devant les débordements et appelle à soutenir la police. Puis à 21h30 (heures françaises), il demande à nouveau le calme en rappelant que les Républicains représentent le parti de la loi et de l'ordre. Mais toujours pas de condamnation des violences.

Trois quarts d'heure plus tard, Donald Trump publie une nouvelle vidéo. Il commence par évoquer le mal-être de ses supporters puis explique à nouveau que cette élection a été volée. Ils demandent à ses fans de rentrer chez eux avant de reparler de scrutin truqué. Quand l'incendiaire joue au pompier avec lance-flammes…

Facebook, Twitter, Instagram et YouTube réduisent Trump au silence

Facebook a décidé de supprimer la vidéo présidentielle. Une première. Guy Rosen, vice-président de Facebook en charge de l'intégrité de la plateforme, explique : "Nous prenons des mesures d'urgence appropriées, y compris le retrait de la vidéo du président Trump, qui contribue au risque de violences au lieu de le diminuer."

À lire aussi

En fin de journée, Mark Zuckerberg a annoncé que les comptes Facebook et Instagram du président américain sont bloqués pour une durée indéterminée et pendant "au moins les deux prochaines semaines".

"Nous pensons que permettre au président de continuer à utiliser nos services pendant cette période pose des risques trop grands", a affirmé Mark Zuckerberg sur son compte Facebook, après une suspension temporaire annoncée mercredi soir.

"Par conséquent, nous prolongeons le blocage de ses comptes Facebook et Instagram pour une durée indéterminée et pendant au moins les deux prochaines semaines jusqu'à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée", a-t-il précisé.

Twitter a aussi supprimé la vidéo et, c'est inédit pour une personnalité de ce type, a bloqué le compte de Donald Trump pour 12 heures. Une punition numérique comme pour ceux qui diffusaient des images violentes lors de l'assaut contre le Capitole. Une heure plus tard, Facebook annonçait bloquer également le compte du président américain pour 24 heures. Même chose pour Instagram et YouTube.

C'est donc une vidéo qui parle de violences et qui, une nouvelle fois, évoque une élection tronquée. Ce qui est faux. Tous les recours ont été rejetés. Les États-Unis sont une démocratie. La preuve : un pays où on peut élire Donald Trump et Joe Biden le lendemain, c'est le choix des urnes.

Trump se rabat sur un réseau social moins modéré

Depuis quelques temps, on retrouve des traces de Donald Trump sur des réseaux sociaux plus confidentiels. En colère contre Facebook et Twitter, fâché contre Fox News, le président sortant apprécie particulièrement un réseau social, moins connu et au nom français : il s'intitule "Parler". 

L'application a été téléchargée plus de trois millions de fois sur les boutiques en ligne depuis l'élection présidentielle. Un réseau social radical avec moins de modération que les autres. Même chose pour NewsMax, site Internet et télé ultra-conservateur qui a les faveurs de Trump. Des médias beaucoup moins puissants que Facebook et Twitter dont il ne peut se passer vu leur audience. Un "je t'aime moi non plus" qui n'est vraiment pas près de s'arrêter. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/