1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : relancer le nucléaire, le choix de Macron pour coincer ses adversaires
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : relancer le nucléaire, le choix de Macron pour coincer ses adversaires

ÉDITO - Macron va relancer la construction de centrales nucléaires. Un choix du Président pour coincer ses adversaires de la campagne présidentielle.

Emmanuel Macron, le 5 octobre 2021
Emmanuel Macron, le 5 octobre 2021
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Relancer le nucléaire, le choix de Macron pour coincer ses adversaires de campagne
02:50
Relancer le nucléaire, le choix de Macron pour coincer ses adversaires de campagne
02:50
Olivier Bost

Emmanuel Macron va relancer la construction de centrales nucléaires. C’est une décision à haute valeur symbolique : retrouver de notre fierté technologique et à très haute valeur politique.

C’est un coup double pour neutraliser les souverainistes tous ceux qui veulent du nucléaire et que du nucléaire et pour isoler ceux qui n’en veulent plus du tout : les écolos. Emmanuel Macron, pour relancer le nucléaire, va profiter la semaine prochaine du lancement de son plan France 2030 pour annoncer des investissements dans le secteur.

La France va se lancer dans le développement de petites centrales nucléaires, très à la mode dans le monde et envisage selon plusieurs sources de lancer plusieurs EPR (Réacteur pressurisé européen) sans attendre que celui de Flamanville ne démarre. Relancer le nucléaire, c’est donc un tabou qui saute à la fin du quinquennat. Pour des raisons politiques, je vous le disais, et pour des raisons très conjoncturelles et opportunistes.

Le nucléaire a le vent en poupe

Le nucléaire a le vent en poupe, faute d’éolienne. Il est porté par la hausse des prix de l’énergie et par la hausse des ventes de voitures électriques. S’il n’y a plus de moteurs thermiques en 2035, la consommation électrique va exploser. Si tout le monde installe une pompe à chaleur aussi. Il faut donc développer le nucléaire à long terme et les énergies renouvelables à court terme tout en pariant sur l’hydrogène. Bref, investir tous azimuts.

À lire aussi

Mais même avec cette belle opération, cela va créer quelques débats et quelques remous. Bien sûr, le nucléaire fait un retour inespéré pour ses promoteurs. Mais il a encore de gros défauts : il faut 10 à 15 ans pour construire une centrale nucléaire, or c’est dans les 5 ans qui viennent qu’il faut de l’énergie pour accompagner le développement des voitures électriques.

Mais, il coûte aussi de plus en plus cher

Le nucléaire coûte aussi de plus en plus cher avec les normes de sécurité et les pertes de compétences. L’EPR de Flamanville c’était initialement 3 milliards d’euros pour une mise en service en 2012, la facture en est à 19 milliards (6 fois plus) et il ne fonctionne toujours pas, dix ans plus tard. Le coût de l’enfouissement des déchets est aussi exorbitant : le stockage sous terre à Bure dans la Meuse est évalué par ses promoteurs à 35 milliards d’euros minimums. Ça se retrouvera aussi dans le prix de l’électricité.

Il y en a donc des choses à dire sur le nucléaire, mais qu’importe, ce que nous avons vu ces dernières semaines, c’est qu’il valait mieux dans cette précampagne présidentielle provoquer les débats que les subir. Emmanuel Macron relance le nucléaire et il sait, il recherche même l’effet que cela va provoquer.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/