3 min de lecture Urbanisme

"Action cœur de ville" : comment le gouvernement veut relancer 222 communes

ÉDITO - Lancé en 2017 par le gouvernement pour lutter contre la dévitalisation des préfectures et sous-préfectures, le dispositif "Action cœur de ville" vise à redynamiser les centres-villes de 222 communes françaises, pour les rendre plus attractives.

Eco_245x300 L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
"Action cœur de ville" : comment le gouvernement veut relancer 222 communes Crédit Image : DR | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Quentin Marchal

Ce mardi 8 septembre, le gouvernement réunit à la Cité de l'Architecture les 222 maires du programme "Action cœur de ville", lancé en 2017, qui est sensé redynamiser nos centres-villes face à la crise du coronavirus. Il est légitime de se demander si ce programme marche réellement quand on sait que, depuis 40 ans et Olivier Guichard sous Valéry Giscard d'Estaing, chaque gouvernement dit qu'il va lutter contre la désertification. 

Des millions d'euros ont donc été injectés pour les cités avec Jean-Luis Borloo ou encore pour les bourgs sous François Hollande, mais toutes ces aides manquaient un peu de cohérence et n'ont pas empêché la désertification des préfectures et des sous-préfectures.
C'est même devenu un des crédos des "gilets jaunes" et la convention citoyenne a demandé un moratoire sur les centres commerciaux.

Certes, le programme "Action cœur de ville" a sans doute un peu mieux ciblé les objectifs mais il arrive aussi à un moment où on attend beaucoup du maillage territorial. Les "territoires", c'est justement un des mots préférés du Premier ministre Jean Castex.

Un programme qui vise à rendre ces villes plus attractives

Le programme "Action cœur de ville" prévoit d'importants moyens mis en faveur de ces 222 villes puisque 5 milliards d'euros vont être déployés d'ici 2022. 1,3 milliards d'euros ont d'ailleurs déjà été débloqués pour des villes comme Aurillac, Blois, Ales ou encore Flers. 

À lire aussi
Des arbres pour remédier à la pollution urbaine ? urbanisme
Environnement : des arbres en ville contre la pollution ?

Dans ces 222 villes, où le taux de commerces est vacant, avec 13% de fermetures, et où 400.000 logements ne trouvent pas de locataires, l'idée est de relancer des cités qui ont été des sous-préfectures dynamiques par le passé pour les rendre plus attractives en rénovant les magasins, les logements et les transports en commun

En réalité, "Action cœur de ville" est un fond d'amorçage qui est sensé enclencher leur redémarrage et le gouvernement espère que l'aspiration des Français à se mettre au vert après le confinement va peut-être rendre ces villes secondaires un peu plus attractives.

Les premiers indicateurs de ce programme permettent de voir s'il fonctionne puisque les notaires ont publié leur premier baromètre immobilier ce mardi 8 septembre. L'immobilier est incontestablement le bon thermomètre pour savoir si une ville est attractive ou non et ce qui ressort, c'est qu'il y a eu 23.260 transactions dans ces villes entre 2018 et 2019. Un chiffre satisfaisant, d'autant que, dans 148 communes, on a même une hausse des opérations immobilières qui dépassent les 5%. 

Des villes à la recherche d'une dynamique économique

Même si 2019 est une année exceptionnelle pour l'immobilier, où on a dépassé le million de transactions sur tout le territoire avec une hausse moyenne de 11%, la situation reste encourageante pour l'avenir. Un tiers des villes du programme s'en sortent bien et sont en train de rebondir mais un autre tiers continue à décliner.

Ces 222 villes du programme, soutenues à bout de bras par les subventions, progressent moins vite que le marché national et ce qu'il manque encore à ces sous-préfectures en question, c'est une réelle dynamique économique.

Certains départements manquent de relais de croissance. Figeac dans l'aéronautique ou Lannion dans les télécoms sont rattrapées par des plans sociaux. L'Orne est un des points noirs du programme avec pourtant Alençon, Argentan et Flers qui bénéficient du soutien d'"Action Cœur de villes", mais la population du département part travailler dans d'autres villes comme Caen, Laval ou Le Mans.

Quand on compare la carte de France de la pauvreté des jeunes et celle des villes aidées par le programme, on voit aussi que les deux se superposent et qu'une ville qui n'offre pas de travail aux moins de 30 ans va forcément s'enfoncer.

Les Plus

Les comptes de la Sécurité sociale virent au rouge vif. Si cette situation était prévisible avec la crise sanitaire, les hausses de salaires pour le personnel soignant et la prise en charge des tests de dépistages font plonger les comptes. On s'attend à un dérapage de 9 milliards d'euros sur l'année 2020.

La note

18/20 au géant chinois de l'eau, Nong-Fu Spring. Ce concurrent de Danone fait son entrée sur la bourse de Hong-Kong ce mardi 8 septembre et l'eau vaut de l'or visiblement car le titre a été souscrit plus de 1.000 fois par des petits porteurs chinois, ce qui prouve les espoirs des investisseurs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Urbanisme Préfecture Tendances
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants