11 min de lecture Manifestations

Fête du Travail : 164.500 manifestants en France, des heurts à Paris

Au total 164.500 personnes se sont mobilisées en France, dont 28.000 à Paris où la situation était très tendue avec des heurts entre black blocs et forces et de l'ordre.

Des manifestants dans le cortège parisien le 1er mai 2019
Des manifestants dans le cortège parisien le 1er mai 2019 Crédit : Vincent Serrano / RTL
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
et Thomas Pierre

Le pire a été évité. Entre 150.000 et 300.000 personnes, militants syndicaux et "gilets jaunes", ont manifesté ce mercredi 1er mai dans toute la France, dans une ambiance bon enfant en région même si des heurts ont éclaté dans le cortège parisien.

À Paris, la mobilisation pour la fête des travailleurs a réuni 40.000 manifestants selon un comptage réalisé pour un collectif de médias, dont RTL, par le cabinet Occurrence. Vitrines brisées, pluie de pavés, feux de poubelles, départs d'incendie, jets de lacrymo, grenades de désencerclement, canons à eau... Avant même le départ officiel du cortège parisien, des échauffourées ont eu lieu entre "black blocs" et police, avant un retour au calme en début de soirée.

Selon les derniers chiffres communiqués par la préfecture de Police, les forces de l'ordre ont procédé à 19.785 contrôles préventifs et 336 interpellations à Paris.

Dès mardi, Emmanuel Macronavait réclamé que la réponse aux "black blocs" soit "extrêmement ferme" en cas de violences lors de cette manifestation, après des appels sur les réseaux sociaux à transformer Paris en "capitale de l'émeute". Plus de 7.400 policiers et gendarmes avaient été déployés pour sécuriser les manifestations à Paris.

Revivez la mobilisation du 1er mai

À lire aussi
Des avocats lors de la manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 16 septembre 2019. réforme des retraites
VIDÉO - Retraites : quels sont ces régimes autonomes contre la réforme ?

21h10 - Christophe Castaner, lors d'une courte allocution devant l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, a regretté que cette journée du 1er mai ait été "volée par la violence de quelques-uns". 

20h36 - Une banque a été ravagée et taguée sur le boulevard Saint-Marcel à Paris.

20h27 - À Paris, place de la Contrescarpe, des dizaines de manifestants se sont réunis dans une ambiance détendue un an après le début de l'affaire Benalla.

20h20 - Christophe Castaner est présent à l'hôpital de la Salpêtrière, à Paris, pour rendre visite aux policiers blessés durant cette manifestation alors que l'un d'eux doit être opéré "dans les prochaines minutes". "164.000 personnes ont manifesté avec des revendications légitimes (...) Mais on a vu l'inverse que ce que devait être ce rassemblement du 1er mai", a-t-il déploré évoquant notamment les charges contre un hôpital et un commissariat. 

19h48 - D'après un dernier bilan, les forces de l'ordre ont procédé à 19.785 contrôles préventifs et 336 interpellations à Paris.

19h32 - Au total, 33 manifestants ont été légèrement blessés, de même que 14 policiers, selon la place Beauvau.

19h24 - Le ministère de l'Intérieur fait état de 164.500 manifestants en France dont 28.000 à Paris.

19h10 - La dispersion est toujours aussi lente et difficile. Malgré quelques grenades lacrymogènes lancées, la situation s'est apaisée, selon notre reporter sur place.

18h56 - Un dernier bilan fait état de plus de 17.706 contrôles préventifs et 330 interpellations à Paris.

18h48 - Tranchant avec la tension parisienne, des "gilets jaunes" mélangés aux syndicats ont manifesté un peu partout en France, généralement dans une ambiance bon enfant

18h45 - Une journaliste russe de l'agence publique Ria Novosti affirme avoir reçu des coups de matraque de la police française au visage et au bras alors qu'elle couvrait les manifestations du 1er mai à Paris.

18h30 - Jean-Luc Mélenchon dénonce sur RTL la gestion des manifestations du 1er mai par le ministère de l'Intérieur. "Il y a beaucoup d’incompétences dans l’organisation des forces de police", juge le leader de La France insoumise. Jean-Luc Mélenchon s'en prend directement à Christophe Castaner, selon lui "le ministre de l'Intérieur le plus lamentable depuis qu’on ait vu depuis longtemps".



18h21 - 220 placements en garde à vue ont été comptabilisés à Paris mercredi à 17H30, en lien avec la manifestation du 1er mai dans la capitale, a indiqué le parquet de Paris.

18h15 - Des affrontements sporadiques entre "ultra-jaunes", "blacks blocs" et CRS se déroulent encore sur les boulevards autour de la place d'Italie.

18h01 - Selon la CGT, 310.000 personnes ont manifesté dans toute la France dans le cadre de près de 250 manifestations et rassemblements.

17h46 - Selon des secouristes "street medics", au moins un manifestant a été blessé "à la mâchoire par un tir de lanceur de balles de défense (LBD)".

17h43 - D'après un dernier bilan, les forces de l'ordre ont procédé à 15.306 contrôles préventifs et 288 interpellations à Paris. 


17h40 - Sur place, la situation reste confuse. Les forces de l'ordre tentent toujours de disperser les derniers manifestants. Des commerces ont été dégradés. Une voiture, une agence d'assurance et une agence bancaire ont notamment été vandalisés et leurs vitrines brisées. 

Des CRS devant des barricades à Paris le 1er mai 2019
Des CRS devant des barricades à Paris le 1er mai 2019 Crédit : Zakaria ABDELKAFI / AFP

17h27 - Un CRS a été blessé au visage par un projectile au cours des affrontements place d'Italie. Selon nos reporters, ce capitaine, évacué vers l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, serait en urgence relative.

Un CRS a été blessé au cours des affrontements en marge du défilé parisien du 1er mai.
Un CRS a été blessé au cours des affrontements en marge du défilé parisien du 1er mai. Crédit : Martin BUREAU / AFP

17h07 - Selon nos reporters sur place, la situation en fin de cortège est toujours tendue. Un cortège coupé en deux boulevard de l'hôpital, à quelques centaines de mètres de l'arrivée place d'Italie. Un canon à eau et des CRS sont en travers de la route, avec sur la chaussée des restes de mobiliers urbains calcinés.

16h55 - L'an dernier, les manifestations ont rassemblé 210.000 personnes en France (CGT), 143.500 selon le ministère de l'Intérieur. A Paris, la police en avait recensé 20.000 (la CGT 55.000) dans le cortège syndical et 14.500 venus hors cortège.

16h53 -  La CGT a compté pour sa part 80.000 personnes lors de cette mobilisation parisienne.

16h52 - À Paris, 40.000 personnes ont manifesté selon un comptage réalisé pour un collectif de médias par le cabinet Occurrence, dont RTL.

16h46 - Face aux accusations de la CGT sur la "répression inouïe et sans discernement" des forces de l'ordre ce 1er mai, la préfecture de police dément et estime pour sa part que "la CGT n a jamais été la cible des policiers et gendarmes qui ont assuré leur mission avec détermination face à des casseurs violents."

16h36 - À Paris, 206 personnes en garde à vue étaient comptabilisées à 16h, selon le parquet.

16h23 -  Le ministère de l'Intérieur a dénombré 151.000 manifestants dont 16.000 à Paris, à 14h. 

16h11 - Selon nos reporters sur place, après une heure de défilé dans le calme, la tension est soudainement remontée place d'Italie. Des petits groupes de personnes composés de "blacks blocs", de "gilets jaunes" et de casseurs ont été pris à revers par les forces de l'ordre. Des heurts ont alors éclaté devant l’hôtel de police du XIIIe, où les brigades anti-émeutes ont essuyé des projectiles. Les forces de l'ordre ont alors riposté à coup de gaz lacrymogène, enfumant la place d'Italie. 

Des tensions à Paris, place d'Italie, lors du défilé du 1er mai 2019
Des tensions à Paris, place d'Italie, lors du défilé du 1er mai 2019 Crédit : RTL / Gautier Delhon-Bugard
Des street medics à Paris le 1er mai 2019
Des street medics à Paris le 1er mai 2019 Crédit : Sina Mir / RTL

16h03 - 148 personnes ont été placées en garde à vue à Paris, selon le Parquet.

15h55 - La tête de cortège est arrivée Place d'Italie. Selon nos reporters sur place, le commissariat est le théâtre de tensions entre manifestants et forces de police qui ont fait usage de lacrymogènes.

15h49 - Présent dans le rassemblement, le leader "Gilet jaune" Maxime Nicolle a interpellé les CRS en place devant la Rotonde, en leur demandant de "se calmer".

15h42 - Dans un communiqué, la CGT a dénoncé une "répression inouïe et sans discernement". "Nos camarades présents, y compris notre secrétaire général, se font gazer et reçoivent des grenades. Ce scénario en cours, scandaleux et jamais vu, est inadmissible dans notre démocratie", écrit le syndicat après les heurts en début de parcours qui ont contraint Philippe Martinez a quitté momentanément le cortège

15h38 - "Pas de justice, pas de paix", "Le peuple déteste Macron" ou encore "Merci pour Notre Dame, mais donnez aussi aux Misérables", pouvait-on lire à Lille sur des pancartes dans le cortège dans lequel étaient brandis des drapeaux CGT, PCF ou France Insoumise.

15h33 - À Rennes où près d'un millier de personnes ont défilé, Christian, libraire de 52 ans, est venu pour "réagir face à cette politique antisociale qui est en train de casser la société. Des gens comme Macron se présentent comme des progressistes mais ce sont des régressistes", selon lui.

15h16 - Invité de RTL midi, Jérôme Coumet, le maire du XIIIe, où le cortège doit arriver, se dit inquiet des débordements en marge du défilé. "Je me souviens du 1er mai dernier où il y a eu pas mal de casse à la limite des XIIIe et Ve arrondissement".

15h11 - À l'Élysée, dont le quartier a été barricadé pour l'occasion, le couple Macron reçoit 400 professionnels des métiers de bouche et des fleurs pour la traditionnelle remise du muguet. 

15h07 - Au micro de RTL, Philippe Martinez impute ces débordements aux autorités. "C'est le ministre et le préfet qui sont responsables quand cela dérape comme ça. (...) La police a chargé la CGT, une CGT bien identifiée, fait grave.", estime le leader CGT. 

15h00 - Les forces de l'ordre ont procédé à 15h à 12.528 contrôles préventifs et 200 interpellations à Paris. 

14h55 - Alors que la situation se tend à Paris, les défilés se passent dans le calme en région. Ils étaient 6.200 à Lyon, 2.400 à Montpellier, 1.500 à Lille, 2.100 à Besançon, 3.400 à Nantes, 1.600 à Strasbourg selon la police. À Bordeaux, fait inédit, la marche n'avait pas d'itinéraire défini à l'avance. 

14h45 - Le cortège syndical a tenté de partir une demi-heure plus tôt vers la place d'Italie. Mais le défilé, protégé par un important service d'ordre de 80 personnes casquées, s'est rapidement retrouvé à l'arrêt.

14h40 - Philippe Martinez, patron de la CGT, a été contraint de quitter momentanément la manifestation parisienne à cause des "black blocs". Selon un militant, le leader syndical s'était retrouvé coincé dans des affrontements entre des "black blocs" et des forces de l'ordre. Lorsqu'il s'est replié vers une rue adjacente, il a essuyé des jets de bouteilles "par un groupe d'individus", selon ce témoin.

14h37 - Selon notre reporter sur place, le cortège parisien démarre depuis Montparnasse.

14h25 - À Montigny-les-Metz, en Moselle, la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen a déposé une gerbe devant la statue de Jeanne d'Arc, aux côtés de Jordan Bardella, tête de liste du RN aux européennes. 

14h15 - Des "gilets jaunes" ont tenté de s'introduire dans le commissariat de Besançon, dans le Doubs, selon France Info. 

14h12 -  Le ministère de l'Intérieur partage des photos sur Twitter.

14h07 - Sous les cris de "gilets jaunes avec les black blocs" et de "révolution", les forces de l'ordre ont chargé pour couper en deux la tête du cortège. 

14h03 - Les tensions ont éclaté autour du restaurant La Rotonde, barricadé de planches de bois et protégé par des dizaines de forces de l'ordre pour éviter qu'il ne soit attaqué comme l'avait été le Fouquet's sur les Champs-Elysées le 16 mars.

13h55 - Peu avant 14 heures, la préfecture a annoncé 9.016 contrôles préventifs et 165 interpellations à Paris. 

13h41 - À Lyon, entre 6.200 personnes, selon la préfecture, et 9.500, selon les syndicats, ont manifesté. Plusieurs centaines de "gilets jaunes"ont emmené le cortège dans le centre-ville. "C'est le double de l'année dernière, c'est pas mal pour un 1er mai, et quand on dit 9.500 personnes, nous on ne ment pas", a lancé un représentant de la CGT au micro tandis que le défilé s'achevait vers 12h30 place Bellecour, dans le calme.

13h29 - Dans une ambiance tendue, des grenades de désencerclement et lacrymogène ont été lancées par les forces de l'ordre sur quelques centaines de militants anticapitalistes "blacks blocs", qui avaient remonté en colonne la manifestation au milieu de "gilets jaunes" sur le boulevard du Montparnasse. Les forces de l'ordre ont essuyé également des jets de projectiles. Un manifestant a été blessé à la tête, selon un journaliste de l'AFP. 

13h14 - À Montparnasse, notre journaliste évoque de "petites actions très rapides de la part de gens habillés de noir et casqués". Des actions "violentes", qui entraînent des bousculades. "On voit un début d'inquiétude dans le regard des 'gilets jaunes'", ajoute notre reporter.

13h06 - Un important mouvement de foule a été signalé à Montparnasse. Des jets de bouteille ont également été repérés. 

13h02 - À Paris, les premières vitrines ont été brisées près de la station de métro Colonel Fabien, mais aucun pillage n'a pour le moment été relevé, selon notre reporter sur place. Quelques minutes plus tard, le calme est revenu dans le quartier. Du côté de Montparnasse, des pétards ont explosé.

12h55 - La préfecture de Paris a revu à la hausse le nombre d'interpellations. Peu avant 13 heures, les forces de l'ordre ont procédé à 88 interpellations et 3.700 contrôles préventifs. 

12h36 - À Paris, les forces de l'ordre ont procédé à 35 interpellations préventives.

12h25 - Rue de Belleville, dans le XIXe arrondissement, des pompiers sont prêts à intervenir, en cas de petits départs de feu.

Des pompiers prêts à intervenir rue de Belleville (XIXe arrondissement) le 1er mai 2019
Des pompiers prêts à intervenir rue de Belleville (XIXe arrondissement) le 1er mai 2019 Crédit : Sina Mir pour RTL

12h16 - Selon notre reporter sur place, le cortège parisien de la Confédération nationale du travail (CNT) est parti de la place des Fêtes (XIXe arrondissement) en direction de la place de la République.

11h56 - Présent dans le cortège marseillais, Jean-Luc Mélenchon a estimé que la France se trouvait dans une "situation de jamais-vu" après 24 semaines de mouvement des "gilets jaunes", et que la "solution" passait par des "convergences populaires". 

11h42 - Au moins 2.000 personnes se sont données rendez-vous à Nantes pour le départ du cortège de l'intersyndicale, selon un journaliste sur place. Quelques "gilets jaunes" on fait le déplacement. 

11h30 - Sur Twitter, les pompiers de Paris, les hôpitaux, le Samu et l'Agence régionale de santé appellent "chacun à laisser la voie libre aux véhicules sanitaires et à tous les professionnels de santé, afin de faciliter l’intervention des secours

11h18 - Selon l'Est Républicain, environ 2.500 personnes se sont rassemblées à Besançon pour manifester.

11h12 - "Il y a une porosité, parfois même une complicité entre certains 'gilets jaunes' et le black block en tant que tel", expliquait sur notre antenne Sylvain Boulouque, enseignant-chercheur à l'école du professorat de l'université de Nanterre, spécialiste des mouvements radicaux. L'enseignant a par ailleurs rappelé que les risques d'affrontements entre forces de l'ordre et manifestants étaient réels.

10h47 - Les numéros uns de la CGT, de la CFDT et Force ouvrière craignent que les éventuelles violences promises par des militants radicaux ne brouillent leurs messages syndicaux en cette fête du travail. "Attention de ne pas dénaturer le sens de cette journée", a averti Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, sur France Inter, regrettant que les violences en marge des manifestations depuis 2016 "se répètent". 

10h15 - Selon nos confrères de BFMTV, trois personnes d'origine espagnole ont été arrêtées dans le Xe arrondissement de Paris. Ils avaient en leur possession des marteaux, bonbonnes de gaz et aussi des bidons d'essence.

10h01 - Sur Facebook, le collectif Attac France a "convié" les manifestants de ce mercredi 1er mai "à un "Benalla Bloc festif au sein du cortège".

9h28 - Les rues de Paris sont désertes en ce mercredi. Plus de 500 commerces ont reçu la consigne de fermer boutique. D'autres ont installé des protections.

9h22 - Comme tous les 1er mai, Jean-Marie Le Pen se rendra devant la statue de Jeanne d'Arc. Le fondateur du Front national ira déposer une gerbe de fleurs à 11h30 place des Pyramides dansle Ier arrondissement de Paris.

9h10 - À Lyon, où la manifestation a été interdite de l'hypercentre, le cortège partira à 10h30. Selon notre correspondant, entre 5.000 et 10.000 personnes sont attendues. À Marseille, Bordeaux, Lille et Toulouse, la mobilisation démarre dès 10 heures.

9h08 - Quel est le réel danger qui pèse sur la capitale ? Hier soir sur RTL, Alain Duhamel a résumé la situation, en redoutant "la convergence entre le noir, le jaune et le rouge".

8h40 - À Paris, où des dérapages sont attendus et craints par les autorités, la circulation est fortement perturbée. On fait le point dans cet article.

8h30 - Le Secrétaire général de Force ouvrière Yves Veyrier, a tenu à distinguer les militants et adhérents qui manifestent des casseurs et autres black-blocs. Son interview à retrouver en intégralité ici.
8h15 - Bonjour et bienvenue à tous pour suivre les manifestations du 1er mai qui s'annoncent tendues. Particulièrement à Paris.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations 1er mai Gilets jaunes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797535499
Fête du Travail : 164.500 manifestants en France, des heurts à Paris
Fête du Travail : 164.500 manifestants en France, des heurts à Paris
Au total 164.500 personnes se sont mobilisées en France, dont 28.000 à Paris où la situation était très tendue avec des heurts entre black blocs et forces et de l'ordre.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/en-direct-fete-du-travail-suivez-les-mobilisations-du-1er-mai-7797535499
2019-05-01 08:17:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/1mlNHnAOUPdd1BmkwNv4ew/330v220-2/online/image/2019/0501/7797540828_des-manifestants-a-paris-le-1er-mai-2019.jpg