1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : que proposent les différents candidats sur le nucléaire ?
4 min de lecture

Présidentielle 2022 : que proposent les différents candidats sur le nucléaire ?

ÉCLAIRAGE - Macron, Jadot, Le Pen .... Tous les candidats à l'élection ont pris la parole sur le sujet du nucléaire en France. Voici un petit tour d'horizon pour mieux comprendre le positionnement et les arguments de chacun.

Centrale nucléaire à Fessenheim, France.
Centrale nucléaire à Fessenheim, France.
Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Lison Bourgeois

À six mois de la présidentielle, le sujet du nucléaire s'invite au cœur des débats politiques. Aucun candidat à la présidence de la République ne peut éviter le sujet. Avec des programmes et des valeurs différentes, chacun avance ses propositions. 

Alors qu'Emmanuel Macron s'était engagé à ne pas s'exprimer véritablement sur le nucléaire avant la réalisation d'études approfondies sur le troisième réacteur, l'EPR de la centrale de Flamanville, celui-ci pourrait bientôt annoncer la création de "mini" centrales nucléaires. 

L'annonce de la construction de SMR en France pourrait être "l’un des points centraux du plan d’investissement qui doit être annoncé à la mi-octobre, lors d’un déplacement qui pourrait avoir lieu à Belfort​" selon Europe 1.

Dès aujourd'hui, il y a une certitude : le nucléaire sera l'un des thèmes centraux durant les débats de la campagne à la présidentielle 2022. Petit à petit, chaque candidat annonce les contours de sa position sur le sujet. Au-delà du "pour ou contre", voici les différentes options avancées pour traiter l'épineux sujet du nucléaire. 

Ce que souhaite Emmanuel Macron : miser sur les SMR (small modular reactor)

À lire aussi

Emmanuel Macron défend depuis longtemps la construction de SMR en France. Ainsi, lors d'un discours enregistré en vidéo ce 30 septembre pour les start-up de la French Tech, le gouvernement avait exprimer sa volonté de trouver un entrepreneur qui portera le futur projet de petit réacteur nucléaire (SMR, small modular reactor). Cédric O, le secrétaire d'État au numérique, avait d'ailleurs conclu son allocution par l'interrogation : "Lequel ou laquelle d'entre vous prendra ce risque ?"

Selon le président de la République, ces réacteurs atomiques à taille humaine pourraient être une solution pour fournir des énergies décarbonées. Ils permettraient de produire de l'électricité ou de l'hydrogène pour des sites limités en taille et souvent isolés. On pense, par exemple, à certaines îles, des navires ou des bases nautiques. Cela permettra ainsi d'alimenter des endroits qui profitent aujourd'hui d'une énergie produite à base de combustibles fossiles.

Entre la position pro-nucléaire et la volonté de sortie de ce moyen de production, Emmanuel Macron semble donc avoir trouvé une position intermédiaire. Un "en même temps" qui cherche à rassembler les électeurs en vue de la présidentielle 2022.

Ce que souhaite Yannick Jadot : sortir du nucléaire sur vingt ans

Ce sont entre 500 et 700 personnes qui ont manifesté ce premier dimanche d'octobre  pour réclamer la fermeture du site de la centrale nucléaire du Bugey (Ain). Une dizaine d'élus locaux et régionaux, principalement EELV et LFI, ainsi que la députée LFI du Val-de-Marne Mathilde Panot, y ont participé. S'il existe un mouvement qui souhaite sortir définitivement du nucléaire, c'est la vitesse d'action qui différencie les différents programmes. 

Yannick Jadot, le vainqueur de la primaire écologiste, souhaite sortir du nucléaire sur vingt ans. Invité de RTL jeudi 9 septembre, celui-ci expliquait qu'il veut agir à la fois sur les économies d'énergie et sur l'utilisation des énergies renouvelables. Il s'est aussi prononcé en faveur de l'abandon du chantier de l'EPR à Flamanville.

Ce que souhaite Anne Hidalgo : sortir du nucléaire dès que possible

Dans son livre intitulé Une femme française qui est parue le 15 septembre, Anne Hidalgo présente ses différentes priorités. Pour l'élue socialiste, l'écologie doit être inscrite dans la Constitution et ne doit pas appartenir à "un seul parti". Cette dernière met donc en avant une "juridiction internationale" sur les questions environnementales. La maire de Paris considère "qu’il faut sortir du nucléaire, aussi vite que le développement des énergies renouvelables le permet".

Ce que souhaite Jean-Luc Mélenchon : adopter une sobriété énergétique pour sortir du nucléaire

Lors du débat l'opposant à Eric Zemmour le jeudi 23 septembre, Jean-Luc Mélenchon a évoqué sa position sur le nucléaire. "L'idée et de redéployer un appareil de production d'énergies, car nous avons besoin d'énergie, qui soit inoffensif contre la nature et contre le futur. Dans cette perspective, nous devons sortir du nucléaire !" a-t-il débuté. 

Puis il a évoqué trois points fondamentaux : l'installation d'autres moyens de production d'énergies comme la géothermie et l'hydraulique, la sortie du nucléaire mais aussi la sobriété énergétique. "Consommez moins d'énergie pour moins de gaspillage" a-t-il résumé.

Ce que souhaite Valérie Pécresse : placer les EPR au cœur de son programme

EPR, pour réacteur pressurisé européen, est un sigle qui revient sans cesse dans les discussions sur le nucléaire. Ce vendredi 1er octobre, Valérie Pécresse a dévoilé sa volonté de miser sur "l'indépendance" de la France. Si elle est élue présidente en 2022, cette-dernière a annoncé vouloir revenir sur les fermetures programmées de réacteurs nucléaires et de lancer "six nouveaux EPR".

Ce que souhaite Xavier Bertrand : lancer de nouvelles constructions d'EPR dès 2022

Cette nouvelle génération de réacteurs nucléaires français est censée être à la fois la plus puissante et plus efficace. Cette technologie est aussi défendue par le candidat à la présidentielle Xavier Bertrand. Le président de la région Hauts-de-France a ainsi déclaré en avril sur France Inter qu'il lancerait "dès l'été 2022" de nouveaux réacteurs s'il était élu président. Un soutien qu'il avait déjà démontré lors des élections régionales en étant favorable à la construction de deux EPR dans de la Région Hauts-de-France.

Ce que souhaite Marine Le Pen : mettre en avant le savoir-faire de l'industrie française

Pour Marine Le Pen, le nucléaire un pilier de son programme écologique. Dans une tribune publiée dans Le Figaro en janvier, la présidente du Rassemblement national (RN) promettait de lancer "immédiatement la construction de trois nouveaux EPR" si elle était élue en avril 2022, "afin de consolider les savoir-faire de l'industrie française".

S'il n'a pas encore présenté officiellement sa candidature à la présidentielle, Éric Zemmour n'hésite pas à utiliser le même champ lexical que la candidate de l'extrême droite pour prendre position sur le sujet du nucléaire. Lors du débat qui l'opposait à Jean-Luc Mélenchon, l'essayiste a déclaré : "Abandonner le nucléaire, c'est abandonner notre souveraineté nationale".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/