3 min de lecture Climat

La convention citoyenne sur le climat, piège à écolos ou piège pour Emmanuel Macron ?

ÉDITO - Trois mois après, quel bilan faire de la convention citoyenne pour le climat ? Une chose est sûre, Emmanuel Macron ne pourra pas reprendre les 150 propositions faites par les citoyens.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
La convention citoyenne sur le climat, piège à écolos ou piège pour Emmanuel Macron ? Crédit Image : Olivier HOSLET / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Marie Gingault

Le 29 juin dernier, dans les jardins de l'Élysée, s'est tenu la convention citoyenne pour le climat. Emmanuel Macron recevait pour l'occasion 149 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat, venus soumettre au président, 150 propositions. Trois mois après qu'en est-il ? Cette convention est-elle un piège à écolos ou un piège pour le chef de l'État ?

Je dirais que le dénouement politique de cette expérience n’est pas encore écrit. Va-t-elle faire avancer l’idée qu’Emmanuel Macron aura fait quelque chose pour l’écologie ? Ou alors va-t-elle faire progresser les écolos ? À moins que la Convention ne démontre que faire de l’écologie, c’est décidément très difficile.

Il faut d’abord dire que, pour les 150 citoyens qui se sont engagés dans cette drôle d’aventure, c’était la semaine des cocus. Leurs idées sont abandonnées une par une, ont dénoncé des écolos. Pas du tout, les a rassurés Jean Castex il y a 2 jours, après avoir reçu quelques citoyens de la convention. 

Emmanuel Macron ne pourra pas reprendre toutes les propositions

La réalité est entre les deux : toutes les idées ne verront pas le jour. Emmanuel Macron avait déjà rejeté l’abaissement à 110 km/h de la vitesse sur les autoroutes. Il a également abandonné l’idée d’un moratoire sur la 5G et d’autres idées de la convention citoyenne sont elles aussi menacées.

À lire aussi
Barbara Pompili, le 16 septembre 2020 écologie
Pollution : qu'est-ce que le "délit d'écocide" que va créer le gouvernement ?

Les citoyens demandent l’interdiction des pubs contre la surconsommation : une idée qui tuera d’abord les médias. Et puis, il y a aussi la taxe sur les voitures les plus lourdes, alors que les constructeurs français font des voitures lourdes. Les 150 citoyens de la convention citoyenne devaient créer du consensus. Il résiste mal au réel et aux intérêts économiques de chaque foyer français et aux industries menacées.

Ainsi, cela confirme quelque chose que nous savions déjà impossible : Emmanuel Macron ne tiendra pas sa promesse de reprendre sans filtre toutes les propositions. Il faudra voir aussi s’il y a bien, comme l’avait évoqué le chef de l’État, un référendum avant la fin du quinquennat. C’est pour ajouter dans la Constitution la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité.

Dissocier l'écologie raisonnable et l'écologie des utopistes

Mais le plus embêtant pour le pouvoir ce n’est pas ça, c'est que, quoi qu'il fasse, ce sont les renoncements ou ce qui n’aura pas été fait d’ici la fin du quinquennat qui sera retenu. La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, l’arrêt de la chasse à la glu, la fin prochaine des animaux dans les cirques, et même les 30 milliards d’euros pour la transition écologique ne suffiront pas. De ce point de vue, la convention citoyenne ressemble à un piège que s’est tendu, tout seul, le Président de la République. Même si le gouvernement reprend à la fin, allez, 100 des 149 propositions de la convention citoyenne, ce qui serait déjà énorme, ça ne sera jamais assez.

Mais cela ne va pas forcément fâcher les écologistes. Ce n'est du moins pas le pari de plusieurs proches du chef de l’État. Pour eux, la convention citoyenne fait aussi la démonstration que l’écologie radicale ça ne marche pas. Les mesures des citoyens soulignent que les écologistes, qui prennent leur défense, sont d’abord d’affreux anticapitalistes. Ils sont pour la décroissance. 

Un bel épouvantail pour beaucoup d’électeurs. Indirectement et involontairement, la convention citoyenne permet de marquer un clivage commode pour le gouvernement. Il y a l’écologie raisonnable et l’écologie des dangereux utopistes. La convention citoyenne était une nouvelle expérience démocratique, pour une belle cause : l’avenir de la planète. Il est encore bien trop tôt pour dire à qui elle profitera sur le plan politique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Climat Politique Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants