1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Comment des députés dissidents arrivent à embarrasser le gouvernement
2 min de lecture

Comment des députés dissidents arrivent à embarrasser le gouvernement

ÉDITO - Des dissidents d’En Marche, plutôt à gauche, choisissent des sujets mobilisateurs et très porteurs dans l’opinion pour piéger le gouvernement.

L'Assemblée nationale (illustration)
L'Assemblée nationale (illustration)
Crédit : Thomas COEX / AFP
Comment des députés dissidents piègent le gouvernement
02:32
Comment des députés dissidents piègent le gouvernement
02:32
Olivier Bost - édité par Paul Turban

Sur des sujets très différents, comme l’IVG, le congé parental, le bien-être animal, les députés dissidents de la majorité embarrassent le gouvernement. C’est une nouvelle forme de frondeurs. Des dissidents d’En Marche, plutôt à gauche, choisissent des sujets mobilisateurs et très porteurs dans l’opinion. "Ils utilisent des stratégies d'activistes militants", note un ministre. D'ailleurs, certains l'étaient avant de rentrer à l'Assemblée.

Ces députés savent qu’ils trouveront une majorité  à l'Assemblée et ils placent le gouvernement en porte à faux. Et aujourd'hui, ça marche. Ils vont parvenir à faire adopter le rallongement du délai maximum de l’IVG de 12 à 14 semaines en quelques heures à peine de débat. Jean Castex n’en voulait pas, "son côté RPR", raille un ministre, Emmanuel Macron non plus. 

Et il l'a fait savoir. Le Président a peur de raviver des fractures bien françaises. Souvenez-vous quand il avait parlé de ceux qui avaient été humiliés par le mariage pour tous. Pour ces questions, le "en même temps" est impossible

Une façon de faire déjà vue à l'Assemblée

Ces députés dissidents, de plus en plus nombreux, obligent ainsi le gouvernement à agir contre sa volonté. C’est sous leur pression, par exemple, qu’Emmanuel Macron a précipité l’annonce de l’extension du congé paternité ou que Barbara Pompili a fait des annonces sur le bien-être animal

Ce n'est pas vraiment nouveau cette façon de faire, et d’autres l’ont déjà utilisée dans le quinquennat. Le Républicain Aurélien Pradié avait fait adopter une loi contre les violences faites aux femmes alors que la secrétaire d’état Marlène Schiappa, à l’époque, était encore en pleine consultation avec son Grenelle. Marlène Schiappa était ainsi renvoyée au ministère de la parole. 

Emmanuel Macron ne fait plus peur

À écouter aussi

Les députés poussent ainsi le gouvernement à agir. Ils veulent surtout affaiblir le macronisme, montrer qu'il n'est plus porteur de progressisme en politique. Cela montre, par l'exemple, un malaise persistent dans la majorité, plus à gauche que le gouvernement.

Et cela souligne aussi la baisse d’influence du chef de l’État. Emmanuel Macron ne fait plus peur à des députés qui ne comptent plus sur lui pour être réélus ou qui n’ont pas l’intention d’être réélus. Cette nouvelle fronde ne fera pas capoter les gros projets, le budget ou la loi contre le séparatisme (qui ne s’appelle plus comme ça). Mais ces dissidents ont trouvé le moyen de faire des coups politiques, certes très opportunistes. Mais des coups qui portent, contre le Président et contre le gouvernement. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/