13 min de lecture Manifestations

"Gilets jaunes" : 106.301 manifestants en France, 130 interpellations samedi

La journée de samedi 24 novembre a été marquées par des scènes d'affrontements entre forces de l'ordre et certains manifestants parmi les "Gilets jaunes" sur les Champs-Élysées.

>
Gilets jaunes : le chaos parisien Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : M6 | Date :
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et Léa Stassinet

Les "gilets jaunes" avaient appelé à un "acte 2". Une semaine après la forte mobilisation du 17 novembre, qui avait vu quelque 282.000 manifestants se rassembler partout en France, de nouvelles actions ont une nouvelle fois lieu ce samedi. 

En première ligne ? Paris, où de nombreux "gilets jaunes" se sont donnés rendez-vous afin de crier leur colère au gouvernement français. Si les manifestants espéraient un "raz-de-marée jaune", la mobilisation a connu un "fort affaiblissement", selon les propos de Christophe Castaner23.000 "gilets jaunes" étaient mobilisés à la mi-journée, contre 124.000 à la même heure la semaine dernière, a déclaré le ministre de l'Intérieur. A 16h, ils étaient 81.000 au total dont 8.000 à Paris.

Environ 5.000 étaient même réunis sur la célèbre avenue des Champs-Élysées, pourtant interdite de toute manifestation. Un rendez-vous entaché de nombreuses violences alors que des affrontements ont éclaté entre des individus membres de l'ultra-droite et les forces de l'ordre.

À lire aussi
Un manifestant lors d'une mobilisation des "gilets jaunes", le 23 février 2018 Gilets jaunes
Les actualités de 6h30 - "Gilets jaunes" : un pompier devant la justice

Suivez en direct l'évolution de la situation

05h45 - Merci d'avoir suivi ce direct. Retrouvez les réactions en live de ce dimanche 25 novembre sur RTL.fr

03h00 : "Vous avez été attaqués violemment et vous avez su apporter une réponse proportionnée et c'était essentiel", a félicité Christophe Castaner devant les forces de l'ordre. 

23h43 - Emmanuel Macron a exprimé sa "honte" face à ces incidents, dénonçant ceux qui ont "agressé" les forces de l'ordre et "violenté d'autres citoyens". 

22h47 - Trois journalistes de BFMTV et C-News ont porté plainte samedi pour "violences aggravées" et "tentative d'agression en réunion" après avoir été pris à partie sur la place du Capitole, à Toulouse (Haute-Garonne), en marge d'un rassemblement de "gilets jaunes", indiquent nos confrères du Parisien.

22h16 - La maire de Paris Anne Hidalgo a salué sur Twitter le "professionnalisme" des policiers, grâce à qui la sécurité des Parisiens et des manifestants a peu être assurée "dans des conditions difficiles". 

21h35 - À Montpellier (Hérault), un automobiliste a renversé des "gilets jaunes" au rond point du Grand M, relatent nos confrères de France 3. Les raisons de l'incident ne sont pas encore déterminées. Deux hommes ont été pris en charge par les secours.

21h10 - Plusieurs vitrines de magasins parisiens ont été vandalisées en marge de la manifestation des "gilets jaunes" ce samedi, comme le montre une vidéo diffusée sur Twitter.

20h59 - À Paris, vers 20h30, la préfecture de Police dénombrait 24 blessés, dont 5 dans les forces de l'ordre. L'un d'eux, un policier, a été brûlé à l'aine. Ce chiffre, plutôt faible au regard des heurts violents entre manifestants et policiers, s'explique en partie par le choix des autorités de ne pas neutraliser les casseurs dès le début, selon le secrétaire général du Syndicat des Commissaires de la Police Nationale. "Si la police avait reçu l'ordre de procéder à des interpellations, on revient à une acceptation du risque de commettre des blessés parmi les rangs des manifestants. C'est le maintien de l'ordre à la française et il faut s'en féliciter", a déclaré sur RTL David Le Bars.

20h50 - Le président du Sénat a condamné les scènes de violences, à l'instar d'Emmanuel Macron. "Rien ne peut justifier de tels débordements. L'exécutif doit rapidement trouver les voies d'une sortie de crise", a déclaré Gérard Larcher.

19h52 - Deux journalistes du quotidien régional Midi Libre ont déposé plainte samedi à Béziers (Hérault) pour dégradation de l'agence locale et des coups portés par des "gilets jaunes" sur l'un d'eux, a déclaré à l'AFP Olivier Biscaye, rédacteur en chef. Environ 300 "gilets jaunes", qui s'étaient donnés rendez-vous devant le théâtre de Béziers, ont fait une halte au niveau de l'agence biterroise du quotidien régional, en plein centre-ville, accusant le média d'être "à la botte du gouvernement" et "vendu à Macron", rapporte dans un communiqué la Sojomil (société des journalistes de Midi Libre).

19h44 - Christophe Castaner s'est cependant inquiété d'un "durcissement" du comportement de certains contestataires. À côté des manifestants "bon enfant", des casseurs n'ont pas hésité à "détruire" du mobilier urbain et s'en prendre aux forces de l'ordre. "Le droit de manifester est un droit fondamental. Le droit de bloquer et de détruire sera systématiquement puni", a-t-il martelé.

19h38 - Le ministre de l'Intérieur s'est également félicité du faible nombre de blessés. Selon lui, cette tendance est due à l'action de la police et des pompiers, mais aussi au comportement des automobilistes ainsi que des manifestants, hormis les casseurs.

19h35 - 106.301 personnes ont manifesté en France, dont 8.000 à Paris, contre les hausses des prix des carburants, a annoncé Christophe Castaner lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à 19h30. Le ministre de l'Intérieur a également indiqué que 1.619 opérations de maintien de l'ordre avaient eu lieu sur la voie publique. 130 individus ont été interpellés et placés en garde à vue, dont 42 à Paris, a-t-il poursuivi.

19h23 - Dans un tweet, Emmanuel Macron dénonce les violences et remercie les forces de l'ordre.

18h45 - Sur RTL, David Le Bars, secrétaire général du Syndicat des Commissaires de la Police Nationale, explique pourquoi les forces de l'ordre n'ont pas procédé à des interpellations massives de casseurs dès le début des violences. 

18h10 - Plusieurs "gilets jaunes" dénoncent les violences qui ont eu lieu sur les Champs-Élysées. "C'est dommage, ce n'est pas du tout ce qu'on souhaite et on ne va retenir que ça, a déploré Bastien, un enseignant venu manifester, au micro de RTL.

18h - Plusieurs axes autoroutiers ont été perturbés ce samedi, notamment l'A6 à à hauteur de Villefranche-sur-Saône (Rhône). des blocages ont aussi été signalés sur l'A43 à hauteur de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) et sur l'A48 près de Voreppe (Isère). Enfin, sur l'A7, des barrages filtrants étaient en cours à 17H00 au péage de Vienne.

17h30 - Les manifestants se dispersent autour des Champs-Élysées. Mais certains irréductibles érigent des barricades dans les rues alentours, rapportent nos confrères du Parisien.

17h20 - Après avoir paradé avec son "gilet jaune" à l'Assemblée nationale, Jean Lassale a récidivé, cette fois-ci sur l'esplanade du Champ-de-Mars. Le poing levé et tout sourire, le candidat malheureux à la présidentielle de 2017 apparaît avec la fameuse chasuble, la tour Eiffel en arrière-plan. "Résistons", a tweeté le député de la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques.

17h08 - Sur Twitter, le vice-président groupe Rassemblement national (RN) au Conseil Régional d'Île-de-France, Jean-Lin Lacapelle, accuse le gouvernement de "tendre un piège" à son parti en "caricaturant" les "gilets jaunes". "C’est le peuple français qui compose ce grand mouvement soutenu par près de 80% des Français et Macron devrait écouter leur cri de colère plutôt que de le mépriser", a-t-il martelé. Christophe Castaner avait dénoncé "une mobilisation de l'ultradroite" parmi les manifestants présents sur la célèbre avenue, où les forces de l'ordre ont, selon lui, dû "repousser les séditieux" qui "ont répondu à l'appel notamment de Marine Le Pen (à défiler sur les Champs-Élysées, ndlr)".

16h52 - Présent sur les Champs-Élysées aux côtés des "gilets jaunes", Alexis Corbière a partagé sur son compte Twitter des photographies de la manifestation. S'il déplore la "violence" qui a émaillé le mouvement, l'Insoumis a également décelé de la "dignité" dans les "discussions". Il fustige également l'attitude de certains policiers et leurs "grosses balles de défense".

16h40 - A Bordeaux, plusieurs centaines de "gilets jaunes" ont défilé dans le centre de Bordeaux malgré l'interdiction de la préfecture. Comme à Paris, les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les empêcher d'entrer dans l'Hôtel de ville.

16h21 - À Limoges, la situation se tend. Comme le rapporte France Bleu Limousin, les manifestants ont fait tomber les barrières installées autour de la préfecture, et sont déterminés à prononcer leur discours devant l'institution. 

16h06 - Selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur, on compte près de 81.000 manifestants en France, dont 8.000 à Paris. Des chiffres en baisse par rapport à la semaine dernière où 244.000 manifestants étaient comptabilisés à la même heure. Huit personnes ont été blessées - dont deux gendarmes -, alors qu'il y avait eu "106 blessés samedi dernier à la même heure", selon la même source. 

16h - 18 manifestants ont été interpellés sur les Champs-Élysées où l'atmosphère est encore très tendue. Les forces de l'ordre continuent de tenter de progresser face aux "gilets jaunes" et utilisent des gaz lacrymogènes.

15h50 - Une image davantage bon enfant de la mobilisation en régions.


15h45 - Selon Franceinfo, les forces de l’ordre ont mené une charge pour tenter d'évacuer les manifestants de la place de l'Étoile et 18 personnes ont été interpellées. 

15h23 - Il n'y a pas qu'à Paris que les "gilets jaunes" se font entendre. À Toulouse, Bordeaux ou encore à Nantes, le mouvement se poursuit en régions. Barrages filtrants, défilés dans les rues, blocage de l'accès de centres commerciaux... Les manifestants sont déterminés

14h40 - Les images de la mobilisation sur les Champs-Élysées sont impressionnantes. découvrez-les dans notre diaporama

14h19 - La circulation est ralentie sur le périphérique parisien, sur la voie intérieure, indique Le Parisien. C'est à hauteur de la Porte de Clichy que se sont positionnés "quelques groupes de motards" à l'origine de ces ralentissements, selon la préfecture de police. Au niveau de la Porte des Lilas, ce sont des VTC qui perturbent la circulation. Deux des quatre voies sont paralysées. 

14h02 - Une centaine de clients ont été confinés dans les réserves de l'Apple Store, le nouveau magasin des Champs-Élysées.

13h47 - Jean-Luc Mélenchon a réagi sur Twitter après la prise de parole de Christophe Castaner : "Il voudrait que la manifestation des "gilets jaunes" soit d'extrême droite et peu nombreuse. La vérité est que c'est la manifestation massive du peuple. Et ça, c'est la fin pour Christophe Castaner". Avant de lancer dans un second tweet : "Ne vous laissez pas intimider par la macronie".

13h38 - À noter que plusieurs feux ont été allumés en plein milieu de l'avenue des Champs-Élysées, obligeant les pompiers à intervenir.

Un camion a été incendié sur les Champs-Élysées
Un camion a été incendié sur les Champs-Élysées Crédit : Bertrand GUAY / AFP

13h26 - Opérations péages gratuits, barricades sur les Champs-Élysées, gaz lacrymogènes... Retrouvez toutes les photos de cet "acte 2" dans notre article.

13h02 - Au micro de RTL, Marine Le Pen a une nouvelle fois critiqué une "démarche électoraliste" et "politicienne". "Je n'ai jamais appelé à la moindre violence, ce sont de basses manœuvres politiciennes (...) J'ai juste posé la question pour savoir pourquoi le gouvernement n'autorisait pas une manifestation sur les Champs-Élysées".

La présidente du Rassemblement national pose la question de la responsabilité de l'État. "Quel est l'objectif du gouvernement ? N'est-ce pas de créer des tensions ? Je pense qu'ils sont dans une stratégie mais elle ne fonctionne pas", lance-t-elle assurant que l'exécutif "connaît les casseurs".

12h55 - La propriété viticole de la députée LREM Mireille Robert a été envahie vendredi soir près de Limoux (Aude) par une quarantaine de "gilets jaunes" encagoulés et casqués, qui ont ensuite enflammé des palettes avant de prendre la fuite. 

12h47 - "Je n'ai jamais appelé à quelque violence que ce soit", assure Marine Le Pen, en réponse à Christophe Castaner qui avait déploré que des "séditieux" de l'ultra-droite" aient "répondu à l'appel notamment de Marine Le Pen". Sur Twitter, la présidente du Rassemblement national a dénoncé des propos "minables et malhonnêtes".

12h39 - "Il faut que Macron enlève les bouchons qu'il a dans les oreilles et qu'il entende le peuple", a déclaré le député de La France Insoumise, François Ruffin, venu défiler aux côtés des "gilets jaunes" sur les Champs-Élysées avant que des violences n'éclatent.

12h30 - Suivez l'édition spéciale de RTL, présentée par Vincent Parizot, au sujet de la mobilisation des "gilets jaunes".

12h19 -
"Il n'y a pas d'inquiétude particulière de notre part mais la coalition de l'ultra-droite, en fin de journée, pourrait mobiliser plus encore nos forces de l'ordre", a précisé le ministre de l'Intérieur.

12h18 -
Évoquant la présence de membres de l'ultra-droite, Christophe Castaner critique les propos de la présidente du Rassemblement national, qui invitait à manifester sur les Champs-Élysées. "Ils ont répondu à l'appel de Marine Le Pen", déplore-t-il.

12h17
- Au total, 23.000 manifestants sont mobilisés partout en France, dont 8.000 manifestants à Paris.

12h16 - Christophe Castaner évoque un "fort affaiblissement" de la mobilisation par rapport à la semaine dernière alors que "5.000 personnes" sont présentes sur les Champs-Élysées.

12h01 -
Des manifestants tentent actuellement de s'approcher de la place de la Concorde, en passant par la rue de Rivoli. Là encore, ils sont bloqués par les forces de l'ordre alors que tous les manifestants se trouvent en dehors du périmètre de sécurité, selon la préfecture de police.

11h58 -
Cette nuit, sept policiers ont été blessés par des "gilets jaunes" à Hénin-Beaumont. Les forces de l'ordre déployées sur un point de blocage ont été pris à partie par des manifestants.

11h46 - Au moins une personne a été interpellée sur les Champs-Élysées.

11h38 -
Les violences sur les Champs-Élysées sont directement liées à la présence d'individus de l'ultra-droite, assure la Préfecture de police alors des casseurs, armés d'un pied de biche, continuent de récupérer des pavés sur l'avenue.

11h26 - Selon nos informations, confirmées par la Préfecture de police, une centaine de membre de l'ultra-droite sont postés à l'avant du cortège et harcèlent les forces de l'ordre.

11h18 -
La violence est de plus en plus présente sur les Champs-Élysées où les manifestants détruisent le matériel urbain et récupèrent des pavés pour menacer les forces de l'ordre.

>
"Gilets jaunes" : fortes tensions sur les Champs-Élysées Crédit Image : Bertrand GUAY / AFP | Crédit Média : Images M6 | Date :

11h05 - Plusieurs milliers de "gilets jaunes" sont dorénavant réunis sur les Champs-Élysées.

11h00 - La situation est extrêmement tendue sur la célèbre avenue parisienne et les policiers tentent de repousser cette marée jaune avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau... Les affrontements se multiplient au niveau du rond-point des Champs-Élysées alors que les manifestants veulent dorénavant s'engouffrer sur l'avenue Matignon.

10h42 - La tension est montée d'un cran sur les Champs-Élysées alors que les manifestants sont bloqués par un important cordon de policiers au niveau de Franklin Roosevelt. Les premiers gaz lacrymogènes ont été lâchés, selon plusieurs journalistes présents sur place.

10h33 - "On est là parce qu'on n'en peut plus (...) Macron nous méprise". La colère des gilets jaunes ne redescend après une semaine de mobilisation partout en France. Un habitant de Moselle, mobilisé dans son département ce samedi, tacle ouvertement la politique du gouvernement. "Le territoire est en train de crever. Ils ne sont pas là pour nous asservir mais pour nous servir. Si cela ne va pas, qu'ils dégagent", dit-il. 

10h26 - À noter que la mobilisation est toujours d'actualité en régions. Plusieurs barrages filtrants ont notamment été mis en place sur les autoroutes. C'est le cas à Vienne (A7), à Toulouse (A64), près de Clermont-Ferrand (A71), à Brignoles (A8) ou encore à Saint-Arnoult en Yvelines (A10).

10h20 - Les "gilets jaunes" convergent dorénavant vers le bas des Champs-Élysées, en direction de la place de la Concorde.

10h01 - Malgré la mise en place d'un périmètre de sécurité et l'importante mobilisation policière, quelque 400 "gilets jaunes" ont réussi à rejoindre les Champs-Élysées et font face aux CRS. Délogés dans un premier temps, ils essayent de descendre la célèbre avenue parisienne.

09h46 -
Selon Emmanuel Grégoire, la "vraie menace, c'est que des individus profitent de la mobilisation des 'gilets jaunes' pour infiltrer ces groupes mobiles et mettre le bazar". "Cela serait très préjudiciable au mouvement", ajoute-t-il.

09h43 - Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la mairie de Paris, appelle à "cohabiter de façon pacifique" au micro de RTL. "Il faut exercer la liberté de manifester et protéger les personnes, les manifestants, les biens, les commerçants, les touristes, les passants".

09h34 - Malgré l'interdiction et l'important dispositif de sécurité, quelques dizaines de "gilets jaunes" ont rejoint les Champs-Élysées. À noter qu'un large périmètre comprenant la partie basse de l'avenue, la Concorde, l'Assemblée nationale et Matignon et l'Élysée a été bouclé dès 6 heures du matin.

08h54 - À Villeneuve-d'Ascq, dans le Nord, des "gilets jaunes" se sont retrouvés ce matin pour prendre la route. L'association de transports Robin des Bus a mis à disposition deux cars pour se rendre à Paris. Après avoir reçu plusieurs consignes de sécurité, les manifestants ont quitté leur ville, dans une ambiance détendue, vers 8 heures.

08h09 - Si les autorités estiment qu'il "n'est pas du tout certain que les montées soient massives depuis la province", elles ne toléreront aucun rassemblement dans les périmètres interdits. Michel Delpuech, le préfet de police, s'est montré catégorique à ce sujet au micro de RTL : "On sera en capacité d'intervenir pour mettre fin au désordre excessif et surtout mettre fin au désordre qui pourrait se traduire par des violences".

Au total, 3.000 policiers et gendarmes sont mobilisés aujourd'hui à Paris afin de gérer cette mobilisation des "gilets jaunes", une semaine après les manifestations du 17 novembre.

>
"Gilets jaunes" : "On sera en capacité d'intervenir", assure Michel Delpuech Crédit Image : Ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : Guillaume Chièze | Durée : | Date :

07h58 - Selon un sondage BVA pour RTL, publié hier, 72% des Français se reconnaissent dans les revendications des "gilets jaunes", et ce notamment chez les employés et ouvriers, chez les personnes vivant en province ou encore en zone rurale.

07h39 - Selon la présidente du Rassemblement national, invitée de RTL vendredi soir, le danger porte un nom : les Black Blocs. "Ils bénéficient d'une forme d'impunité systématique et je finis par me demander si le gouvernement ne compte pas sur eux pour tenter de décrédibiliser un mouvement qui est très puissant et extrêmement soutenu par l'ensemble des Français".

07h37 - Une chose est sûre, les lieux de pouvoir seront particulièrement encadrés toute la journée et certains sites, comme la place de la Concorde et les Champs-Élysées, ont été interdits aux "gilets jaunes". Une décision que ne comprend pas Marine Le Pen qui dénonce une "décision politique qui vise à minimiser la manifestation". "Le gouvernement traite les 'gilets jaunes' comme s'il s'agissait d'une horde de voyous", fustige-t-elle évoquant de son côté "des gens honnêtes et pacifiques".

07h28 - Où se déroulera la manifestation à Paris ? Selon les informations de RTL, neuf lieux ont été identifiés comme des potentiels sites de rassemblement des "gilets jaunes". Une note de l'intérieur évoque la présence de 30.000 personnes dans les rues de la capitale.

07h15 - Vous devez vous déplacer dans Paris aujourd'hui ? Attention, la mobilisation des "gilets jaunes" perturbe la circulation mais aussi les transports parisiens. Ainsi, plusieurs stations de métro sont fermées sur ordre de la préfecture et des lignes de bus sont déviées. Toutes les informations sur RTL.fr.

07h00 - Bonjour et bienvenue sur ce direct pour suivre l'acte 2 de cette mobilisation des "gilets jaunes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Gilets jaunes Carburants
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795685868
"Gilets jaunes" : 106.301 manifestants en France, 130 interpellations samedi
"Gilets jaunes" : 106.301 manifestants en France, 130 interpellations samedi
La journée de samedi 24 novembre a été marquées par des scènes d'affrontements entre forces de l'ordre et certains manifestants parmi les "Gilets jaunes" sur les Champs-Élysées.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/en-direct-les-gilets-jaunes-ouvrent-l-acte-2-de-leur-mobilisation-ce-samedi-7795685868
2018-11-24 07:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/zzmi7G0U5GKDWFSA6mV_jQ/330v220-2/online/image/2018/1124/7795692658_des-feux-sont-toujours-allumes-sur-les-champs-elysees-ce-samedi-soir.jpg