3 min de lecture Environnement

Énergies renouvelables : l'Europe de plus en plus dépendante en matières premières

ÉDITO - Pour pouvoir multiplier les éoliennes et les voitures électriques à batteries, il faut avoir accès à des quantités grandissantes de matières premières comme le cuivre, le lithium ou le cobalt. Des matériaux produits en Chine, en Turquie ou en République démocratique du Congo.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Énergies renouvelables : l'Europe de plus en plus dépendante en matières premières Crédit Image : AFP / Joël Saget | Crédit Média : Fraçois Lenglet | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Sarah Ugolini

La France et l'Europe vont devenir de plus en plus dépendantes des métaux rares produits à l'étranger. En principe, on est tous d'accord pour "décarboner" l'économie, c'est à dire stopper ou ralentir la consommation d'énergie fossile comme le pétrole et la remplacer par d'autres. C'est d'ailleurs une partie de l'ambition du plan de relance que le Premier ministre a présenté hier.

Le problème, c'est que cela se fait avec des technologies qui nécessitent des composants critiques, comme le lithium ou le cobalt, pour produire par exemple des batteries de voitures électriques. Des matières premières qui n'existent pas en Europe. Au contraire, elles sont produites dans des pays qui ne sont pas vraiment nos amis, ou qui sont extrêmement instables, comme la Chine, la Turquie, la République démocratique du Congo, qui pourraient un jour rompre la chaîne d'approvisionnement.

Autrement dit, la clé de la croissance verte se trouve à Pékin, Ankara ou Kinshasa. C'est que ce que révèle un document publié hier par la Commission, avec une mise en garde aux pays européens

La consommation de lithium multipliée par 18 en 2050

La Commission a établi une liste de 30 matières premières. Il y a le lithium et cobalt bien sûr, mais aussi le magnésium, le graphite, le tungstène, le platinum, le vanadium, le titane, la bauxite. Autant de minerais qui sont utilisés non seulement pour fabriquer des turbines d'éoliennes et des voitures électriques, mais bon nombre de produits électroniques et de composants pour l'avion et l'aérospatial.

À lire aussi
séisme
Nouveau séisme de magnitude 3,4 ressenti à Strasbourg

Et notre dépendance va s'accentuer. Selon les calculs de Bruxelles, pour arriver à la neutralité carbone d'ici 2050, c'est l'objectif que nous nous sommes donnés, la consommation de lithium va être multipliée par 18 et celle de cobalt par cinq d'ici 2030, et encore bien davantage en 2050. 

Les usines pour les traiter nous manquent aussi

Pire, c'est non seulement la matière première qui nous manque, mais les usines pour les traiter. Le cobalt mondial par exemple, est produit à 70% par la République du Congo, dans des conditions écologiques et sociales épouvantables du reste, et raffiné à 80 par la Chine. Idem pour le graphique, où les capacités industrielles sont là encore majoritairement dans l'Empire du Milieu.

On n'a pas très peu ce ces matériaux en Europe car notre sous-sol est pauvre. Il y a bien un projet d'usine de graphite en Norvège, le seul en Europe et un autre pour le cobalt en Finlande. Côté lithium, c'est en Serbie que semblent se trouver les ressources les moins maigres. Il y a des perspectives d'extraction en Espagne, au Portugal, et en Allemagne, à partir de petits gisements, nous apprend le Financial Times.

Une dépendance vis-à-vis de pays mieux dotés

Alors qu'est-ce qu'on peut faire ? Lancer des explorations bien sûr et reconstruire des usines de traitement. Le problème, c'est que les normes environnementales européennes, et plus largement l'attitude de nos sociétés vis de l'exploitation des sous-sols, les plaintes des riverains etc, complique beaucoup les choses. C'est pour cela que nous avons laissé se construire silencieusement une dépendance vis-à-vis de pays mieux dotés et beaucoup moins regardants sur le plan écologique et social.

Il faut faire ce qu'a fait la Chine depuis dix ans : nouer des partenariats avec les zones productrices, investir chez eux pour sécuriser l'approvisionnement, et développer des alternatives technologiques dans nos laboratoires. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Transition énergétique Éolienne
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants