2 min de lecture Manifestations

1er mai : Martinez contraint de quitter momentanément le cortège après avoir été pris à partie

Quelques heures avant le début de la manifestation, Philippe Martinez avait mis en garde : "Attention de ne pas dénaturer le sens de cette journée".

>
1er mai : Martinez contraint de quitter le cortège après avoir été pris à partie Crédit Image : Zakaria ABDELKAFI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et Christophe Ponzio

Une journée sous haute tension. Des manifestations de syndicats et de "gilets jaunes" ont débuté ce mercredi 1er mai en France pour cette fête du travail. De premiers heurts ont éclaté à Paris à partir de 13 heures avant le démarrage officiel de la manifestation syndicale, entre des forces de police et des "black blocs" qui avaient rejoint des "gilets jaunes" en début de cortège.

Selon nos informations, Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a été pris à partie, en tête du cortège. Il a été contraint de quitter momentanément la manifestation parisienne. Dans un communiqué, la CGT "dénonce fermement les violences en cours à Paris", ainsi qu'une "répression inouïe et sans discernement"

Au micro de RTL, le secrétaire général de la CGT explique : "On est toujours confronté à des gens qui ne viennent pas manifester. Ils ne sont pas beaucoup mais ça empêche un déroulement normal de la manifestation. J'ai toujours dit qu'il y a un problème de coordination des ordres. C'est le ministre et le préfet qui sont responsables quand ça dérape comme ça. Il y a plusieurs témoins qui ont vu qu'il a fallu plus que s'identifier, sinon la police chargeait le carré de tête. C'est regrettable pour être pudique".

Selon Philippe Martinez, le syndicat "est très identifiable". "Quand on a des badges CGT, des drapeaux CGT et une camionnette CGT, ça ne fait que trois lettres, on doit pouvoir le lire". Dans une ambiance tendue, des grenades de désencerclement et lacrymogènes ont été lancées par les forces de l'ordre sur quelque centaines de militants anticapitalistes "blacks blocs". Les policiers avaient remonté en colonne la manifestation au milieu de "gilets jaunes" sur le boulevard du Montparnasse. Les forces de l'ordre ont essuyé également des jets de projectiles.

À lire aussi
Des heurts violents ont éclaté ce samedi 16 novembre notamment sur la place d'Italie à Paris Gilets jaunes
Les infos de 12h30 - "Gilet jaune" touché à l'œil : "On est inquiet pour l'avenir", dit sa femme

La préfecture de police estime que "les forces de l'ordre ont pour mission de faire respecter l'ordre républicain qui permet à chacun d'exprimer ses opinions en toute sécurité. La CGT n'a jamais été la cible des policiers et gendarmes qui ont assuré leur mission avec détermination face à des casseurs violents".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations 1er mai Philippe Martinez
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants