1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Crise de l'énergie : vers un revirement en faveur du nucléaire ?
2 min de lecture

Crise de l'énergie : vers un revirement en faveur du nucléaire ?

PODCAST - François Lenglet se penche chaque semaine sur les mutations et les évolutions qui bousculent notre société. Dans cet épisode, il s'intéresse à la question du nucléaire qui revient dans le débat en raison de la hausse du prix de l'énergie.

Les déchets nucléaires
Les déchets nucléaires
Crédit : M6 / Vivien Chareyre Martin Gabriels
Saison 3 - 5. La crise de l'énergie provoque-t-elle un revirement vers le nucléaire ?
13:02
François Lenglet - édité par Sylvain Zimmermann

Avec la flambée du prix des énergies, la question du nucléaire s'invite dans la campagne présidentielle de 2022. Yannick Jadot, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse ou encore Jean-Luc Mélenchon, tous les candidats se positionnent pour ou contre.

Le nucléaire n'est pas seulement un sujet brûlant, c'est un marqueur politique fort. De son côté, le pouvoir a son propre agenda pour répondre à la crise des énergies et aux besoins à venir. Le gouvernement devrait annoncer prochainement la relance de l'investissement dans le nucléaire…

Cette forme d’énergie aura connu une longue éclipse... 10 ans se sont écoulés depuis la catastrophe de Fukushima. Un coup d’arrêt majeur qui s'est traduit par un retrait de l’Allemagne du nucléaire, un ralentissement en Italie, des fermetures en Belgique… La France avait annoncé son intention de baisser la part du nucléaire à 50% au profit des renouvelables, d’ici 2035. Et puis, il y a eu la fermeture de Fessenheim, doyenne des centrales nucléaires françaises, exploitée depuis 1978 en Alsace. La Chine, elle, n’a pas ralenti, bien au contraire.

Quel avenir pour l'EPR ?

Emmanuel Macron pourrait annoncer un programme de soutien aux small modular reactors (SMR), ces mini-centrales nucléaires de nouvelles génération. Elles viendraient en complément des réacteurs à forte puissance dans les centrales classiques. 

À lire aussi

Une révolution pour la France et pour EDF, jusqu’ci accrochée à l’EPR, la technologie française, qui accumule les déboires. L'EPR de Flamanville accuse ainsi plus de dix ans de retard sur sa feuille de route initiale et son coût a quintuplé à près de 20 milliards d'euros.

L’EPR reste néanmoins une cathédrale. Il faudra probablement commander de nouveaux réacteurs, mais après le démarrage de Flamanville en 2023.

Abonnez-vous à ce podcast

>> Hors-série Lenglet-Co : crise du coronavirus, un podcast hebdomadaire présenté par François Lenglet, qui vous donne les clés pour tout comprendre des évolutions et des mutations économiques, en Europe et dans le monde. Le journaliste en profite aussi pour tordre le cou à de nombreuses idées reçues sur l'économie.

Si vous souhaitez poser des questions à François Lenglet, écrivez à temoins@rtl.fr.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/